Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination



Aller à la page : 1, 2  Suivant




DISCUSSIONS : 151




MessageSujet: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 22:49

Merwood, Seth Adam


SCÉNARIO PERSONNAGE INVENTÉ

NOM COMPLET Seth Adam Merwood ÂGE 28 ans DATE DE NAISSANCE 18/07/1484 MÉTIER Rebouteux AVATAR Ben Barnes ORIENTATION SEXUELLE Hétérosexuel CAMP REJOINT Neutre DÉJÀ MORDU Non SITUATION AMOUREUSE Célibataire SITUATION FAMILIALE Veuf et père d'une petite fille, Abigaïl, 7 ans

Toute ma vie, j'ai eu le sentiment d'être un paria. Rejeté parce que ma mère était accusée d'être acoquinée avec le diable. Craint parce que j'étais le fils du malin. Haï parce que je l'avais invoqué pour tuer ma femme. Ces épreuves ont fait de moi un homme réservé et discret, peu enclin à la discussion autre que courtoise et limitée au strict minimum. Je ne me mêle pas aux villageois, accentuant sans doute cette impression d'être à part et d'avoir quelque chose à me reprocher. J'aime mon métier. Certains parlent de magie, de sorcellerie, alors que ce n'est que du savoir faire, de l'art. Mes mains sont mon outil de travail et ont déjà soulagé bien des souffrances. Je suis d'un naturel calme et pondéré, ce qui rend mes éclats d'autant plus surprenants. Je perds rarement mon sang froid et je n'écoute pas les commérages. Je cherche avant tout à protéger ma fille, mais pour le moment, elle n'a pas eu à souffrir de la méchanceté des gens. J'ai vécu un calvaire avec sa mère. J'ai été trop prompt à l'épouser. Trop fidèle pour dénoncer ses excès, sa maladie mentale. Encore maintenant, nul ne sait ce qu'elle pouvait nous faire subir à Abbie et moi. J'endosse les torts. Un secret que je ne peux éventer, par respect pour celle que j'ai aimé.
Torturé, ténébreux, taciturne, ombrageux, fidèle, altruiste et dévoué, voilà comment je pourrais me qualifier... Père aimant et fou de sa princesse également... Nature passionnée qui s'est brûlée les ailes et a peur de recommencer...

(Note de la joueuse : le père de Seth a disparu. C'est un LG, mais personne ne le sait. Seth se rendra compte en jeu qu'il comprend les LG.)


Prenez-vous des décisions basées sur votre réflexion ou votre cœur ?
La logique est clé ; mon cœur me blesse habituellement plus à la fin
Que serait la vie sans passion ?

Comment vous décririez-vous vous-même ?
Indépendant, j'aime m'aventurer seul(e) dehors
Un peu dépendant, je n'aime pas être seul(e)
Un papillon social, plus on est de fous plus on rit
Introverti(e), j'aime être seul

Accepteriez-vous un mariage arrangé ?
Bien sûr, je crois que l'on peut développer de l'amour pour quelqu'un
Absolument pas, l'amour est quelque chose que l'on ne peut forcer

Par quel type de personne êtes-vous physiquement attiré(e) ? ...
Le genre robuste avec une forte carrure
La douce nature, personne attentionnée
De préférence d'un âge supérieur
Je ne suis pas attiré(e) par un type spécifique

Fuirez-vous avec une personne par amour ?
Oui
Non

Qu'est-ce qui est important pour vous dans la vie ?
Moi, moi et moi
Mes amis et ma famille
La gloire et la fortune
Ce dont j'ai besoin là où je suis

Prenez-vous des risques ou préférez-vous rester en sécurité ?
Si on joue avec le feu, on se ferra brûler
Absolument, je vis chaque jour comme s'il était le dernier

Comment gérez-vous un problème ?
Je le prend comme il vient
Je l'évite en espérant qu'il s'efface
Les mensonges ne font jamais de mal
Je le supporte même si les choses se corsent

Préfériez-vous vivre une vie de luxe ou l'amour ?
Qui a besoin d'amour quand on a l'argent
L'argent ne peut pas acheter l'amour

Comment imagineriez-vous le rendez-vous parfait ?
Un dîner romantique dans un restaurant chic
Cuisiner le dîner ensemble et câlins sur le canapé
Aller danser et chanter dans un karaoké
Un pique-nique dans le parc, suivi par une belle et longue promenade


& toi alors ?


PRÉNOM Stéph PSEUDO Nymphi AGE 26 ans COMMENT AS-TU DECOUVERT DAGGERHORN *pointe du doigt Chris* LE CODE BEWARE THE WOLF DISPONIBILITÉ 7/7 SOUHAITES-TU ÊTRE PARRAINÉ(E) Ça devrait aller, mais s'il y a besoin, je demanderais AUTRE CHOSE À AJOUTER Je suis faible



ton histoire

- Papa! Papa!

Je lève la tête, juste à temps pour voir débouler une ravissante petite fille, au visage et aux mains maculées de poussières, qui court à perdre haleine pour venir se jeter dans mes bras.

- Abbie... Où étais-tu encore?

Ma voix se veut désapprobatrice, mais je ne saurais cacher l'immense amour que je voue à ma fille. Années après années, je l'ai chérie, redoublant d'attention à la mort de sa mère, il y a trois ans. Elle est tout ce qui me reste de celle que j'ai follement aimé. Follement est le mot, nous n'étions pas fait pour vivre ensemble, nous nous sommes entêtés, envers et contre tout et nous avons eu tort. C'est la grande tragédie de ma vie et cela n'a pas été la première.

Mon enfance a été heureuse. Vraiment. Et l'aurait été davantage si je n'avais eu à supporter les suspicions des adultes, les méchancetés des enfants. Ma mère était une femme adorable, mon père un homme complexe, assez taciturne, mais réellement amoureux de celle qui me donna la vie. C'était une femme de bien, guérisseuse. Sorcière pour les plus méfiants et pourtant, c'était bien elle qu'on venait chercher quand plus rien d'autre ne fonctionnait. Une femme douce, honnête. Mais atteinte d'un mal inconnu... Il lui arrivait parfois de perdre connaissance, de s'effondrer alors que son corps était parcouru de spasmes incontrôlables... J'appris très tôt à attendre que cette crise passe, bien que j'en fus toujours terrorisé. Je devais avoir 7 ou 8 ans la première fois et voir ma mère perdre ainsi tout contrôle de son corps me traumatisa de nombreuses années. Mais le temps passant, j'appris à faire avec, à attendre, à la protéger de son environnement. On murmurait que la sorcière avait donné son âme au diable, qu'elle était possédée... Superstitions. Mais qui avaient la vie dure. On alla jusqu'à me considérer comme le fils du diable et de la sorcière. Inutile de dire que je n'eus guère d'amis étant enfant et que j'appris très tôt à taire mes sentiments et à rester impassible face aux insultes et moqueries. Ma mère m'apprit son métier, elle était guérisseuse, je devins rebouteux, découvrant le pouvoir que pouvaient avoir des mains humaines correctement utilisées. Durant toute mon enfance, mon père fut une sorte d'étranger, avant de disparaître de ma vie quand j'eus 15 ans. Je ne peux donc pas me plaindre de mon enfance, choyé par ma mère, même si je souffris énormément des regards des villageois, trop prompts à juger et condamner... Surtout avec les loups-garous qui rôdaient aux abords du village. Certains émirent l'hypothèse que c'était ma mère qui les attirait, mais ce ne fut pas la majorité, fort heureusement et cela lui évita le sacrifice. Elle était trop précieuse pour qu'on la jette en pâture aux bêtes. Et force était de constater qu'elle n'avait jamais fait de mal à une mouche.

- Avec Heaven! Je l'ai aidé à ceuillir des herbes.

Je soupirai. Ma fille était aussi sociable que j'étais taciturne. D'un naturel curieux et enjoué, elle n'avait aucune difficulté à se faire des amis et surtout, à se faire apprécier de tous, malgré ma réputation. Elle adorait aller aider Heaven ou jouer avec Henry, son frère attardé. Je n'y voyais pas d'inconvénients, tant que cela ne dérangeait pas la jeune fille. A voir l'état d'Abby, elles avaient du creuser et passer une partie de la journée dans la terre.

- Viens te débarbouiller jeune fille.

- Oh non, mais papa...

- Abbie, ne discute pas, sinon je dirais à Heaven que je ne veux plus que tu viennes avec elle.

Et voilà, je fus quitte pour une petite expression suppliante, lèvres tremblantes et yeux brillants. Comment résister à ça? Abigail me menait pas le bout du nez depuis plusieurs années maintenant. J'étais incapable de la contrarier réellement. Elle en profitait honteusement, mais était une enfant assez sage finalement. Je me levai de ma chaise, prenant ma fille par la main, la trainant dans la chambre et commençant à faire chauffer de l'eau pour la débarbouiller. Elle me rappelait énormément sa mère.

Un coup de foudre. Deux adolescents qui grandissent ensemble, avant de se découvrir réellement. Catherine était la fille d'un notable. Bien née, distinguée. Moi, je trainais une réputation de fils du diable. Mon charme ténébreux ne cessait de s'affirmer, mon regard noir accentuant encore les rumeurs. J'avais un certain succès avec les jeunes filles, qui rejetaient toute prudence pour attirer mon attention. Mais c'était de Cathy que j'étais amoureux. Je la courtisais pendant des mois. Sous le doux regard de ma mère. Sous les regards haineux de ses parents. Pourtant, nous nous mariâmes. J'avais 19 ans, elle 18. J'avais du faire des pieds et des mains auprès de mes futurs beaux parents pour avoir Cathy. Je n'avais rien à me reprocher et eux, rien contre moi, sinon les rumeurs qui était farfelues. Notre mariage fut simple, décrié, mais c'était l'amour qui triomphait des convenances. Ce fut jour de liesse et le moment où je prononçai mes voeux restera à jamais gravé dans ma mémoire.

Comme le jour, où, 2 ans plus tard, je me retrouvais à me faire du mauvais sang pour elle alors qu'elle mettait notre permier enfant au monde. J'assistais, impuissant pataud, au miracle de la vie, mais il n'y avait rien de réjouissant à voir Catherine se tordre de douleur, sous les encouragement de la sage femme, Isobel, assistée de sa fille, Heaven, adolescente de 15 ans, un peu sauvage et maladroite. Réfugié dans un coin de la pièce, les bras croisés pour me donner une contenance que j'étais loin de ressentir, je regardais le ballet des femmes, sans pouvoir y participer. Je ne paniquais pourtant pas. J'angoissais, naturellement, mais je laissais les femmes faire leur travail, priant simplement pour que ma femme et mon enfant survivent. Il y avait tellement de décès lors d'un accouchement... Je ne me voyais pas veuf. Après des heures et des heures de travail, qui me parurent interminables, j'entendis les pleurs du nouveau-né. Isobel m'invita à approcher et je découvris ma fille. Notre fille. Elle l'emmitoufla et me la mit dans les bras. C'est là que je réalisai vraiment ce que c'était que d'être père. Catherine avait senti l'enfant grandir en elle, mais cela avait été tellement abstrait pour moi... Mais pas là, pas alors que je serrais cette merveille contre moi, avec la peur de la briser tellement elle était petite.

Abigaël. Abigaël Isobel Merwood. En hommage à celle qui l'avait mise au monde.

Ce souvenir me porterait quelques années plus tard. Ce tableau touchant alors que je donnais notre fille à celle que j'aimais par dessus tout, que je l'embrassais pour la remercier de ce cadeau du ciel.

Les choses se gatèrent ensuite. Cathy et moi étions différents... Elle était mieux née que moi, plus arrogante et exigente, elle aimait sa fille, mais était rapidement débordée par cette enfant hyperactive qui dormait peu. Les disputes éclatèrent. Plus violentes. Nous nous déchirions autant que nous nous aimions. Alors qu'Abbie avait 2 ans et demi, Isobel nous quitta. Cela fut un choc pour tout le village. Cette femme remarquable et altruiste laissait un grand vider derrière elle. Jamais elle ne s'était remise de la mort de son époux. Elle laissait sa fille et son fils, orphelins. Enorme poids sur les épaules de Heaven. Elle devait s'occuper de son grand frère qu était incapable de le faire. Il y eu tout le monde aux funérailles, beaucoup de regrets, de condoléances. je me contentai d'approcher l'adolescente, de l'embrasser doucement, sans prononcer un mot, me contentant de la regarder, sincèrement peiné.

L'année d'après, c'était mon propre univers qui basculait. J'avais pourtant réussi à me faire une place dans le village. J'étais doué dans ma profession, allégeant les maux des villageois. Je restais quelqu'un de discret et effacé, mais disponible et indispensable. Craint, mais respecté. Cependant, les désaccords entre Cathy et moi étaient connus de tous. L'on me disait ombrageux, colérique... C'était faux. Catherine avait un caractère épouvantable, dissimulé sous ses airs angéliques. Parfois, je me disais que la folie couvait derrière ses beaux yeux. Elle piquait des colères terribles, devenait ordurière, déformait la réalité... Elle se pensait en danger, persécutée... Je la préservais, cachant ses sautes d'humeur, supportant vaillamment, sauf quand elle s'en prenait à Abbie, hurlant sur notre fille pour des broutilles. Et puis, il y eut la dispute de trop, que les voisins entendirent, alors que je finissais par perdre patience, la vouant au diable. Elle s'écroula subitement, inanimée. Sans vie. Sous mon regard horrifié. Impossible. Elle était morte, comme ça... Sans signe avant coureur, frappée de je ne sais quelle maladie... et je pleurai sa mort, je l'avais aimée, même si notre vie était devenue un enfer avec les années. L'on murmura que j'étais le digne fils de ma mère, que j'avais pactisé avec le Malin pour me débarasser de mon épouse. Encore et toujours des rumeurs. Rumeurs qui me blessèrent, mais que je n'écoutais pas. Catherine fut inhumée, ses parents me vouèrent une haine farouche. Mais il n'y avait nulle preuve que cela était l'oeuvre du malin, aussi me laissa-t-on tranquille. L'enterrement reste flou dans mon esprit. Trop de regards méfiants, accusateurs, craintifs. Certains étaient compatissants. Comme celui, si clair, si doux, de Heaven. Ce regard là, je ne l'oublierais sans doute jamais, il était un réconfort dans l'épreuve. Pas plus qu'Abbie pourrait oublier cette poupée fabriquée par la jeune fille, alors qu'elle lui glissait dans un murmure qu'elle était magique et qu'elle pourrait parler à sa maman, qu'elle l'entendrait sans pouvoir lui répondre. Cette poupée, Abbie y tient comme à la prunelle de ses yeux. Combien de fois l'ai-je entendue se confier à elle?

De réservé, je devins réellement taciturne, parlant peu aux villageois si prompts à condamner. Malgré tout, ils avaient besoin de moi. J'étais doué, je les aidais. Mais je restais à l'écart du village. Je me raccrochais à Abbie, ma fille qui ne se souviendrait même pas de sa mère. Je préférais ne garder le souvenir que d'une Cathy jeune, enjouée, virevoltante, me volant un baiser dans une grange. C'est ainsi que je la décris à Abigaïl. Abbie, qui lui ressemble de plus en plus. Elle a son caractère léger, sa façon d'aller vers les autres, de se faire aimer. Ma mère m'aide à l'élever. Je n'étais pas prêt à assumer cela et j'aime à penser que je m'en sors bien. J'adore ma fille, elle est un rayon de soleil dans la grisaille. mes relations avec les villageois sont distantes. J'ai toujours été à l'écart, et j'ai été fou de penser que cela pouvait changer. Ils font appel à moi quand ils ont besoin, mais je ne me mêle pas à eux. Entretenant sans doute les rumeurs. Abbie, en revanche, est un véritable petit ange, qui amadoue son monde grâce à son ravissant minois et sa langue bien pendue. Ses grands parents ont bien tenté de la récupérer, mais je m'y suis opposé farouchement. Elle est heureuse avec moi et je veille sur elle. Comme je crains chaque jour de déceler chez elle la folie qui m'a ravie sa mère, il y a plus de 3 ans de cela maintenant...
La présence des RRH me rend nerveux. Je n'ai rien à me reprocher, mais les rumeurs sont de véritables poisons et ces gens des fanatiques. Le mal doit être éradiqué. Je me fais discret, attirant le moins l'attention. Qu'ils éradiquent donc enfin les loups-garous qui ravissent nos bêtes! Cela fait des années qu'ils sont là et la situation n'a jamais été aussi désastreuse...


Dernière édition par Seth A. Merwood le Lun 27 Juin - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 22:52

OUI, SI FAIBLE ! *viole*
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 22:54

Beeeen bave

Bienvenue x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 151




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 22:56

Faith : arrête de violer à tout bout de champ, je suis choquée! *sbaff*

Destiny: merci \o/ Je pense finir (ou plutôt faire hahaha) ma fiche demain soir ou mardi =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 22:57

No souci ! prend tout ton temps =)

*Faith je lis ta fiche et je te valide patience x)*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 23:26

*j'aime le décalage horaire, ça me fait toujours parler tard le soir, ça donen un genre vampire /SBAAF/*

Bienvenue chez les fous !! Aouch
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 151




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 23:33

Merci \o

Mais c'est une honte d'avoir un tel avatar pour le bien de la population féminine de ce forum!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 177




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 23:34

Je confirme les dires de Seth, c'est une honte *_*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Dim 26 Juin - 23:50

Bienvenue! Ne sais pas quoi dire d'autre à part que: bave AHHHH Ben! Je suis ton esclave :maitre:
Revenir en haut Aller en bas







avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 0:14

Une honte ? Mais pourquoi ? oo Moi je dirais que je suis plutôt gentil avec la gente féminine en les laissant baver sur mon corps de rêve. xD
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 177




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 0:16

Seth est pas mal non plus et plus....plus...enfin bref *_*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 0:17

Je suis du même avis qu'Heaven *w*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 0:18

bande de lacheuse...>> *part, vexé*
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 0:19

Oh ça va tu sais que je fais ça pour t'emmerder >.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 177




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 0:20

Moi pas...Je veux Seth *_________________________*

*dehors*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 0:21

non je sais pas pff Tu sais bien l'humour et moi, c'est pas mon fort... >>
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 151




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 4:11

BWAHAHAHA, je vais te faire concurrence pour faire baver sur les claviers!

Hannah : une esclave? Intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 9:24

Oui. Ohhhh Maître fais de moi ce que tu veux et demande moi ce que tu veux. J'exaucerai tes moindres désirs. :maitre:
Revenir en haut Aller en bas







avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 11:05

Bienvenue ! =)

La concurrence c'est le bien ! =D
Je vote pour Beeeen *w*
Revenir en haut Aller en bas







avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 12:50

Même si j'suis un mec, je vote BEN Razz

Bienvenuuue, super choix pour l'avatar :cute: Bon courage pour ta fiche :D
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 18:54

Bon... désolée Jack mais Shiloh — 2 / Ben — 6 c'est Ben qui l'emporte en jeu, set et match x) *va se pendre*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 18:55

Je dirais même Seth et match :cute:

*s'en va loin*
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 18:57

Haaaaan ouais :cute: finalement t'es pas si stupide que ça toi x) *pars très loin*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 18:59

Fais attention à ce que tu dis petite insolente.... Sinon j'te marie au tavernier pff
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination Lun 27 Juin - 19:01

Le tavernier ? pffff pff à Chris plutôt :cute: *sors Arrow*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur







Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seth A. Merwood - Entre crainte et fascination

Revenir en haut Aller en bas





Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant