Il est temps de rendre des comptes — Damon —







DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Ven 26 Avr - 20:59

J'étais sortie me promener aux alentours du village, laissant traîner mes oreilles afin d'essayer d'en apprendre le plus possible sur les villageois, les Red Riding Hood, les Inquisiteurs et les Sorciers... Suivant les recommandations de Jorah, j'avais échangé ma belle cape de laine vert émeraude à la broche de loup d'argent contre la cape de grosse laine brune de Jorah. J'avais pris une broche simple pour la fermer, avait rabattu le capuchon sur ma tête afin de dissimuler mes traits et mes cheveux d'une blancheur éclatante.

Je m'étais promenée, appréciant le contact de la nature, des animaux. Appréciant d'être ainsi au grand air, libre de mes mouvements. Même si Rhegan avait tenu à ce que je sois la plus discrète possible, il n'avait pas voulu que je mette une robe trop vulgaire. Je portai donc une robe de tissu léger d'un rouge sombre rehaussé de nuances de blanc. J'étais armée de ma dague, cachée dans les replis de ma jupe.

Prudente, j'avais d'abord déambulé d'un pas craintif, sursautant au moindre bruit. Si des Red Riding Hood me trouvaient ici, ils pouvaient me demander ce que je faisais ici, seule, sans défense. J'étais une enfant pour eux. Ils allaient me ramener au village et me confier à quelqu'un. Ça allait. J'avais l'habitude. Par contre, si je tombais sur les Inquisiteurs... Il se pouvait fort bien qu'ils ne soient pas aussi “coulants” que les Red Riding Hood. J'étais une enfant, seule, je me promenai en forêt. Je vivais avec mon frère et notre chevalier juré, à l'écart du village, en forêt. J'avais des cheveux blancs. Tout pouvait jouer en ma défaveur. On pouvait me prendre pour une Sorcière. Dans ce cas-là, j'étais perdue. Rhegan allait m'en vouloir.

Je marchai donc d'un pas prudent, gardant mon capuchon abaissé, les yeux vifs et tous mes sens en alerte. Et puis, comme il semblait que personne ne soit d'humeur de me questionner, je finis par prendre confiance, par relever la tête, regarder sereinement autour de moi, abaisser ma garde. J'abaissai mon capuchon, appréciant de sentir le vent dans mes cheveux, de sentir ceux-ci flotter librement sur mes épaules. Je souris, ravie. Je retrouvai mes quinze ans.

J'avais passé une excellente matinée, papillonnant parmi les buissons et les fleurs, ramassant des herbes aux propriétés étranges pour Rhegan, cueillant des fleurs pour décorer ma chambre. Je ne croisai presque personne, aussi n'appris-je rien de très important, juste quelques ragots peu intéressants. Je finis par me décider à rentrer, commençant à avoir faim. Je pris donc gaiement le chemin du retour, marchant d'un pas léger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Lun 29 Avr - 10:11

    Cela faisait déjà plusieurs pleines lunes que je voyais défiler... La douleur de la première transformation était passée. Et chaque nuit où l'astre nocturne était plein, je savais que je ne pouvais faire de mal, parce que mon lien avec Cassandre l'empêchait. Je lui en voulais toujours. Mais je comprenais aussi la sincérité et la nécessité de sa démarche. Il m'était toujours difficile de me faire à l'idée que ma meilleure amie était une sorcière et qu'elle me l'avait toujours caché. Mais j'avais compris que si elle, elle l'était, Anna, la sorcière qui m'avait prédit mon avenir il y a si longtemps et que je n'avais pas écouté l'était aussi. Cassandre la craignait, parce qu'elle était terriblement puissante, bien que nullement malfaisante. Et rétrospectivement, je comprenais mieux l'effroi de la jeune fille quand je m'étais hardiment glissé dans la tanière de la sorcière. Mais m'aurait-elle juré qu'elle en était réellement une que je ne l'auras pas cru.

    Alors si Anna avait vu mon avenir il y a des années... Et parce que je n'avais pas d'autre défouloir à ma colère... je décidais de retourner là où tout avait commencé et sans en parler à Cassandre qui aurait voulu m'en dissuader ou même m'accompagner. Je retournais chez Anna, le cœur battant devant son antre, avant de prendre mon courage à deux mains et de me glisser à l'intérieur. Mais à peine eus-je franchi le seuil qu'elle surgissait derrière moi, sa voix s'élevant soudainement et me faisant sursauter et faire un demi tour rapide.

    « Tu cherches quelque chose Damon ? La dernière fois ne t'aurait-elle pas suffi ? »

    « Bon sang, mais comment faites-vous pour toujours surgir de n'importe où ! »

    Un mince sourire s'était dessiné sur ses lèvres.

    « Ne connais-tu pas les rumeurs qui courent à mon sujet ? »

    « Qui n'en sont pas. »

    « Effectivement. Je t'ai mis en garde il y a longtemps. Si tu es venu ici pour me demander des comptes, tu peux repartir. Tu es le seul fautif de ton sort. Je n'ai fais que te prévenir et tu n'as pas écouté. »

    Elle avait penché la tête légèrement, son regard semblant voir autre chose que moi-même.

    « Je n'avais cependant pas prévu les circonstances... Ni qui te mordrait. »

    « Une louve blanche... C'était une louve blanche. »

    « Je ne sais pas si je dois te plaindre ou pas Damon. »

    « Pourquoi ? »

    « Les loups blancs sont les plus anciens et les plus puissants loups-garous. Ils ont réveillé la magie ici et attiré le regard des Inquisiteurs. »

    J'avais frémis en songeant au danger que courait Cassandre.

    « Ils n'étaient pas là avant. »

    « Non. »

    Et soudain, je fis le rapprochement entre la louve blanche et la jeune fille aux cheveux blancs et son frère, arrivés il y a quelques mois. Sans plus dire un mot, j'avais quitté la sorcière, me dirigeant droit vers la cabane où vivaient les deux étrangers avec un troisième, tout à fait normal celui-là. Et pourtant, dans mon dos, j'entendis la sorcière crier une ultime mise en garde :

    « Ils ne sont pas comme les autres Damon, ne les provoque pas ! »

    Mais je n'écoutais pas. Je connaissais la forêt comme ma poche et je connaissais le chemin à emprunter. Je grimpais sur une branche et attendis sagement là, assis et adossé contre le tronc, que ma jeune fille passe, dans un sens ou dans l'autre. Je m'amusais avec mon couteau à tailler une branche fluette quand je l'entendis.

    « On a l'air de bonne humeur princesse. »

    Je la coupais nette dans son élan, avant de me laisser tomber de ma branche pour lui barrer le chemin du retour.

    « Tu te souviens de moi ? »

    Est-ce qu'elle savait qui j'étais ? Est-ce qu'elle savait que j'étais le jeune homme qu'elle avait mordu et damné ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Dim 5 Mai - 16:26

Le temps me mettait de bonne humeur, j'étais ravie de me promener en forêt par un temps pareil. En Irlande, il pleuvait de façon régulière, rendant la campagne d'un beau vert émeraude. Et lorsque le soleil brillait, la campagne brillait, s'illuminant. Ici, ce n'était pas le même vert que chez moi, mais je devais reconnaître que la campagne était jolie lorsque le soleil brillait. Il y avait une odeur de soleil qui flottait dans l'air. Lorsqu'il faisait beau comme ça, Rhegan insistait pour que nous nous entraînions à nous battre, à nous défendre. Ces derniers temps, il était préoccupé par les Inquisiteurs et les sorciers, ne sortant presque plus, plongé dans ses livres. C'était Ser Jorah qui s'occupait de moi. Je l'aimais bien.

Un voix me tira de mes pensées, me faisant m'arrêter. Cette voix m'appelait princesse. Je fronçais les sourcils, n'aimant pas trop ça. Quelqu'un se laissa glisser des branches supérieures de l'arbre juste au-dessus de moi. C'était un jeune homme, l'air totalement quelconque, un des villageois. Il aurait pu m'être totalement inconnu et n'avoir aucun intérêt pour moi. Mais ce n'était pas le cas. Son odeur me frappa instantanément. Je me retins de frémir ou de réagir en le reconnaissant. C'était le jeune homme que j'avais mordu lors d'une pleine lune rouge. Cela faisait quelques mois déjà, je l'avais comme oublié. Mais je n'avais pas oublié son odeur, cela m'allait être impossible maintenant que je lui avais transmis ma bénédiction, que je l'avais libéré.

Il me barrait la route, aussi m'arrêtai-je, ramenant légèrement les pans de ma cape sur mes épaules, comme pour me protéger. Je n'étais qu'une enfant. Une enfant de quinze ans, fragile et douce. Le jeune homme me demanda si je me souvenais de lui. Bien sûr ! J'avais mordu et libéré tant de gens, oubliant progressivement leurs visages, leurs noms, sans jamais oublier leurs odeurs. Si Rhegan décidait de mettre son dessein à exécution, ils répondront tous à l'appel. Nous sommes liés désormais. Je fixai le jeune Loup droit dans les yeux, le scrutant du regard. Son odeur, moitié humaine, moitié Loup, m'indiquait qu'il n'était pas serein. Il n'avait pas peur, c'était quelque chose d'autre, un autre sentiment. J'hésitai à le considérer comme agacé, énervé. C'était quelque chose comme ça.

« Comment pourrais-je l'oublier ? Nous sommes comme liés maintenant. Que cela ne te plaise ou non. » Je le dépassai sans même lui jeter un regard. J'étais une Silverwind. Une louve blanche. Il était de mon devoir de libérer un maximum de gens, de les rendre comme nous. Pourtant, quelque chose clochait avec lui. Il n'était pas comme les autres que j'avais mordus. Je m'arrêtai avant de me retourner vers lui, mes longs cheveux me battant les épaules. J'étais comme contrariée. « Tu n'es pas normal. Ton odeur, je veux dire. Elle n'est pas comme celle des autres Loups. Que t'est-il arrivé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Mer 8 Mai - 12:30

    La louve blanche, impressionnante qui m'avait attaqué n'avait rien à voir avec cette jeune demoiselle encore adolescente. Etait-il possible de changer à ce point ? Je préférais me montrer prudent, au cas où la sorcière se serait trompée et m'aurait orienté vers le mauvais coupable... Pourtant, il n'avait jamais été mention de loups blancs jusqu'à maintenant, jusqu'à ce que ces étrangers ne s'installent à l'écart du village... Pourquoi m'avoir prit pour cible ? J'étais en colère contre elle, cette petite fille qui me toisait pourtant, m'observait attentivement, avant de me répondre qu'elle ne pouvait pas m'oublier, puisque nous étions liés désormais, que j'en sois heureux ou non. Je restais interdit. A cause du détachement avec lequel elle faisait état de ce fait, de cette façon de détruire ma vie, sans même en concevoir le moindre regret.

    Elle me dépassa alors que je restais figé sous le coup de la stupéfaction, de l'amertume également. Comment une jeune fille à l'apparence si innocente pouvait-elle être si insensible au sort qu'elle avait imposé à un autre ? Pourtant, je relevais soudainement les yeux vers elle quand elle s'arrêta et me lança que je n'étais pas normal. Mon regard prit des teintes argentées. Cette fois, ce n'était pas de la colère, mais plutôt de l'appréhension. Pouvait-elle sentir le lien qui m'unissait à Cassandre ? Savait-elle que j'étais lié à une sorcière, bien malgré moi d'ailleurs, et que cette sorcière me contrôlait et m'empêchait de tuer ?

    « Ce qu'il m'est arrivé ? J'ai croisé ta route, tout simplement. Pourquoi tu m'as mordu ? Pourquoi ne pas m'avoir simplement tué ? Et si nous sommes liés, pourquoi ne pas t'être soucié de moi ensuite ? Est-ce un passe temps de loups de transformer les gens et de les abandonner à leur sort alors que la ville grouille de chasseurs de loups ? »

    Je lui jetais mes reproches au visage, refusant d'aborder le sujet de Cassandre, de lui avouer qu'une sorcière m'avait envoûté. Il ne manquerait plus que cela ! Pourtant, la partie louve en moi me soufflait que peut-être, cette étrangère connaissait le moyen de défaire ce qui avait été fait, permettant ainsi de libérer l'animal. Mais je n'étais pas assez retors pour écouter cette voix, pour risquer la vie de ma meilleure amie en la vendant à une gamine capricieuse.

    « Pourquoi êtes-vous venus ici, ton frère et toi ? »

    Pourquoi venir semer le chaos ? Il n'y avait pas assez de loups comme ça ? Fallait-il vraiment attirer tous ceux de la planète en plus ? D'ailleurs... je pensais que les loups-garous ne se trouvaient qu'à Daggerhorn, pas qu'il y en avait dans d'autres endroits de la planète... La peur pour Cassandre avait reflué, alors que j'étais de nouveau animé d'intentions vindicatives avec elle, ne me montrant nullement aimable ou amène.

    « Il y a d'autres loups ? Ailleurs qu'ici ? »

    Je posais beaucoup de questions, j'en avais conscience, mais s'ils venaient d'ailleurs, alors elle devait être en mesure de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Dim 12 Mai - 12:59

Je l'observai avec soin, le détaillant du regard. Il avait l'air d'un humain tout à fait normal, son odeur était celle d'un Loup. Mais il y avait quelque chose de bizarre, quelque chose qui n'allait pas chez lui. Je m'approchai doucement, l'examinant sans ciller. Je n'arrivai pas à trouver ce qui n'allait pas. C'était comme une sorte de... de barrière qui m'empêchait de le cerner, lui. C'était frustrant et agaçant. Je n'aimais pas ça. Je n'aimais pas du tout ça. C'était déroutant, déstabilisant. Il me fallait réussir à savoir qui il était. C'était capital. Il répondit à ma question sur un ton sarcastique, agressif. Il m'en voulait. Tant de questions qu'il me jetait au visage. Je me retins de soupirer, de lever les yeux au ciel, de détourner la tête. Il voulait savoir. Pourquoi l'avoir mordu plutôt que tué, pourquoi l'avoir oublié et ne pas m'être souciée de lui, pourquoi, pourquoi, pourquoi. Je restai impassible, l'observant toujours. Ses yeux se décoloraient lentement, commençant à tirer sur le gris. Il s'énervait. Mais pas assez pour qu'il ne dévoile sa véritable nature. Cela faisait plusieurs mois que je l'avais mordu, il aurait dû être encore instable, impulsif. Au lieu de cela, il arrivait à se contrôler. Plus ou moins. Je fronçai les sourcils, ce n'était pas normal.

Il me tira de mes pensées, posant une question délicate. Pourquoi étions-nous venus ici. Je croisai son regard. Si ses yeux avaient retrouvé leur couleur normale, les miens étaient devenus argentés. Pourtant je restai calme, impassible, gardant l'apparence d'une adolescente de quinze ans timide et réservée. Son ton était toujours agressif, brusque. « C'est à mon frère qu'il faut poser cette question. — J'avais inconsciemment baissé la voix mais ma réponse était autoritaire. J'étais une Silverwind. — D'autres questions ? » Je me redressai, effleurant la garde de mon poignard qui était là, caché parmi les plis de ma robe. Le jeune Loup avait l'air perdu, comme projeté au milieu d'évènements qui le dépassaient. Peut-être qu'il était temps que je m'occupe enfin de lui, que je lui explique... Il me posa alors une question qui me laissa perplexe. J'ouvris de grands yeux. Il me demandait s'il y en avait d'autres. S'il existait des Loups ailleurs que dans ce village. La question était si soudaine, si inattendue que j'explosai de rire. Un rire léger et enfantin. Ce n'était pas méchant, je ne me moquai pas de lui, je ne m'y attendais pas.

« Tu... tu... tu me demandes si... ? — J'étais incapable de m'arrêter de rire mais je finis par y arriver. — Excuse-moi, hum, c'était inattendu. Mais j'aurais dû me douter que tu me poserais cette question tôt ou tard. Tu as toujours vécu ici, n'est-ce pas ? Damon Ethan Jackson, chasseur de métier, fils unique. Je ne t'ai pas oublié, je t'ai dis que nous étions liés, c'est impossible. — Je lui souris avant de lui tourner le dos pour aller m'asseoir sur une grosse pierre qui bordait le sentier forestier. — Oui. Oui, il en existe d'autres, ailleurs qu'ici. L'Irlande, l'Écosse, les Cornouailles, le Pays de Galles, l'Angleterre... Partout. Ce village n'est pas le seul à être touché, il y en a des centaines d'autres. Mais ici... Ici c'est différent. » Je me relevai pour m'approcher de lui, l'examinant sans cesse. Il était différent et sa différence pouvait être un véritable danger pour nous. Je m'arrêtai à quelques centimètres de lui, mes yeux plongés dans les siens. « Sais-tu d'où viennent les Loups-Garous ? » lui murmurai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Jeu 23 Mai - 9:57

    Je lui faisais part de mes questions, de mes reproches même, mais elle demeurait muette, se contentant de vriller son regard sur moi, silencieuse, muette... Et me donnant la vilaine impression d'être un petit garçon qui ruait et cabrait face à sa sage et impassible aïeule, alors que physiquement, cette gamine aurait pu être ma petite sœur. C'était une impression qui ne me plaisait guère et avait tendance à faire monter la rage en moi, plus que de raison et plus que cela n'était nécessaire. Sauf que je n'avais pas encore apprit à bien me contrôler et à faire redescendre la pression ou la colère, même si la présence de Cassandre, lovée au creux de mon âme, m'aidait davantage que je n'en avais moi-même conscience.

    Et je me calmais après ce flot de questions pour simplement chercher à comprendre... En revanche la couleur argentée de ses yeux à elle ne m'échappa pas. Colère ? Envie de domination ? A ma question de savoir ce qu'ils faisaient ici, elle me rétorqua que je ferais mieux d'aller m'adresser à son frère. Et je me fis la réflexion qu'il était bien plus facile de la défier elle, que lui, ce qui était totalement idiot et surtout lâche, ce qui ne me ressemblait pas. Mais une part en moi me soufflait qu'il valait mieux ne pas se frotter à plus fort que soi, et que déjà là, je franchissais allègrement les limites, me laissant abuser par l'apparente fragilité de la demoiselle qui m'avait pourtant prouvé sous forme de louve qu'elle était loin d'être faible. C'était même plutôt le contraire.

    Elle était froide et elle se comportait comme une princesse, presque dédaigneuse, avant de me demander si j'avais d'autres questions. Notons que jusqu'à maintenant, elle n'avait répondu à aucune. Charmant. Pourtant, oui, des questions, j'en avais et encore beaucoup. Comme de savoir s'il y avait d'autres loups garous ailleurs... Puisqu'elle et son frère en étaient et n'étaient pas d'ici, je supposais que ce fléau n'était finalement pas réservé à Daggerhorn. Je ne m'étais jamais posé la question jusqu'à maintenant, mon monde n'étant que ce village, la seule chose que j'ai jamais connue.

    Et là, elle explosa de rire alors que je me figeais, vexé de ce dédain soudain. Vexé qu'elle sache alors que j'étais dans l'ignorance et que cela l'amuse en plus. Elle continua de rire, hoquetant même en reprenant à moitié ma question, avant de finalement retrouver assez de sérieux pour me dire que c'était une question assez inattendue. Je notais quand même ses excuses. C'était le minimum, mais étant donné son attitude, ce n'était pas quelque chose d'acquis de sa part. Elle souligna que j'avais toujours vécu ici, avant de décliner mon identité et mon métier, soulignant qu'elle ne m'avait pas oublié et que nous étions liés.

    « Tu ne m'as pas oublié ? Alors pourquoi avoir fait la morte tout ce temps en attendant que ce soit moi qui vienne à toi ? »

    Elle était partie s'asseoir. Son expression de surprise, de peur même du tout début, s'était évanouie alors qu'elle pensait avoir reprit les rênes de la situation. Et sans doute était-ce le cas quelque part, sa sérénité et son aplomb douchant ma colère et mes reproches de façon inattendue. Et là, elle me répondit enfin qu'il en existait d'autres, oui, partout. Mais qu'ici, c'était différent. Elle se releva alors avant d'approcher de moi pour me regarder dans les yeux. Je sentais comme de la défiance de sa part, vis à vis de moi, une incertitude. Elle me demanda alors si je savais d'où venaient les Loups-Garous. Les RRH avaient prôné toutes sortes de réponses à ce sujet, mais la vérité, c'était elle qui la détenait, pas ceux qui les chassaient...

    « Non. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Dim 26 Mai - 1:16

Je répondis à sa dernière question, même si celle-ci me paraissait vraiment... inutile. Ce village était différent, c'était pour cela que nous étions venus, Reghan et moi. Nous voulions savoir ce qu'il y avait de différent ici. Mais pas que. Quelque chose s'était passé ici, quelque chose de particulier. En laissant traîner mes oreilles, j'avais entendu parler d'une lune rouge qui avait duré plus longtemps qu'une nuit. Cette lune avait déclenché quelque chose. Nous l'avions senti. C'était la fin d'une ère et le début d'une autre. Notre ère. J'enchaînais, lui expliquant que nous étions liés et que du coup je ne pouvais pas l'oublier. Il me demanda immédiatement pourquoi est-ce que j'avais été silencieuse pendant tout ce temps, attendant que ce soit lui qui vienne à moi.

J'étais allée m'asseoir, reprenant mon calme, appréciant même la situation. Mes yeux étaient toujours argentés, quelque chose me tracassait et je ne parvenais pas à savoir ce que c'était. Je finis par répondre à sa question sur un ton détaché. J'avais retrouvé le contrôle de la situation, même s'il avait bénéficié de l'effet de surprise. Je n'étais plus la petite fille apeurée et timide que je semblais être au début de notre entretien. Je redevenais moi-même, incapable de garder cette image de petite fille très longtemps. Si, parfois j'y arrivai quand même. Je me levai et m'approchai de lui, l'examinant, l'inspectant. Il y avait quelque chose de bizarre, je brûlai de lui demander, de savoir. Mais je me retenais. Je lui demandai à la place s'il savait d'où venaient les Loups-Garous. Comme je m'y attendais, il me répondit que non. J'eus un sourire doux, le regardant dans les yeux. Non, il ne savait pas, bien sûr.

Je me mordis la lèvre inférieure, pensive. J'avais envie de lui parler, de lui dire la vérité. Il était différent mais c'était presque ça qui me donnait envie de l'aider, de lui ouvrir vraiment les yeux. Il me reprochait de l'avoir laissé dans son coin, de l'avoir laissé se débrouiller seul. Je resserrai les pans de ma cape autour de mes épaules avant de me détourner. « On raconte beaucoup de choses concernant les Loups-Garous. Venus de nulle part, une damnation envoyée par Satan pour défier Dieu... Des légendes plus douces aussi, une histoire d'amour entre un loup et la lune. Toutes ces histoires sont fausses, tout dépend de qui la raconte cette histoire. — Je marquai une pause avant de me tourner vers Damon. Je voulais lui raconter la vérité, à mes risques et périls... — Tu sais que je détiens la vérité. Moi et mon frère sommes les seuls à pouvoir dire la vérité. Je vais te la dire mais tu dois me promettre de ne jamais la répéter, à qui que ce soit. — Je m'approchai de lui pour lui prendre les mains. Tant pis s'il refusait le contact, j'étais plus forte que lui. — Je sais que tu meurs d'envie de me faire payer pour ce que je t'ai fait mais je sais aussi, et ça c'est parce que nous sommes liés, que tu brûle d'envie de savoir pourquoi je t'ai mordu et d'en savoir plus sur les Loups-Garous. »

Je serrai doucement ses mains, lui faisant un de mes rares sourires d'enfant. Je lâchai ses mains pour faire quelques pas sur le sentier et m'arrêter, le nez levé vers le soleil, fermant les yeux et appréciant la chaleur de ses rayons sur ma peau. « Les Loups sont créés grâce à une morsure, tu le sais. Si tu as du sang de Loup dans les veines par l'un de des parents ou de tes ancêtres, tu n'en es pas forcément un, il faut que ton parent, ou tout autre Loup, te morde. C'est compliqué cette histoire de parenté, je te l'épargne. Les Loups ne sont pas une création du Malin pour défier Dieu. Les Loups ne surgissent pas de nulle part. Ils sont mordus, depuis toujours. » J'ouvris les yeux avant de baisser la tête et de faire quelques étirements du cou, mes muscles me faisaient mal. « Ils étaient deux. Deux Loups originels. Tu sais, comme ce que la Bible raconte, un homme et une femme à l'origine de la race humaine. Pour les Loups c'est pareil, deux Loups originels. Un frère et sa soeur. »

C'était facile de deviner qui étaient ces Loups originels, je ne m'épanchais pas dessus, évitant de reparler de toutes ces années. Toutes ces sombres années. « Ils ont vécu dans le secret durant des siècles, cherchant à passer le plus inaperçus possible. Ce qui est relativement difficile vu la couleur de leurs yeux et de leurs cheveux... » Je me tournai vers lui, l'air profondément triste. Mes yeux, je le savais, avaient perdu leur teinte argenté pour redevenir violets, j'avais l'air terriblement âgée. « Mon crime est celui de mon existence à vos yeux. Vous blâmez les Loups, vous voulez vous en préserver, mais vous ne vous êtes jamais demandé ce que ça fait que d'être à l'origine de tout ça. Ça va faire des siècles que je vis ainsi, toujours en fuite puisque les Red Riding Hood sont très vite apparus pour nous chasser. Je n'ai jamais connu la chaleur d'un foyer, l'amour d'une famille. Ma mère ne m'a jamais tenue dans ses bras, je ne connais pas mon père. La seule famille que j'ai, c'est mon frère et il ne s'est jamais vraiment comporté comme un frère envers moi. Je suis seule. Alors, oui. Je reconnais avoir mordu des millions de personnes, avoir obéi à mon frère. Mais c'est parce que je suis seule. Je sais que lorsque je mords quelqu'un, je reste connectée avec lui. J'espère à chaque fois pouvoir avoir un ami... »

Je baissai la tête, redevenant la gamine que je paraissais être. J'étais seule. Seule et vulnérable, j'obéissais à mon frère. Il m'avait promis que lorsque son but serait atteint il s'occuperait de moi. Alors, en soeur aimante, je lui obéissais et l'aidais à atteindre son but. Même si je savais que cela se retournait souvent contre moi. « Je n'ai pas d'excuse, je le sais. Voilà d'où viennent les Loups-Garous. Un frère et une soeur, seuls, qui cherchent une famille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Dim 16 Juin - 13:28

    Je n'aimais pas l'attitude de cette enfant, qui n'en était finalement pas une... Plus âgée que je ne le pensais de prime abord, son apparence n'était qu'un leurre... Mais la gamine apeurée du début, avait laissé place à une femme sûre d'elle et c'était à moi d'être l'enfant soudainement... De quoi m'agacer notablement, mais quelque chose me soufflait de ne pas me laisser emporter par mes sentiments et de faire preuve d'un brin de sang froid et de réflexion. Elle s'était relevée pour me regarder, m'observer, me détailler même et je sentis la nervosité monter sous cet examen silencieux... Qu'est-ce qu'elle me voulait ? Elle me demanda alors ce que je savais des loups garous et je fus forcé de répondre que je ne savais rien en vérité. Comme beaucoup d'entre nous ici... Nous subissions et voilà tout. Même ceux qui avaient été mordus étaient ignorants de l'origine de tout cela... Ceux qui les mordaient ne devaient pas en savoir davantage.

    Et voilà qu'à moi, on proposait de révéler la vérité... Je ne savais pas si c'était un honneur, ou une manigance de la part de la demoiselle... Elle était différente des autres loups. Ça, je le savais, je le sentais, mais je ne savais pas encore à quel point. Elle se mordilla la lèvre de façon enfantine, étrange contraste avec son regard qui semblait si âgé, avant de me tourner le dos et de commencer à parler... D'abord, elle aborda les rumeurs concernant les loups, ce que tout le monde en pensait, ce que tout le monde disait d'eux, à torts sans aucun doute, à l'écoute de son ton. Il y avait des histoires de damnation... d'amour. Romantique, mais sans doute aussi faux.

    Elle se retourna alors pour planter son regard argenté dans le mien. Oui, je savais qu'elle détenait la vérité, je le savais, au plus profond de moi, instinctivement... Était-ce moi ou... l'animal ? A moins que cela ne soit parce qu'elle m'avait mordu et qu'il existait un lien comme elle l'avait dit. Elle voulait bien me dire la vérité à conditions que je ne le dise à personne, jamais. A qui de toutes façons ? Et puis le visage de Cassandre flotta dans mon esprit... Nous partagions tellement tous les deux et pas seulement des secrets. Peut-être qu'elle l'apprendrait via notre lien...

    Cersei s'empara alors de mes mains et même si j'eus un mouvement instinctif de recul, je ne cherchais pas à me soustraire à ce contact. Elle avoua savoir parfaitement mes sentiments à son égard, mais également ma curiosité dévorante. Parce que maintenant que j'étais dedans, il fallait bien que tout cela ai un sens...

    « Tu as raison, j'ai envie de savoir. Davantage que je ne t'en veux... »

    Ma voix était presque enrouée de devoir faire cet aveu. Elle me lâcha alors et fit quelques pas, avant de lever le visage et de fermer les yeux pour commencer son récit. Elle commença par me dire que même si l'un de nos ancêtres était un loup, il fallait une morsure pour en devenir un, mais n'en dit pas davantage à ce sujet. Nous n'étions pas une création du malin, il y avait morsure, toujours. Pourtant, le tout premier n'avait pas pu être mordu... Et elle avoua qu'au commencement, ils étaient deux... Comme Adam et Eve. Deux loups originels, nés comme cela. Création de Dieu comme les hommes ? Ou du Diable pour le contrer, malgré ce qu'elle disait ? Je me tins coi pourtant, écoutant la suite. Un frère et sa sœur. Et soudain, je compris. Elle et son frère. C'étaient eux qui étaient à l'origine de tout cela ? Mais quel âge avait-elle bon sang ? Cela se confirma quand elle parla de la couleur de leurs cheveux et de leurs yeux les rendant difficiles à ne pas remarquer.

    Elle me regarda alors avec une expression qui me poignarda le cœur. Je n'aimais pas ce qu'elle faisait naître en moi... La haine s'effaçait pour la compassion et j'avais besoin de la haïr, de lui en vouloir du tour que prenait mon existence. Et la suite de ses paroles ne m'aida pas alors qu'elle semblait presque souffrir de sa condition. J'aurais pu lui rétorquer qu'elle n'avait qu'à pas mordre les autres, mais ce n'était sûrement pas aussi simple que cela de se contenir... Sans compter que les loups qu'elle créait constituaient sa famille. Elle avoua ne pas avoir d'excuses, qu'ils étaient juste un frère et une sœur en recherche d'une famille. Je mis mes mains sur mes oreilles.

    « Arrête, tais-toi ! »

    Je ne voulais plus rien entendre. Je ne voulais plus voir la détresse dans ses grands yeux violets, ni entendre la détresse dans sa voix. Je ne voulais pas savoir que tout cela venait simplement du besoin viscéral de deux gamins d'être entourés. Je fermais les yeux, avant d'inspirer pour me calmer alors que je sentais bien que je ne me contrôlais plus si bien. Je sentis la présence rassurante de Cassandre, qui devait sans doute sentir mon trouble de là où elle était. Quand je rouvris les yeux, j'étais un peu plus calme.

    « Alors c'est juste ça ? Vous nous damnez tous pour être moins seuls ? C'est pathétique quelque part... Pourtant, si ce que tu dis est vrai, si vous êtes nés comme ça... Il y a bien une raison, une explication, un dessein ! Dieu a créé l'homme... Et si le diable avait créé les loups, y as-tu songé alors que tu affirmes le contraire ? »

    Mes paroles étaient dures, comme mon regard, mais je n'étais pas prêt à tout gober, à tout accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Mar 25 Juin - 22:23

Il avait envie de savoir. Tout le monde voulait savoir bien entendu, en particulier ceux qui étaient concernés. S'il était venu ici, s'il se trouvait sur ma route aujourd'hui c'était pour comprendre. Je ne pouvais pas le lui reprocher. Moi aussi j'aurais eu envie de comprendre. Je lui avouai alors, à demi-mots, qui j'étais, d'où venaient les Loups. Il n'était pas stupide, il pouvait facilement faire le lien entre mon frère et moi et ces Loups blancs. J'avais toujours vécu ainsi, j'avais toujours eu quinze ans et j'aurais éternellement cet âge-là. J'étais seule. Mon frère m'avait dissuadée d'avoir des amis, prétendant que ceux-ci ne me voudraient, au final, que du mal. Alors j'étais toute seule, recevant si peu d'affection de mon frère.


Damon se boucha les oreilles en posant ses mains dessus, m'ordonnant de me taire. J'étais déçue par sa réaction. J'avais espéré qu'il comprendrait ce que je pouvais ressentir, qu'il comprendrait ma solitude. Déçue je resserrais les pans de ma cape autour de mes épaules, comme pour me protéger. Il ferma les yeux, se détournant. Blessée, je me reculai, prenant mes distances, prête à me défendre s'il le fallait. J'aurais voulu qu'il m'écoute, qu'il me laisse tout lui avouer, me confier. Lorsqu'il rouvrit les yeux, je vis qu'il était calmé. Quelque chose était différent chez lui, je pouvais le sentir, le voir. J'étais déterminée à découvrir ce que c'était.

Il trouvait ça pathétique. Je sentis mon sang bouillir dans mes veines, mes yeux virer à l'argenté. Comment osait-il ? Je fis un effort pour l'écouter jusqu'au bout, pour ne pas dégainer mon poignard et le provoquer en duel. Je ne supportais pas qu'on puisse critiquer les intentions de mon frère. Il remettait mes paroles en doute, évoquant la possibilité que les Loups aient été créés par le Diable afin de contrer les créations de Dieu. Je serrai les dents, affrontant son regard et ses paroles dures. Qui était-il pour me parler ainsi ? Je savais ce que je disais, je connaissais mon père.

Je croisais les bras, le regard froid, le visage fermé. J'inspirai profondément pour essayer de me calmer, toujours immobile, les yeux fixés sur lui, sans ciller. Je me contenais du mieux que je le pouvais pour empêcher mes yeux de virer à l'argenté. Ce fut d'une voix glaciale que je lui répondis. « Je ne suis pas en mesure de te dévoiler les desseins de mon frère. Si tu veux savoir, demande-lui directement. » Je restai silencieuse, le fixant toujours du regard, cherchant au plus profond de moi quelque chose pour me calmer, pour empêcher mes yeux de virer à l'argenté.

Je finis par trouver, ce sentiment de solitude, d'incompréhension qui m'étreignait le coeur depuis si longtemps. Mon visage se radoucit, je décroisai les bras et me réfugiais dans les pans de ma cape, baissant les yeux. Je savais qui j'étais, je savais qui étaient mes parents, je savais d'où je venais. Une larme roula sur ma joue tandis que je repris la parole d'une voix plus douce. « J'ai pour mère la Lune et pour père le Vent. Le Loup et l'Homme sont mes frères. — Je marquai une pause et levai de grands yeux mouillés vers lui. — Nos parents nous ont abandonnés il y a des siècles, nous laissant nous débrouiller seuls. Mon frère s'est toujours occupé de moi, il m'a élevée et a fait de moi celle que je suis aujourd'hui. »

Je fermai les yeux, lasse de porter tous ces secrets en moi. Des centaines de souvenirs m'envahirent. Des siècles de souvenirs que je m'efforçai de contenir. Des visages, des gens... Je serrais les poings et secouais la tête pour me débarrasser de ces souvenirs avant d'ouvrir les yeux et de les poser sur Damon. Il ne voulait pas comprendre, il ne voulait pas m'écouter. J'allais quand même lui dire. « J'ai vécu pendant longtemps avec mes parents et mon frère. Ce qui a été quinze ans pour moi a été près de cinq cent ans pour vous. J'étais heureuse... Mais nos parents ont voulu que nous quittions la maison pour apprendre à nous débrouiller par nous même. C'est pour ça que nous sommes venus chez vous, pour apprendre à nous débrouiller par nous même... »

Je desserrai les poings et séchai mes larmes avant de faire quelques pas en inspirant à fond pour me calmer. Je m'agenouillais pour cueillir une fleur. Je restai accroupie quelques instants, faisant tourner la fleur entre mes doigts. « Le problème c'est qu'on ne vieillit pas de la même façon que vous, on vieillit bien plus lentement... Tu trouves ça pathétique que de vous “damner” pour qu'on se sente moins seuls mais tu as tort. Certes, moi je me sens seule, j'ai envie d'avoir des amis avec qui jouer, des gens avec qui partager quelque chose. Oui, c'est peut-être égoïste de ma part que de vous... infliger ça en me disant que je vous faisais partager ma solitude et que, comme ça, je serais moins seule. Mais c'est sans compter sur les intentions de mon frère. — Je me relevai pour lui faire de nouveau face. Je ne lui en voulais pas de ne pas comprendre. — Les choses ont dérapé. C'est mon frère, je ne peux pas le trahir, il est la seule famille que j'ai ici. Mes parents me manquent, je ne sais pas si je pourrais les revoir un jour mais je sais que ce n'est pas le Diable qui a créé les Loups car sinon... ce serait mon père. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Mer 17 Juil - 16:02

    Apparemment, mon avis n'était pas du goût de la jeune fille alors que son regard virait à l'argenté sous le coup de la colère. Pourtant, je n'en changerais pas. Je ne lui ferais pas non plus d'excuses. Je pouvais comprendre qu'elle se sente seule avec son frère, mais de là à maudire tous ceux qu'elle approchait en les mordant et en voulant se recréer une famille... Non, je ne pouvais pas cautionner cela. C'était le désir égoïste d'une enfant. Peut-être aurais-je été plus réceptif si je n'avais pas été une de ses victimes, si cela n'était pas aussi récent, si je n'étais pas obligé de devenir un loup chaque nuit de pleine lune jusqu'à ma mort et si cela n'avait pas contraint Cassandre à se lier à moi...

    Je n'étais pas forcément dans les meilleures dispositions possibles pour compatir au sort de la petite orpheline jetée sur les routes avec son frère, qui se sentait seule et voulait une famille. Pas plus que je ne pensais que nous étions des créatures de Dieu. Comment tout cela avait commencé ? Elle était née, son frère aussi, de parents humains, mais eux ne l'étaient pas ? Pourquoi ? Qui était à l’œuvre ? Je sentais qu'elle faisait un effort pour se calmer avant de répondre froidement.

    Et là, je ne pus empêcher un sourire goguenard d'ourler mes lèvres. Demander à son frère. C'était déjà la deuxième fois qu'elle me renvoyait vers lui. Et cela n'était sûrement pas anodin.

    « Donc, tu obéis totalement à ton frère et ne prends aucune décision sans son aval, c'est ça ? »

    Orpheline et en plus, sous la coupe d'un frère tyrannique. Soit il ne lui disait pas tout, soit elle avait peur de sa réaction si elle faisait quelque chose qui lui déplaisait. Pourtant, elle se radoucit. Elle pouvait passer de statue de glace à gamine perdue en une poignée de secondes et c'était assez déstabilisant. Elle me rétorqua alors que sa mère était la lune, son père le vent et sur le loup et l'homme étaient ses frères... Je n'étais pas très porté sur ce genre de métaphores... Je n'étais pas érudit, j'étais un chasseur, fils de chasseur. Un traqueur, un pisteur. Un forestier, modeste. Des larmes semblaient envahir ses yeux alors qu'elle ajoutait qu'ils avaient été abandonnés et avaient du se débrouiller, son frère s'occupant d'elle. Ce qui répondait à une paire de questions informulées.

    « Je ne comprends pas... Vos parents étaient humains et vous des loups ? Comme ça ? Vous êtes nés ainsi ? Il y a bien une raison... »

    Elle ajouta qu'elle avait vécu avec ses parents et son frère, avant que les parents ne leur demandent d'aller voir ailleurs pour se débrouiller par eux même. Mais je retins surtout les 5 siècles...

    « Tu as 500 ans ? »

    Elle se détourna, jouant avec une fleur, ayant l'air d'avoir ses 15 ans de nouveau. Apparemment, elle ne digérait pas que je la trouve pathétique et revint là dessus, essayant de m'expliquer son point de vue. En quoi mon jugement pouvait-il bien avoir la moindre importance pour elle ? Je ne devais pas être le seul à lui en vouloir à mort dans tous ceux qu'elle avait pu mordre quand même. Si elle, elle voulait simplement être seule, ce n'était pas le cas de son frère et je relevais :

    « Qu'est-ce qu'il veut, ton frère ? »

    J'avais un peu peur d'avoir une petite idée derrière la tête. Il y avait plein de loups ici... Les loups n'étaient-ils pas censés vivre en meute ?

    « Je ne voulais pas insinuer que ton père était le diable... Mais il aurait pu être à l’œuvre lors de votre naissance... »

    Je marquais une pause, avant de lancer :

    « Et les sorcières ? Les loups-garous existent et les RRH les chassent. Des prêtres noirs sont au village et prétendent dénicher des sorcières ici. D'où viennent-elles ? Et si les loups-garous et les sorcières existent, quoi d'autre arpente notre monde ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Lun 29 Juil - 21:33

Il voulait en savoir plus, chercher à comprendre. Je pouvais le comprendre, moi aussi j'aurais voulu comprendre. Mais je ne pouvais pas lui expliquer, pas tout. Je n'en avais pas le droit. Si je le faisais, j'allais à l'encontre des plans de Reghan, c'était pas une bonne idée. Froidement je lui répondis de s'adresser à mon frère. Lui jugerait de ce qu'il convenait de dire ou de taire. Sa réaction fut directe. Un sourire goguenard vint ourler ses lèvres. Je réprimais une violente envie de lui envoyer mon poing dans la figure. Il avait raison. J'obéissais aveuglément à mon frère. Il était la seule famille que j'avais, je ne pouvais pas me permettre de lui désobéir et de le perdre. Si je lui désobéissais... Mes jambes portaient encore les traces de ses coups.

Penser à mon frère, imaginer de le perdre, de le voir me tourner le dos, me retrouver seule, perdue... Mon coeur se serrait toujours, j'avais peur de me retrouver à nouveau perdue, d'être seule et incomprise. Je me radoucis alors, cherchant à lui expliquer qui j'étais et d'où je venais. Je lui parlais de mon père et de ma mère, de mes frères. Je lui parlais de mon enfance et de ce jour tragique où nous avions été propulsés hors du foyer familial, où j'avais été arrachée à ma famille. Je pleurais. Chaque larmes contenait un souvenir heureux et passé. Il me posa une question, ayant un peu de mal à comprendre. Comment pouvais-je être un Louve si mes parents étaient humains ? Je secouais doucement la tête avant de reprendre.

Je lui parlais de ce jour où nous avions été expulsés de chez nous, essayant de lui faire comprendre. J'étais jeune, trop jeune. Et pourtant j'étais âgée pour eux. Terriblement âgée. Je ne connaissais pas leur façon de calculer le temps. Il me demanda alors si j'avais cinq cent ans. Peut être. J'haussais les épaules, desserrai mes mains et m'accroupis pour cueillir une fleur que je fis tourner entre mes mains. Je repris sur cette histoire de solitude, essayant de lui faire comprendre mes intentions. Je ne voulais pas être seule. Je voulais des amis. Mais eux ne voulaient pas comprendre. Lui était différent, je le sentais. Reghan n'était pas comme moi, il avait toujours été différent de moi. Ce que moi je voulais, il s'en fichait. Seul comptait ce qu'il voulait, lui.

Je me tus. J'avais fini. J'espérais qu'il comprenait. Il me demanda alors ce que voulais Reghan. Restant silencieuse je me contentai de le fixer avec de grands yeux. Je ne pouvais pas le lui dire. Il reprit, enchaînant sur ce que je lui avais dit sur le Diable. Il ne pouvait pas être mon père, je l'aurais su sinon. Il ne voulait pas insinuer qu'il était mon père mais qu'il aurait pu être à l'oeuvre lors de notre naissance. Je pâlis et détournai la tête, retirant un à un les pétales de la fleur. Il marqua une pause avant de reprendre. Les sorcières. Il voulait savoir à leur sujet. Je gardai la tête tournée, profitant du fait que mes cheveux cachaient mon visage, l'empêchant de voir mon trouble. « Je ne sais pas quel âge j'ai dans votre conception du temps. J'ai quinze ans, c'est tout. » Il voulait savoir...

Je me levai, jetant le cadavre de fleur, réajustant ma cape sur mes épaules, lissant les plis de ma robe, rejettant mes cheveux derrière mes épaules. Une fois prête je me tournais vers lui, visage impassible et grands yeux d'enfant. J'en étais toujours une en fin de compte. « Je ne peux pas te répondre, je n'ai pas le droit, je dois protéger mon frère. Si tu veux connaître les réponses, suis-moi. » Je le regardai longuement dans les yeux avant de me détourner et de m'avancer sur le sentier en direction de chez moi. Je m'arrêtai et le regardai par-dessus mon épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Ven 2 Aoû - 12:54

    Je devais poser trop de questions, parce que Cersei ne répondait à aucune. Soit je la chamboulais en la forçant à se poser des questions qu'elle avait toujours évité, soit... Soit elle n'était pas en mesure de répondre. Pourtant alors que j'étais totalement stupéfait d'apprendre quelle avait 500 ans, elle se cantonna à le répliquer qu'elle avait 15 ans et rien de plus.

    « Ce n'est pourtant pas difficile, tu prends l'année de ta naissance, l'année où nous sommes et tu calcules. »

    D'accord, c'était sans doute un peu... sec. Mais elle n'avait pas 15 ans, pas d'après ce que j'avais compris, qu'importe son apparence physique. Il me semblait pourtant que les loups n'étaient pas immortels... Ils continuaient de vieillir et ils finissaient par mourir, comme les humains. Non ? Mais le fait qu'elle soit la première changeait peut-être la donne ? Et est-ce que cela changeait quelque chose me concernant ? J'eus soudain peur que ce soit le cas... Je ne souhaitais sûrement pas l'immortalité, sûrement pas traverser les âges comme elle, dans cette solitude infernale. Et que deviendrait Cassandre ? Et si je devais voir vieillir et mourir mes amis sans changer ? Peut-être que je m'emballais trop vite, cela avait toujours été mon défaut, mais cette perspective me glaçait le sang.

    Elle se leva alors brutalement, jetant la fleur sur le sol, avant de réajuster ses vêtements pour me regarder, faisant ses 15 ans de nouveau. Cela me troublait... Ce décalage entre son âge physique et son âge réel, cette tristesse et vieillesse dans ses yeux, balayée par de l'innocence l'instant d'après. Cela me déstabilisait. Elle me dit alors qu'elle ne pouvait pas me répondre, qu'elle devait protéger son frère. Ce n'était pas à lui de la défendre plutôt ? Il était le plus âgé non ? Quelle emprise avait-il sur elle exactement ? Elle me proposa alors de la suivre et soudain je me demandais si c'était une bonne idée d'accepter ce genre d'invitation, je n'avais pas très envie de croiser son frère... La plus élémentaire des prudences me hurlait de ne pas la suivre, mais je n'avais jamais été prudent...

    Alors finalement, alors qu'elle avançait, je lui emboîtais le pas, tandis qu'elle se retournait pour vérifier si je la suivais ou pas. Ce que je faisais, la rejoignant en quelques enjambées. Le silence s'installa. J'étais gêné et circonspect, espérant que ce n'était pas là un piège, je ne savais rien d'elle et de ses intentions. Même si elle était touchante, je n'étais pas prêt à lui faire confiance et elle pouvait très bien se ficher de moi depuis le début avec ses grands discours sur la solitude.

    « Est-ce que... cela change quelque chose que ce soit toi qui m'ai mordu ? Est-ce que cela change quelque chose par rapport aux autres loups ? »

    J'osais poser la question, mais j'avais peur de la réponse quelque part. Pourtant, je refusais de rester avec mes doutes, autant avoir des certitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Jeu 15 Aoû - 20:40

J'avais quinze ans. Enfin, dans ma conception du temps. Je m'étais rendue compte que cette conception du temps était différent ici, sur Terre. Nous avions toujours été terriblement prudents, Rhegan et moi. Je me bornais donc à lui répondre que je n'avais que quinze ans. Il me railla, me rétorquant qu'il me suffisait de prendre l'année de ma naissance et l'année où nous étions et de calculer. Je ne répondis pas, ce n'était pas aussi facile que cela. Je me levai, me débarrassant de la fleur avant de réajuster ma cape autour de moi, levant de grands yeux d'enfant sur lui. Je ne pouvais pas lui répondre. Ça m'était impossible. Je devais protéger mon frère, c'était primordial.

Il me rejoignit. Je souris en me détournant avant de reprendre mon chemin d'un pas léger et enfantin. Il était curieux, je le sentais. Je ne pouvais pas le lui en vouloir, n'importe quel Loup aurait été tenté. Rares étaient ceux qui étaient fiers de ce don, la plupart des Loups prenaient cela comme une malédiction. Il me posa alors une question qui me surprit. Il voulait savoir si cela changeait quelques chose pour lui le fait que ce soit moi qui l'ait mordu. Je baissais les yeux, regardant où je posais les pieds, laissant le silence s'installer. Ce fut seulement lorsque nous fûmes à proximité de la maison que nous habitions Rhegan et moi, que j'osais lever les yeux sur Damon Jackson pour lui répondre. « J'aurais aimé que cela change quelque chose... Si ça avait été le cas, peut-être aurais-je mordu moins de personnes... Mais non. Ça ne change rien, tu es un Loup normal, si je peux appeler ça normal. Tu pourrais être plus fort qu'un Loup normal pourtant... Si tu me laissais te prendre en main... »

Je me tus, restant muette. Nous arrivâmes dans la clairière qui entourait notre maison. La forêt était devenue soudainement silencieuse. Mon frère n'était pas là, je ne sentais pas son odeur, par contre, Ser Jorah, le chevalier errant qui avait adopté la cause de Rhegan, était là, lui. Je m'avançais vers la porte et, inspirant longuement, l'ouvris. Le vieux chevalier se porta immédiatement à ma rencontre mais il s'arrêta en voyant le traqueur derrière moi. Son visage était impassible mais je vis sa main se crisper sur la garde de son épée. Je souris et m'approchai de lui, posai ma main sur la sienne et déposai un baiser sur sa joue. « Ce n'est pas un ennemi, il est là pour comprendre. C'est moi qui l'ai mordu la dernière fois. »

Je me tournai vers mon hôte et, tout en tendant ma cape à Ser Jorah, lui souris. « Bienvenue dans notre humble demeure. Mon frère ne devrait pas tarder à revenir mais en attendant tu es mon invité. » Je lui fis signe qu'il pouvait entrer sans crainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Dim 18 Aoû - 11:46

    Au moins une réponse franche et sans fioritures. Pour une fois, Cersei n'évita pas le sujet. Apparemment, cette question là n'était pas tabou. Alors que je demandais si cela changeait quelque chose d'être mordu par un loup originel, elle me répondit que non, que je pouvais simplement être plus fort qu'un loup normal, à condition de suivre son enseignement. Et quel serait l'intérêt d'être plus fort qu'un autre ? Je n'avais pas l'intention de me frotter aux autres. Je rejetais totalement cette partie de moi, cette nouvelle vie. C'était juste un accident de parcours, une parenthèse dans ma vie normale les nuits de pleine lune et rien de plus. Je ne voulais pas embrasser cette vie là, qui m'éloignerait des miens... Qui risquait de m'éloigner de Cassandre.

    « Pourquoi cela t'aurait-il empêcher de mordre autant de gens ? »

    Je ne comprenais pas bien son raisonnement, mais je ne pouvais pas deviner ses pensées, je ne connaissais l'adolescente que trop peu. Et je n'avais pas envie de la connaître... Pourtant, je la suivais pour avoir des réponses et je ne pouvais m'empêcher de penser que peut être, elle pouvait m'apprendre à me contrôler mieux que ça... Elle devait en savoir des choses en étant la première non ? Savait-elle que les sorcières pouvaient nous contrôler ? Je n'osais pas aborder le sujet, de peur d'attirer l'attention sur moi. Et sur Cassandre. Je ne doutais pas que d'autres loups verraient ce lien d'un mauvais œil et je crèverais de mettre la jeune femme en danger de mort pour m'être montré trop curieux.

    Nous arrivâmes à la cabane et je me tendis... Quelque chose dans l'attitude de Cersei me faisait penser qu'elle était nerveuse et puis, il y avait une odeur qui n'était pas la sienne. Même si je n'étais vraiment pas doué avec ces trucs de loup et que je ne cherchais pas à le devenir, je ralentis le pas, par instinct, alors que la porte s'ouvrait et qu'un homme d'une cinquantaine d'années se présentait, regardant Cersei puis moi, avec une méfiance toute naturelle. Je sentis la rage monter quand je vis qu'il était prêt à dégainer l'épée, mais la jeune fille le rassura sur mes intentions. Je ne savais même pas ce qu'elles étaient à vrai dire. Je ne voulais pas faire de mal à Cersei ou son frère, même si j'avais voulu me venger de ma créatrice, je me révélais bien incapable de pouvoir tenter quoique ce soit... Je voulais comprendre, des réponses, voilà tout.

    Et c'est exactement ce que lui dit la jeune fille, avant de dire qu'elle m'avait mordu. Comme ça, j'étais catalogué loup-garou directement. Et lui, en était-ce un ? Cersei avait-elle seulement ramené une seule fois des personnes humaines ? Elle tendit sa cape à l'homme d'armes, avant de se tourner vers moi et de m'inviter à entrer. J'eus un petit sourire crispé.

    « Ton invité... Cela me protégera-t-il de l'ire de ton frère ? »

    Je n'avais pas l'intention de le mettre en colère, mais je n'avais pas forcément ma langue dans ma poche... Et je devinais la demoiselle soumise à son aîné.

    « Peux-tu me promettre qu'il ne m'arrivera rien ici ? »

    Je n'avais pas envie de me retrouver piégé et de mourir dans cette cabane au fond des bois... Et effectivement, je n'étais pas du tout rassuré. Tant pis si elle le sentait et trouvait cela ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Dim 25 Aoû - 13:46

Il était tendu, nerveux, crispé. Je n'allais pas le lui reprocher, depuis qu'il savait qui j'étais, il était tendu. N'importe qui serait nerveux. Il me fit un petit sourire crispé, entrant prudemment, me demandant si le fait qu'il soit mon invité le protégeait de la colère de Rhegan. Je souris sincèrement. Ici, dans cette maison, dans cette clairière, je n'avais pas besoin de faire semblant, de me cacher, je pouvais être moi-même. Il reprit, me demandant de lui promettre qu'il ne lui arriverait rien, mon sourire s'accentua. « Partage le pain et le sel avec moi et je peux te jurer sur mon honneur qu'il ne t'arrivera rien. Tu seras protégé par les lois de l'hospitalité, Rhegan ne pourra rien contre toi. » Je n'attendis pas sa réponse, m'avançant dans la grande pièce principale. Nous n'avions que quelques meubles. Une volée de quatre marches en bois conduisait à une sorte de mini étage autour de l'âtre, une immense cheminée. Près de celle-ci, une table et quatre chaises, un buffet, un garde-manger. Juste au bord de l'estrade, dos à la cheminée, un banc de bois recouvert d'une myriade de coussins et de couvertures, deux hauts fauteuils, une petite table basse recouverte d'une multitude de plantes séchées ou non. Une échelle, cachée derrière un rideau, conduisait à l'étage, aux chambres. Une porte près de la cheminée menait dans une autre pièce.

J'entendis Ser Jorah refermer la porte tandis que je montais les quelques marches pour me diriger vers le garde-manger. J'en sortis une miche de pain et un pichet de cidre que je posai sur la grande table avant de prendre deux verres et un couteau à pain dans le buffet. Je fis un signe à mon hôte de s'approcher tandis que je remplissais les verres et coupais deux tranches de pain. Je m'assis à ma place habituelle, le dos à la cheminée où rougeoyaient quelques braises, diffusant une douce chaleur. Je poussais un verre et une tranche de pain vers Damon Jackson, le regardant hésiter. Il avait peur, je le voyais et je pouvais le sentir. Avec un sourire quelque peu moqueur, je le rassurai en mordant dans ma tranche de pain, mastiquant soigneusement avant d'avaler, je bus une gorgée de cidre.

Un coup d'oeil vers la porte m'indiqua que Jorah était sorti, sans doute pour attendre le retour de Rhegan et le prévenir de la présence de mon invité. Je me tournais vers celui-ci qui avait finalement mangé un morceau de pain et bu un peu. J'hochai légèrement la tête, les lois de l'hospitalité le protégeaient maintenant, même si Rhegan décidait de s'emporter, il ne pourrait rien lui arriver. Je me levai pour aller raviver le feu avant d'emporter mon verre de cidre et de descendre vers la table basse pour y poser mon verre. Je m'installai ensuite sur le banc, m'enroulant dans une des nombreuses couvertures. « Je sais que tu veux des réponses, que tu veux comprendre. Je ne te garantis pas que Rhegan te réponde honnêtement à toutes tes questions. Mais comme je te l'ai déjà dit, nous sommes liés dorénavant et il y a quelque chose chez toi qui m'intrigue. Je t'aiderai, je te le promets. Et si mon frère ne répond pas à toutes tes questions et si je peux te répondre, je le ferrai. » Je dardai mes yeux devenus argentés sur lui. Il était différent mais je n'arrivais pas à savoir ce que c'était.

Nous fûmes interrompus par le bruit de la porte d'entrée qui s'ouvrit sur mon frère. Il ôta sa cape en la tendant à Jorah qui s'en saisit avant de s'effacer dans l'ombre, surveillant. Je ne me levais pas, confortablement blottie sous mes couvertures et mes coussins. Il arqua un sourcil en voyant Damon Jackson mais il ne fit aucun commentaire en voyant les verres et la miche de pain. Il s'approcha de moi et s'assit parmi les coussins. Il m'attira contre lui et m'embrassa dans le cou avant que je ne m'extirpe des coussins et couvertures. Je présentai mon invité. « Rhegan, je te présente Damon Ethan Jackson, un des traqueurs du village, je l'ai mordu lors de la dernière lune rouge. Il est quelque peu... perturbé par sa transformation, aussi avait-il plusieurs questions à te poser. » Je croisai le regard violet de mon frère, il était impassible.

Il s'adossa, se redressant et croisant les bras, jaugeant Damon Jackson du regard. Au bout de quelques minutes de silence, il finit par prendre la parole. « J'ai pour mère la Lune et pour père le Vent. Le Loup est mon frère, la Femme est ma sœur. Je suis Rhegan Silverwind, roi des Loups faits Hommes et des Hommes faits Loups. Tu as reçu le Don, tu es l'un des nôtres désormais. Que souhaites-tu savoir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Dim 8 Sep - 9:45

    Je ne cessais de me demander si je ne m'étais pas jeté dans la gueule du loup. Très amusant au vu de la situation, mais je n'étais pas à l'aise avec cette femme enfant. Elle semblait dotée de sagesse, mais une sagesse qui était souvent balayée par son air candide et une sorte de naïveté incongrue pour une demoiselle de son âge. Elle m'avait quand même mordue. Je ne pouvais pas oublier ça et qu'importent ses excuses ou ses explications. Elle avait prit sans rien demander et je n'étais pas prêt de lui pardonner cela. Cependant, alors que je demandais si je ne risquais rien ici, si elle saurait me protéger de son frère, qui me semblait redoutable et décider de tout d'après ce qu'elle disait, elle me répliqua que je n'avais qu'à partager pain et sel avec elle pour être protégé par les lois de l'hospitalité. Bon, je n'avais plus qu'à y croire.

    Je la suivis donc, pour pénétrer dans une grande pièce, plutôt bien aménagée même si c'était assez étrange... Cela ne ressemblait pas vraiment à un lieu de vie ordinaire. On aurait dit une salle du trône, dans une mesure bien moindre que celle d'un roi bien évidemment, mais l'estrade, les deux fauteuils... La pièce était aménagée pour être focalisée sur les deux fauteuils et donc les deux êtres qui étaient assis dessus... Elle et son frère ? Cette pièce me mettait mal à l'aise, sans réelle explication.

    Cersei partit quelques instants alors que son gardien rôdait pour revenir avec de quoi boire et manger, me proposant ma part, que j'hésitais à avaler jusqu'à ce qu'elle me montre l'exemple non sans se moquer de mon hésitation. Je mâchonnais un bout de pain sans grande conviction, l'estomac noué... Franchement, pourquoi l'avais-je suivi ? Qu'est-ce que son frère pouvait m'apprendre de plus ? Pourtant, ils étaient des étrangers, des loups originels, ceux par qui tout avait commencé et je me doutais qu'ils n'étaient pas ici par hasard. Et la raison de leur venue pouvait être une information intéressante.

    La louve se leva alors pour aller se positionner sur le banc, rompant le silence en me disant qu'elle répondrait à mes questions si son frère ne le faisait pas. Le loup en elle n'était pas loin, je le compris à son regard et je hochais la tête, incapable de formuler un merci audible envers elle qui m'avait volé ma vie et avait tout fait voler en éclats. A cause d'elle, j'étais un loup, je savais que ma meilleure amie était une sorcière et en plus, j'étais lié à elle par la magie. Merveilleux.

    La porte s'ouvrit alors et je me tendis d'instinct, tournant la tête vers le nouvel arrivant. Aussi blond que sa sœur... Il me jeta un regard sans dire un mot et vint saluer sa sœur qui prit la parole pour me présenter. Perturbé par ma transformation. C'était le cas. J'aurais aimé défaire ce qui avait été fait, mais on ne pouvait revenir en arrière... Je me sentis observé, jugé, me forçant à demeurer stoïque sous l'examen silencieux qui me sembla interminable. Je respirais de nouveau quand la voix grave de Reghan s'éleva. Ses paroles me semblèrent bien mystérieuses... Et me rappelèrent celles de Cersei. C'était quoi ce charabia ? Une sorte de façon de se saluer entre loup-garous ?

    « Je voudrais comprendre. Comprendre pourquoi nous existons, comment vous avez été faits les premiers... Qui est à l'origine de tout cela. »

    Je marquais une pause, observant la salle.

    « Roi des Loups faits Hommes et des Hommes faits Loups... Oui, cette salle m'a fait pensée à une salle du trône forestière dés mon arrivée... Qu'est-ce que vous êtes venus faire à Daggerhorn ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 182




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Ven 13 Sep - 23:21

Rhegan en faisait trop, comme à chaque fois. Il en faisait toujours trop, les gens se méfiaient et nous nous retrouvions systématiquement seuls. Seul Jorah avait tenu bon et avait réussi à “connaître” le véritable Rhegan. J'espérais que Damon Jackson me laisserait le prendre sous mon aile. J'avais compris qu'il n'était pas heureux avec sa transformation, que ça le perturbait. Sa vie avait changé d'une façon irrémédiable, mais s'il me laissait devenir son amie, s'il me laissait lui apprendre... Il pourrait mieux se contrôler, les transformations seraient moins douloureuses, il ne serait pas obligé de mordre les gens, il trouverait un équilibre avec sa nature de Loup et il serait libre. C'était de la faute de Rhegan si les Loups, aujourd'hui, étaient devenus ces bêtes sanguinaires qui faisaient trembler les pauvres gens.

Lorsque j'entendis Rhegan demander au traqueur s'il avait des questions, ma curiosité fut piquée au vif. Des questions, il en avait. Un tas. Oserait-il toutes les poser ? C'était ce que je voulais savoir. Le Loup sembla dérouté par les paroles de Rhegan, paroles très cérémonieuses et très pompeuses je me devais de le reconnaître. Il voulait comprendre pourquoi les Loups existaient. Il voulait comprendre comment nous, Loups originels, avions été créés. Il voulait savoir qui était derrière tout cela. Il se tut, observant autour de lui et reprit la parole, répétant les mots de Rhegan. Roi des Loups faits Hommes et des Hommes faits Loups. La première impression qu'il avait eue en entrant chez nous avait été de penser que tout ressemblait à une salle du trône. Version forestière. Il n'avait pas tort. Rhegan avait toujours adoré appuyer ce côté royal et imposant, intimidant. Damon Jackson posa alors la question ultime, celle qui lui brûlait les lèvres depuis notre rencontre. Que faisions-nous ici ?

Instinctivement je portai mon regard sur Rhegan, m'attendant à le voir entrer dans une colère noire. Cette question avait toujours été délicate, secrète. Même Jorah ne connaissait pas les raisons réelles de notre venue ici. Mais il resta impassible, confortablement installé, calé contre le dossier. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Surprise je regardai mon frère avant de poser les yeux sur le traqueur. Mon regard alla de l'un à l'autre. Pourquoi ? Rhegan s'était assuré que tous ceux qui lui avaient posé cette question soient incapable de parler de leur rencontre par la suite. Mais ce Damon... Je fronçai le nez, tout cela cachait quelque chose. Un piège tendu par mon frère, j'en étais sûre. Mais lequel ?

À ma plus grande surprise, mon frère se leva et invita Damon à l'imiter. Inquiète je me levai à mon tour, restant en retrait, observant ce qu'il se passait. Rhegan monta sur l'estrade, contourna la table et se trouva face à la cheminée. Il croisa les mains dans le dos avant de prendre la parole. Son ton avait perdu toute sa prétention. Je me méfiais et m'avançai pour me trouver entre mon frère et mon invité. Au cas où. « Il y a quelque chose de différent chez toi, je le sens très nettement. Ma sœur l'a senti elle-aussi. » Je jetais un œil à Damon. Je le lui avais dit, c'était même l'une des premières choses que je lui avais dit. Mais Rhegan était indéniablement plus puissant que moi. Il en savait plus que moi également. Mon frère se tourna alors vers nous, posant ses mains à plat sur la table. Les flammes se reflétaient dans ses cheveux, les faisant paraître comme enflammés. Je perçus ce qui brillait dans les yeux de mon frère et cela ne me plut pas du tout.

« Nous sommes restés longtemps silencieux, cachés dans l'ombre. Mais la pleine lune de Noël... Cette lune exceptionnelle a été l'occasion rêvée pour nous manifester de nouveau. Et nous n'avons pas été les seuls. Pour ceux qui s'y connaissent, cette pleine lune a marqué un changement, le début d'une nouvelle ère. Cette pleine lune a réveillé un monde caché, un monde de magie. » Voilà ce que je redoutais. Rhegan avait attendu si longtemps... Le moment semblait être venu pour lui de dévoiler la vérité. Je me reculai légèrement pour m'asseoir discrètement, cherchant à me faire oublier. Mais Rhegan ne m'avait pas oubliée, il me fit un signe autoritaire de m'approcher. Silencieusement, la tête baissée, je m'avançai et vint me poster près de lui, légèrement en retrait. Mon frère reprit. « D'autres se sont éveillés, d'autres sont sortis de la nuit. Les Sorcières et autres créatures. Tu as été confronté à des Sorcières, je le sens très nettement. » Voilà. C'était ça l'odeur bizarre. N'ayant jamais vraiment côtoyé de Sorcières moi-même, je n'étais pas familière à leur odeur. Contrairement à mon frère.

« Tu m'as demandé comment nous sommes venus au monde, je vais te répondre. Nous sommes nés il y a des siècles, bien plus que tu ne peux en compter. Nous sommes apparus sur cette Terre vers le cinquième siècle de votre ère. Nous existions déjà depuis bien longtemps mais il fut décidé que nous devions venir ici. On raconte que les humains descendent d'Adam et Eve... Pourquoi pas. Ma sœur et moi sommes les fruits d'un amour défendu entre la Femme et le Loup. Lors de notre conception, des puissances entrèrent en jeu, faisant de nous ce que nous sommes. Le Vent et la Lune assistèrent à notre naissance, nous donnant le Don Véritable. » Il se tut et me fit signe de m'avancer. Je m'exécutai et me tournai, présentant mon dos à notre hôte. Mon frère tira son poignard et trancha le corsage de ma robe, faisant tomber celle-ci à mes pieds, dévoilant ma peau nue. J'avais l'habitude même si cela me mettait toujours mal à l'aise. Je savais que, sur mon dos et mon ventre, courait une immense tâche de naissance représentant des signes compliqués, des arabesques et une immense lune, une patte de loup. Nous étions les seuls à présenter cette marque, la preuve que nous étions les seuls porteurs du Don Véritable.

Jorah s'approcha de moi, m'enveloppant dans sa cape, tandis que mon frère contournait la table pour venir s'asseoir dans son fauteuil, dardant ses prunelles d'un violet pâle devenu argenté sur Damon Jackson. Me couvrant soigneusement de la cape de lin fin, je vins me glisser sous les fourrures, m'asseyant sur le banc, délaissant mon fauteuil. Je détestais quand Rhegan m'utilisait pour ses mises en scène. Mais il n'avait pas fini de parler, aussi reprit-il la parole. Je me cachai le visage dans les fourrures, refusant de voir la réaction de Damon. Je savais ce que mon frère allait lui dire. J'étais... Je l'avais mordu, lui et tous les autres. J'étais responsable de ce qu'il allait devenir, comme une mère responsable de ses enfants. Je les avais abandonnés sur ordre de mon frère. Quelle mère abandonnait ses enfants pour servir les desseins de son frère ? Je ne voulais pas abandonner ce Loup-ci aux mains de mon frère. « Je suis familier à cette puissance qui t'entoure, l'ayant côtoyée à de nombreuses reprises. Nous sommes restés longtemps dans l'ombre, il est temps pour nous d'entrer dans la lumière. Tu m'as demandé quelles étaient nos intentions en venant nous installer ici, dans ton village. La réponse est simple. Je suis venu chercher ce qui me revient de droit. Je suis venu chercher le trône d'Angleterre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 211




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon — Jeu 3 Oct - 18:50

    Je parlais fièrement, posant mes questions, mais en réalité, je n'étais pas aussi sûr de moi que je ne le laissais paraître. Je craignais que les deux loups blancs ne le sentent et fondent sur moi comme des prédateurs sur une brebis galeuse, mais il n'en fut rien. Je n'étais pas détendu, et j'avais l'impression que je ne le serais plus jamais maintenant que j'avais attiré l'attention de ces deux là sur ma personne. J'aurais du me tenir tranquille et éviter d'aller trouver Cersei, je ne me serais pas retrouvé dans cette situation. Cassandre me dirait sans doute que j'étais trop impulsif et que cela allait encore m'attirer des ennuis et malheureusement, je n'aurais pas pu lui donner tort. Mais il n'était plus question de faire marche arrière alors autant profiter de l'occasion... même sic 'était la dernière. Cersei m'avait assuré que partager le pain allait me préserver, mais je n'avais que moyennement confiance en ces vieilles lois.

    Je remarquais que Cersei ne cessait de jeter des regards à son frère. De quoi me rassurer, non ? Je reportais le mien sur Reghan qui était demeuré silencieux et immobile, mais qui arborait un léger sourire qui ne me disait rien qui vaille. Il se leva alors, m'invitant à faire de même et je m'exécutais, soucieux de ne pas aggraver mon cas. J'avais l'impression de marcher sur le fil du rasoir. Il se positionna face à la cheminée et je remarquais que sa sœur s'interposait entre lui et moi. Donc elle craignait quelque chose. Donc je devais craindre moi même quelque chose. Super rassurant. J'avais envie de sortir de cette cabane qui m'étouffait. De m'éloigner de ces deux loups blancs si âgés et si dangereux.

    Je tressaillis quand il prit la parole pour noter ma différence. Celle là même qui avait intrigué Cersei. Pouvait-il sentir la magie qui émanait du lien entre Cassandre et moi ? Je n'aimais pas cela. Je ne voulais pas l'impliquer là dedans, c'était dangereux pour elle. Je préférais le silence à toute réponse orale. Il fit volte face pour me regarder et reprendre la parole, m'expliquant que c'était la pleine lune de Noël qui avait été une sorte de déclic pour eux. Et qui avait révélé tout un monde de magie. Je ne pouvais qu’acquiescer à cela... Des choses troublantes et mystérieuses se passaient, des histoires de lutins et de fantômes qui semblaient se multiplier, au delà des croyances ancestrales. Et que dire des sorcières ? Toujours discrètes et aujourd'hui mises en lumière.

    Il fit signe à sa sœur de venir prêt de lui et elle s'exécuta docilement. Elle lui était totalement soumise. Je sus que si jamais il voulait s'en prendre à moi, malgré toute la meilleure volonté du monde, Cersei ne saurait pas me sauver. Elle ne pouvait pas s'opposer à lui. Il parla alors des sorcières, notant que j'en avais approché. Je demeurais silencieux. Il ne me posait aucune question, mieux valait ne pas trop en dévoiler à ce sujet.

    Il continua sur la création des loups. Un sujet qui nourrissait ma curiosité depuis un moment déjà. J'avais harcelé Cersei à ce sujet, n'ayant droit qu'à une réponse évasive qui ne me satisfaisait pas. Là, j'appris que cela faisait des siècles qu'ils arpentaient cette terre. Onze siècles ? Ils avaient 1100 ans ? Je ne comprenais pas tout. Une femme avec un loup ? Mais c'était répugnant ! Il décida alors de dévoiler des dessins sur le corps de sa sœur, en une mise en scène dont il semblait friand. Et une robe de fichue. Pour pas grand chose en plus. Il avait le sens du spectacle ce Reghan, il n'y avait pas à dire. L'homme qui n'était pas un loup vint couvrir Cersei alors que je ne lâchais pas des yeux son frère, dont le regard avait viré à l'argent, me mettant sur les nerfs. Il parla de nouveau de l'aura étrange qui m'enveloppait, résultat de l'enchantement de Cassandre, du moins est-ce ainsi que je le compris. Mais je cillais réellement quand il parla de ses intentions.

    « Pardon ? »

    Le trône d'Angleterre ? Il était sérieux là ? Mais c'était du délire !

    « En quoi le trône vous revient-il de droit ? C'est à ça que servent les morsures ? Créer une petite armée pour ces rêves de grandeur ? »

    J'essayais de tenir ma langue, de ne pas le prendre pour un cinglé mégalomane, mais c'était difficile. Ma conscience me hurlait de ne pas pousser trop loin. Il était assez aimable pour ne pas me réduire en charpie directement, autant ne pas le pousser à le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur







Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il est temps de rendre des comptes — Damon —

Revenir en haut Aller en bas