Monseigneur... [Jaimie & Christian]







DISCUSSIONS : 153




MessageSujet: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Mar 18 Déc - 14:17

Je me tenais près des box où se trouvaient les quelques chevaux qui nous appartenaient. La famille Turner n'était pas la plus riche du village, mais nos chevaux étaient réputés et nous rapportaient de l'argent, ils étaient élevés, soignés par mon père et mon frère. Je savais également y faire, j'avais appris à aider une jument à mettre bas, je les nourrissais, les soignais, les pensais et je savais monter bien entendu. Mais pour ce qui concernait le reste, je devais laisser faire les hommes de la maison. Plus loin, Jaimie était occupé à ferrer un des chevaux d'un RRH. Pèrs était absent, parti à Ipstick avec quelques chevaux pour le marché. Jaimie tenait la boutique comme on dit.

Je ris alors que la jument venait me donner un coup de museau, cherchant encore de l'avoine. Isis... La jument que j'avais vu naître, qui avait été témoin de nos plaisirs coupables à Jaimie et moi. Cette jument était symbolique et je la bichonnais tout spécialement, la montant même désormais de temps à autres. Elle était magnifique. Et elle représentait aussi bien le paradis dans ses bras que la condamnation de mon âme. Je lui caressais la tête, avant de la panser, de l'étriller, doucement, tout en chantonnant à voix basse pour l'apaiser. Nous avions un lien spécial elle et moi désormais. Finalement, je jetais un regard à droite et à gauche, avant de sortir une pomme de ma robe et de la lui tendre.

- Chut, ce sera notre petit secret. Tu es une brave fille.

Je souris, avant de la délaisser, refermant le box pour me diriger vers l'atelier où travaillait Jaimie. Il faisait frais en cette journée d'hiver et j'avais mis une pelisse pour couvrir ma robe de laine. mes cheveux étaient nattés et mes joues rougies par le froid. J'entrais, observant Jaimie travailler. Il faisait bon ici, et je m'appuyais contre l'établi, en silence pour ne pas effrayer le cheval. Je ne me lassais pas de le regarder travailler. Il finit par me jeter un coup d’œil, après avoir terminé de ferrer l'animal. j'approchais et flattais la bête.

- Il est superbe.

J'aimais les chevaux. même si ce métier n'était pas pour les dames. Non mon rôle à moi, ce serait de me marier, rien de plus rien de moins, de faire des enfants et d'assister mon mari en tenant la maison. Triste sort en vérité. Le seul époux que je voulais, c'était le jeune homme qui se tenait près de moi. Et c'était le seul que je ne pouvais avoir. Dans l'intimité de la maréchalerie, je me surpris à lui caresser doucement le dos, avant de baiser ses lèvres avec tendresse. Un baiser furtif, tant qu'on aurait pu penser l'avoir rêvé. Et finalement, c'était aussi bien, car des bruits de sabots nous parvinrent presque aussitôt, tandis qu'un cavalier se présentait, monté sur un superbe étalon. Je le détaillais du regard... Attitude noble. il devait déjà être assez riche pour posséder un tel animal. Il avait une allure altière, une belle carrure, des cheveux sombres et un regard profond. Bel homme. Je détournais le regard, pour laisser Jaimie s'occuper de l'inconnu.

Je n'étais qu'une femme après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Summer's Wolf

DISCUSSIONS : 210




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Mar 18 Déc - 19:52

Mon geste était sûr, précis et ma prise totalement maîtrisée. Même si je n’étais pas a l’abri d’un coup donné ou d’une bourrade. Mais je n’avais pas peur, c’était le principal parce que même pacifique, un cheval sentait la peur, c’était ainsi. Je tenais la patte arrière droite de Fire entre mes cuisses, son sabot levé vers moi. Le premier clou s’enfonça dans la corne comme dans du beurre sous la poussée du marteau. Plus loin, j’entendais Grace fredonner doucement et je me pris a sourire en coin. J’adorais sa voix, pure, cristalline. J’otais le dernier clou rutilant d’entre mes lèvres lorsqu’elle entra. Je ne levais pas les yeux, mais je le savais au doux froissement de sa cape. Il ne faisait pas si chaud que cela, mais près de l’âtre, moi, j’étais seulement vêtu d’une chemise largement entre ouverte.

« Oui, dommage qu'il soit aussi mal traité... »

Approuvais-je en lâchant le sabot que je tenais, fraîchement ferré avant de tapoter l’arrière train de Fire pour le féliciter de son calme.

« Tu as encore été traîner du côté d’Isis non ? »

Il y avait un peu de rire dans ma voix mais pas que cela. Il y régnait aussi une espèce de complicité amorale, sensuelle. Parce que c’était le jour de sa naissance qu’elle m’avait enfin ouvert les bras, que l’on avait vraiment été nous-même, contre l’avis de Dieu, contre la morale des hommes. J’allais me laver les mains lorsque je sentis sa frêle caresse sur mes reins, je tournai la tête, un peu surpris, juste a temps pour recevoir son baiser. Aussi léger qu’un mirage mais qui me fis sourire. Elle n’osait jamais. Je la provoquais sans cesse pour qu’elle cède, m’attaquant sans fatigue aux forteresses qu’elle érigeait toujours. Mais là non et c’était doux, si doux que je dûs me faire violence pour ne pas ravir sa taille d’un bras et plaquer son corps contre le mien. A vrai dire, je fus grandement aidé par le son des sabots entrant. Je levais les yeux, me lavant consciencieusement les mains dans un seau d’eau fraîche. J’avais souvent accompagné Père au marché d’Ipstick alors en reconnaître le jeune seigneur n’était pas difficile. Je serrai légèrement les dents et un muscle joua sur ma mâchoire…Je jetai un coup d’œil a ma sœur avant de reporter les yeux sur lui, me plaçant sans le préméditer devant ma sœur.

« Jeune Seigneur Hillam… »

Saluais je en flirtant avec l’impolitesse, mais assez subtilement pour que cela ne soit pas flagrant. Déjà le qualifier de jeune seigneur était une insulte en soi, son père étant mort, c’était lui dorénavant le seigneur…J’esquissais un sourire en coin.

« Que puis je faire pour vous ? père est absent pour le moment. »

_________________
She could be a Statue of Liberty
She could be a Joan of Arc
But he’s scared of the light inside of her
So he keeps her in the dark


Pearl-Perry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 31




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Sam 22 Déc - 16:42

Mon arrivée au village était encore un secret pour l'ensemble des villageois, mais pour combien de temps ? Je n'aurais su le dire. Ce matin là, je n'attendis pas de me faire servir quelques repas. M'habillant à la hâte, je descendis dans les écuries pour seller mon cheval et partir au premières lueur du soleil. Faisant le tours de Daggerhorn, j'avais entrepris d'en établir l'état. Et pas étonnant que les villageois se laisse porter par tant de légendes, leurs fermes et enclos étaient saccagés.

Je me demandais alors ce qui pouvait-être à l'origine de tel dégâts et bizarrement ces envoyés de dieu me semblaient presque trop coupable. Ils étaient fanatique et les rumeurs les désignaient comme violent, mais de là à briser des enclos… Le mystères resterait donc complet pour aujourd'hui.

J'allais donc m'apprêter à retrouver les écuries lorsque mon cheval trébucha. Sautant presque de la selle, je regardais sur le sol pour savoir si il n'y avait pas quelques planches ou autre qui pourrait l'avoir blessé, mais non, rien de cela, juste de la boue. Vérifiant alors ses membres je dus me résoudre à chercher une autre cause qu'une blessure, il n'avait aucun membre chaud. Levant alors les sabots, je constatais alors qu'un des fer était sur le point de partir. Trop loin de la ville pour risquer de le faire rentrer avec un fer en fin de vie, je pris l'initiative de lui ôter. Ce n'était pas la première fois que je le faisais et je savais parfaitement qu'un pied déféré valait mieux qu'un fer branlant.

Revenant donc au pas, je pus assister à une scène des plus belles en ce début de journée. Un village s'éveillant sous le froid de l'hiver. Beau et presque irréelle. Me laissant guider jusqu'au maréchal ferrant, je croisais plus de curieux qu'à mon départ ce matin.

Arrivant finalement à l'endroit désiré, je fus accueilli par un jeune homme quelque peu farouche et une demoiselle visiblement plus timide que lui. Descendant de mon cheval, je gardais les rênes en mains alors que d'un regard, je balayais l'établissement. J'étais déjà venu, mais en effet, c'était toujours son père qui c'était occupé de mes montures.

« Ne doutez point de vos capacités, vous êtes sans aucun doute aussi apte que lui. »

M'inclinant légèrement en direction de la jeune femme qui était caché dernière lui.

« Mademoiselle. »

Me redressant, je portais un regard neutre à celui qui semblait vouloir se démarquer. J'étais certes jeune, mais je demeurais le seigneur de ces terres et j'étais certain qui le savait… Heureusement pour lui, je n'étais pas mon père et je me contenterais de ne pas réagir.

« Mon cheval a perdu un fer ce matin, je viens solliciter vos services afin de lui défaire les trois restant et bien évidemment de le referrer. »

C'était évident, mais vu qu'il semblait vouloir faire son malin, je lui rappellerais gentiment que c'était lui le plus stupide de nous deux, et que donc, bien que je n'ai pas à lui apprendre son métier, je me devais de lui expliquer comment le faire.

Souriant de façon légèrement formel, j'ajoutais.

« À moins que votre père ne vous est point donné l'autorisation de toucher un marteau ? »

Je n'avais pas l'habitude de me laisser prendre par ce genre de petit jeu, malheureusement, je devinais que l'absence prolongé de véritable ordre ici avait poussé les villageois à s'armer d'une certaine crainte de l'extérieur. Ou tout du moins d'une méfiance. Malheureusement pour eux, j'étais le seigneur de ces terres et je comptais bien rétablir l'équilibre pour le bien de tous…

« Je vous pris d'excuser de telles paroles. »

M'inclinant à nouveau, je retrouvais le jeune homme du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 153




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Sam 29 Déc - 10:32

Je jetais un regard à l'étalon tandis que mon frère m'avouait sa maltraitance. Je savais que c'était quelque chose qui le mettait hors de lui. Etrange comme il pouvait être indifférent au sort d'un homme, mais sensible à celui d'un animal, davantage encore quand il s'agissait d'un cheval. Sans doute parce que nous avions grandi en apprenant à les respecter pour ce qu'ils étaient : des compagnons fidèles, loyaux. Ils nous rendaient service et ne demandaient en échange que quelques soins et de la nourriture. Un peu d'amour en bonus si le maître était exceptionnel. Mais les RRH n'étaient pas tous bons... Certains me faisaient froid dans le dos rien qu'à me regarder. S'ils savaient quelle âme noire abritait mon charmant minois angélique... Et parfois, je me disais qu'ils le savaient quand leurs regards s'attardaient trop longtemps sur moi.

La voix de Jaimie me tira de ma rêverie quand il constata que j'avais encore traîné du côté d'Isis. Je souris. Tous deux savions quel symbole elle représentait, sans compter que j'adorais cette jument et qu'elle me le rendait bien.

« J'adore cette jument. »

Je n'ajoutais rien, ce n'était pas la peine, Jaimie savait très bien ce que cela sous entendant, ce qu'elle représentait et mieux valait parfois ne pas trop en dire que jacasser à tort et à travers. Elle était l'unique témoin de notre relation totalement amorale. Je jetais un regard autour de moi, avant d'attirer l'attention de Jaimie et de lui voler un baiser sous son regard surpris. Il n'était pas habitué à un tel comportement de ma part. Mais ce moment de complicité vola en éclats quand un étranger se présenta en requérant les services de père. Je vis l'expression de Jaimie changer du tout au tout alors que mon cœur faisait une violente embardée. Pas pour le bel inconnu, mais parce que je craignais le caractère impétueux et tempétueux de mon frère.

Il vint se placer devant moi, comme pour me cacher aux yeux de l'homme et cela ne fit que piquer ma curiosité alors que je relevais la tête et le regardais. Je tressaillis quand Jaimie l'appela jeune seigneur Hillam. Quoi ? C'était lui Christian Hillam ? Mais que faisait-il ici ? L'ironie discrète de Jaimie ne m'échappa pas à moi, je le connaissais par cœur. Il salua, mais juste ce qu'il fallait, avant d'apprendre au jeune seigneur que notre père était absent pour le moment. Le seigneur ne se démonta pas pour autant, et répondit que Jaimie était sans doute aussi apte que père. Naturellement qu'il l'était. Je ne savais pas quelle mouche le piquait...

Il me salua alors moi aussi et je me surpris à sentir mes joues chauffer, avant d'esquisser une révérence déférente.

« Monseigneur. »

Je me redressais alors qu'il disait à Jaimie ce qu'il venait faire ici et commençais à lisser ma robe et remettre de l'ordre dans mes cheveux... Inconsciemment, avant de m'arrêter quand je m'en rendis compte. Ridicule. Je n'étais qu'une petite paysanne et qu'importe l'image que pouvait avoir le beau seigneur de moi ? Sans compter que je connaissais la jalousie de Jaimie. Le jeune seigneur lança alors une pique à Jaimie et je souris dans son dos. On aurait dit un combat de coq. D'ailleurs le seigneur Hillam s'excusa pour de telles paroles, ce qui me surprit. Il n'avait pas à le faire, il était tout puissant.

« Vous n'avez pas à vous excuser Monseigneur, nous sommes à votre service et mon frère va s'occuper avec célérité de votre monture. »

Je lançais un regard lourd de sous entendus à Jaimie : tiens-toi tranquille et ravale ta fierté mal placée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Summer's Wolf

DISCUSSIONS : 210




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Sam 19 Jan - 17:06

Un sourire en coin recourba mes lèvres. Ironique même. Ainsi j'étais aussi apte que mon père mais interdit de marteau ? Pique maladroite.

"Il faudra changer les quatres pour éviter un déséquilibre dût a l'usure des trois autres, sans compter que si un lâche, les autres suivront...Mais je suppose que vous le saviez."

Je lui jetais un regard innocent. Je détestais ce genre de type se croyant tout permis juste parce qu'il était né avec une cuillière en argent dans la bouche.

" Ne vous excusez pas,après tout, ne venez vous pas de me juger aussi apte que mon père ?"

Du coin de l'oeil, je remarquais ma soeur en train de se réajuster et je serrais légèrement les dents. Elle était idiote ou quoi ? Hillam était connu pour trousser tout ce qui portait jupon et la voilà en train de faire sa belle. Néanmoins, je retins un commentaire mais ne me priva pas pour lui faire sentir toute l'ironie qui m'habitait en la voyant se pouponner. Ben voyons, rêve-t-elle d'un mariage noble ? Autant rêver, tout au plus elle serait assez digne pour se rouler dans la paille avec Hillam mais certainement pas pour l'épouser. Je me saisis des rênes de l'animal, observant son état général avant de laisser glisser ma paume sur son flanc, avant de revenir sur le haut de son antérieur et d'y glisser en une caresse apaisante jusqu'a ce que je puisse faire fléchir la jambe et de soulever un sabot privé de fer. L'état était bon, au moins, Hillam ne l'avait pas laissé courir avec un fer en moins. Ce type respectait les femmes comme des putains mais au moins, il prenait soin de son cheval. Je lâchais le membre et me tournais vers lui.

"Au moins, vous ne l'avez pas fait travailler plus que de raison sans fer, ce sera plus facile. Venez."

Je me dirigeais vers une stèle libre sur le mur duquel était fixé un anneau en fer.

"Tu devrais rentrer Grace, Mère compte sur toi pour le linge."

J'avais dis ça sans même la regarder, c'était sans doute un mensonge qui ne visait qu'a l'éloigner de l'écurie mais restait encore qu'elle m'écoute et ça, ce n'était pas gagné.

"Pouvez vous rester prêt de votre monture, Mon seigneur, il sera plus tranquille avec son maitre proche."
_________________
She could be a Statue of Liberty
She could be a Joan of Arc
But he’s scared of the light inside of her
So he keeps her in the dark


Pearl-Perry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 31




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Mer 23 Jan - 15:02

Voilà une femme plus intelligente que son frère. Lui souriant donc doucement, je m'inclinais légèrement en signe de remerciement. Être à mon services ? C'était le cas, mais cela ne devait pas me pousser à exiger des choses. C'était peut-être la différence qu'il y avait entre ma mère et moi. Je savais ce qui m'était du, mais je demandais avant d'exiger.

Le jeune Turner reprit alors en m'affirmant qu'il fallait changer les quatre. Bien évidemment que je le savais étant donné que j'avais formulé ce souhait en arrivant. Mettons cela sur la fatigue. Il m'affirma alors que je n'avais pas à m'excuser, mais j'étais certain qu'il ne pensait en rien ses mots. Il y avait de l'arrogance en lui, je ne pouvais pas l'ignorer, toutefois, je n'allais guère m'amuser à rentrer dans son jeu à nouveau.

Il s'approcha alors de ma monture avant de lui prendre le pied. Observant un instant silencieux, il finit par affirmer que je ne l'avais pas fait travailler plus que de raison. Et ce respect allait lui faciliter le travail.

« Un cheval avec qui vous vous entendez est plus précieux que la meilleur des gardes. »

Affirmais-je alors qu'il attirait l'animal dans un stèle. Ce cheval me connaissait assez pour réagir à chaque impulsion, à chaque sentiment que je pouvais ressentir. Il m'avait sauvé plus d'une fois la vie en réagissant aussi vite que moi. Et c'est pour cela qu'il m'était précieux et donc que je le respectais énormément.

Il conseilla alors à sa soeur d'aller voir leur mère et il ne me suffit que d'un regard pour comprendre que la jeune femme n'allait pas le faire. Il reprit alors que je devais rester près de ma monture afin qu'elle soit plus tranquille. M'avançant alors, je m'approchais de l'animal avant de lui signifier ma présence.

« Vous connaissez parfaitement les chevaux. »

Ce n'était pas une question, mais bien une constatation. Son père n'était pas si précautionneux, mais lui si. De telles attentions ne mentaient pas du tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 153




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Lun 28 Jan - 19:45

Jaimie était infernal. Que prouvait-il à jouer au plus malin avec le jeune seigneur, sinon qu'il n'était qu'un gosse immature trop fier, qui pensait pouvoir rivaliser avec un homme qui avait de l'éducation et qui en plus, ne cherchait pas querelle... Je ne sentais aucun mépris chez le jeune seigneur Hillam, contrairement à mon frère qui frôlait l'impolitesse, même si je devais être la seule à le connaître assez pour deviner son ironie latente. Et quelque part, j'avais l'impression d'assister à un combat de jeunes coqs. Qu'est-ce qu'il prenait à Jaimie de se comporter ainsi ? Nous avions une réputation, notre père s'était fait un nom et c'était toujours gratifiant de travailler pour les personnes de pouvoir, ne le comprenait-il donc pas ?

Je levais les yeux vers le jeune seigneur, que l'on disait aimer les femmes et jouer avec leurs cœurs, se soulageant comme bien des hommes, jusqu'à ce qu'il trouve celle qui deviendrait Lady Hillam, une jeune femme bien née, noble, qui avait du sang bleu dans les veines, qui serait apte à porter ses enfants et lui donner les héritiers qu'il fallait. Cela ne m'empêcha pas d'essayer de paraître un peu plus présentable, alors qu'il me souriait gracieusement tandis que je me faisais plus avenante que Jaimie.

Jaimie s'occupa alors de l'étalon, l'examinantn sous toutes les coutures et j'en venais à me demander s'il ne cherchait pas des traces de maltraitance sur l'animal juste pour confirmer son idée que le Seigneur Hillam était un connard arrogant qui se fichait autant de son cheval que des serfs. Manque de chance pour lui, il ne pouvait rien trouver à redire sur la façon dont l'animal était traité. Et cela me fit sourire intérieurement. Jaimie consentit à accorder au seigneur le fait qu'il avait respecté sa monture, et je me doutais que cela devait lui coûter quelque part. Christian répondit qu'un cheval avec lequel on s'entend est le plus précieux des alliés et une fois encore, je dissimulais un sourire.

Mais quand il me commanda de rentrer pour aider Mère, je n'eus plus envie de rire, lui jetant un regard hautain. Il n'allait pas se débarrasser de moi si facilement.

« Je sais ce que j'ai à faire et comment organiser ma journée, ne t'en fais donc pas, tout sera fait pour ce soir. »

Et je ne bougeais pas d'un iota alors que Jaimie demandait au cavalier de s'approcher de la monture pour la rassurer, le temps de la ferrer. Il reçut un compliment de Christian, qui me fit bizarrement plaisir.

« Nous baignons dans ce milieu depuis enfants... Comment travailler avec eux sans les connaître et les aimer, Monseigneur ? »

Je n'approchais pas davantage, laissant Jaimie accomplir son travail. Je n'étais pas apte à effectuer ces travaux. Je n'étais qu'une femme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Summer's Wolf

DISCUSSIONS : 210




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Dim 24 Mar - 21:10

"Dommage que ni les Prêtres, ni les RRH ne possèdent votre point de vue."

Répondis je tranquillement sans le regarder, gardant les yeux fixés sur la monture qui paraissait calme avec son maitre a ses côtés.

Au moins, Hillam prenait soin de sa monture, c'était quelque chose que je voyais encore bien trop rarement Les RRH étaient incapables d'en prendre soin, ne parlons même pas des prêtres évidemment. Flattant lentement l'animal, après avoir inspecté son état général, j'entrepris donc de le ferrer comme il se devait, surveillant du coin de l'oeil ma soeur qui avait, apparemment, l'intention de me contrarier. Je serrais légèrement les machoires avant d'enfiler un tablier de cuir paraissant presque insensible au compliment que pouvait me faire le jeune seigneur.

Je n'aimais pas forcément sa présence en ville, il était rare que les Seigneurs daignent se pencher sur le cas de notre village. Sans lever les yeux, curant les sabots avant d'entreprendre d'ôter les fers, je questionnais Hillam :

"Il est rare de vous voir par ici, Monseigneur, une affaire urgente requiert elle votre présence ?"

Je n'avais rien entendu de spéciale venant des commères du marché mais savait on jamais. Depuis la mort de l'ancien Seigneur, certain fermier avait prit des liberté avec les taxes, était ce cela qui amenait le jeune noble sur nos terres ? A vrai dire, je n'aimais pas l'idée tout à coup, surtout si ma soeur commençait a vouloir jouer les coquettes.

Mais il me restait l'inquiétude de le voir s’intéresser au village. Evidemment, vu les rumeurs qui couraient dans les rues, cela n'aurait pas dût m'étonner mais jusqu'a présent, la Seigneurie n'y avait pas plus prêter d'attention, alors pourquoi maintenant ? Est ce la présence de l'Inquisition qui ajoutait aux loups des rumeurs de sorcières ? Ce serait tout de même le comble de voir Daggerhorn devenir le centre de réunion de tant de malédiction. Finalement, le village était vraiment abandonné de Dieu...Un rictus ironique traversa mes traits a cette pensée. Oui, ce serait vraiment d'un risible sans commune mesure.

_________________
She could be a Statue of Liberty
She could be a Joan of Arc
But he’s scared of the light inside of her
So he keeps her in the dark


Pearl-Perry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 31




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Mer 1 Mai - 16:58

Je n'avais en aucun cas le droit de réagir face à la querelle de deux jeunes gens, mais je ne pouvais m'empêcher d'y réfléchir, d'y penser. Le jeune homme avait raison dans le fond, elle n'avait rien à faire ici, mais après… J'étais surtout amusé par sa réaction à elle. Elle voulait rester et elle le fera avec ou sans le consentement de son frère. Revenant alors à ma monture, je ne pus retenir un compliment, absurde pour certain au vue du métier qu'il exerçait, mais juste d'après moi. Combien de maréchale avant la passion et ne faisait pas que ça par obligation ?

La jeune femme expliqua alors qu'ils baignaient dans ce milieu depuis tout jeune et elle posa la bonne question, comment travailler avec eux sans les connaitre et les aimer. Souriant un bref instant, je regardais la demoiselle avant de laisser glisser ma main sur l'encolure puissante de ma monture.

« La question serait plutôt pourquoi ? Nombres héritent et très peu se passionnent. »

Le jeune maréchale me posa alors une question. Outre le fait qu'il soit dommage que je ne partage pas le même point de vue que les prêtre et les RRH, il évoqua un sujet, celui de ma présence ici. Portant mes yeux sur lui, je restais un instant silencieux, réfléchissant à ce que je pouvais bien dire à un homme comme lui.

Je n'avais aucune mission secrète, je ne cachais rien, mais je doutais pouvoir clairement lui dire que je venais pour voir à quel point mon peuple était malade. Alors je me contenterais de parler de la deuxième choses qui me préoccupe, et aussi ce qui avait fini par réellement m'alerté, la présence de ces prêtres et la masse d'exécution publique.

« Le fait que des prêtres s'amuse à bruler des personnes sous ma responsabilité me parait-être une affaire assez urgente pour réclamer ma présence ici. »

Reposant alors mon regard sur la jeune femme, je demandais quelques informations.

« D'ailleurs vous souvenez vous quand exactement tous cela à tourné au fanatisme ? Les évènements tragiques semblent s'enchainer avec une telle vitesse ici que je dois avouer m'y perdre un peu. »

Demander de l'aide n'avait jamais tué personne non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 153




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian] Dim 5 Mai - 16:19

    Je n'avais pas l'intention d'être congédiée par mon frère aussi cavalièrement. J'avais tous les droits d'être là, à moins que ma présence ne dérange le jeune seigneur. Dans ce cas, je ne doutais pas qu'il saurait tout à fait me le faire remarquer et dans ce cas, je m'éclipserais. Mais ce n'était pas tous les jours que l'on voyait un homme bien né dans notre petit village maudit. Il était plaisant à regarder, bien élevé et en plus, il prenait soin de sa monture. Même si Jaimie jouait au petit coq avec lui au départ, il mit un peu d'eau dans son vin ensuite, ce que je fus soulagée de constater. Il ne pouvait pas faire le poids contre un seigneur.

    Le seigneur eut la bonne idée de flatter mon frère sur son travail, le disant bon et j'intervins en faisant remarquer qu'on ne pouvait pas travailler avec les chevaux sans les aimer... Cela était inconcevable pour moi.

    « C'est regrettable. »

    Mais Jaimie hériterait de tout cela et il aimait son métier, même si ses relations avec notre père n'étaient pas toujours au beau fixe. Il exigeait beaucoup de son fils et Jaimie étant du genre insolent, cela dégénérait souvent en disputes. Au grand dam de notre mère. Et de moi.

    Jaimie demanda alors ce que pouvait bien faire Christian à Daggerhorn, une question que je me posais, mais que je n'osais pas poser moi-même alors que cela devait être plutôt secret. Les affaires des grands ne concernaient pas les petites gens comme nous... Pourtant, il répliqua qu'il s'intéressait aux événements qui se déroulaient dans le village. Depuis le temps qu'il se passait ici des choses... C'était un village maudit, le théâtre de forces obscures et nous pensions avoir été oubliés de tous dans ce hameau perdu au milieu des montagnes et isolé, avec sa malédiction comme fardeau.

    « Cela fait longtemps que nous vivons ainsi Monseigneur. »

    J'échangeais un regard avec Jaimie, avant de me mordiller la lèvre.

    « Cela fait plusieurs générations que les loups-garous hantent nos forêts. Au départ, ils se contentaient des bêtes que nous leur donnions en sacrifices, et puis, il y a eu des morts humaines. Dés lors, c'est devenu incontrôlable. Les Red Riding Hood ont investi le village il y a des années pour tenter de juguler le fléau, sans succès. N'importe qui peut être un loup-garou. Ils ne se dévoilent que lors de la pleine lune. Et lors de ces nuits, mieux vaut se calfeutrer chez soi. »

    Je marquais une petite pause, avant de terminer :

    « Quant aux prêtres noirs, ils sont arrivés fin de l'année dernière. Tous chassent le mal. Et il est présent ici Monseigneur... Nous pensions que nous avions été oubliés. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur







Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Monseigneur... [Jaimie & Christian]

Revenir en haut Aller en bas