Entre frère et soeur [Destiny]



Aller à la page : 1, 2  Suivant




DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Entre frère et soeur [Destiny] Jeu 6 Déc - 11:16

Je quittais la forge en début de soirée, ayant demandé à Harry s'il pourrait s'en sortir pour le reste des commandes. J'avais besoin de parler à Destiny. De lui annoncer notre mariage à Erika et moi. C'était important que cela vienne de moi. J'avais informé Harry dés le matin en arrivant à la forge et il m'avait pris dans ses bras en une étreinte fraternelle, avant de me souhaiter tout le bonheur possible. S'il avait désapprouvé que je vive aussi librement avec la mère de mon fils, il n'en avait rien dit et m'avait toujours soutenue, mais je le soupçonnais d'être soulagé que je fasse enfin les choses correctement. Me marier à Erika ne ferait pas disparaître les rumeurs, malheureusement, mais cela les ferait diminuer et les choses seraient enfin plus légales. J'avais réussi à convaincre le prêtre de nous marier, malgré le péché. C'était un brave homme et je m'étais montré sincèrement repentant, avant de le convaincre de la force de mon amour pour elle, du fait que nous ferions encore beaucoup d'autres enfants, célébrant la vie comme le voulait Dieu. Le père William n'était pas si obtus que d'autres prêtes, nous avions de la chance de l'avoir. Il avait un avis éclairé sur la question, et me pardonna ma dérive de jeunesse, mon erreur.

Les choses rentreraient donc bientôt dans l'ordre et il fallait préparer ce mariage. Et je ne pouvais en exclure ni mon frère, ni ma sœur. Alors je quittais la forge, avant de passer chez Erika pour prendre Aaron, lui avouant que j'allais apprendre la nouvelle à Destiny et que j'emmenais son neveu avec moi, parce que ma sœur était dingue d'Aaron, tout simplement. En même temps, qui ne séduisait-il pas avec sa bouille adorable, hein ?

Je pris le chemin de la demeure Blacksmith où je n'habitais plus depuis plusieurs mois maintenant, échappant ainsi à l'emprise de mon père, cette épave imbibée d'alcool, et également aux fréquentes disputes. En plus de mon mariage, il y avait également celui de Destiny avec Peter. Si ce dernier semblait épris de ma sœur, je n'étais pas certain que la réciproque soit vraie. Destiny avait été tellement folle amoureuse de Jack... Pouvait-elle y renoncer si facilement ? Ou bien avait-elle opté pour la raison, pour un mariage qui sans la rendre totalement heureuse, ne la rendrait pas malheureuse non plus, alors que Jack n'était qu'un sale enfoiré égoïste et autoritaire ?

Je frappais doucement à la porte, espérant que mon père était encore une fois, exilé dans sa chambre, voire endormi. Il n'avait montré que peu d'intérêt pour son petit fils. Il ne montrait de l'intérêt pour rien, sauf pour se complaire dans son malheur et sa déchéance. J'entrais alors, avant de lancer :

« Destiny ? Tu es là ? »

Probablement, où pourrait-elle être ? Un peu partout en réalité, il fallait reconnaître qu'elle n'était pas la parfaite petite femme d'intérieur, même si elle savait s'occuper de mon frère et moi et tenir la maison propre. Aaron avait presque 8 mois. Que le temps passait vite... Trop vite songeais-je alors qu'il se mettait à gazouiller et à jouer avec mon manteau.

« Dest', c'est Robyn, j'ai amené quelqu'un qui meurt d'envie de te voir ! »
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Lun 10 Déc - 15:43

Ça faisait déjà plusieurs jours que je me tenais tranquille, tenant soigneusement la maison, m’occupant d’Harry. D’ailleurs Harry ne m’adressait plus la parole. Nous étions en froid. Il m’en voulait d’avoir désobéi ouvertement à ses ordres depuis la nuit que j’avais passée chez Jack, il y a presque un an déjà. Je lui en voulais de ne pas comprendre ce que j’éprouvai pour Jack. Nos relations avaient légèrement changées, la nuit où un loup s’était introduit chez nous. À cette époque, Robyn vivait encore à la maison. Sauf que, depuis que j’avais découvert pourquoi Harry avait rompu mes premières fiançailles avec Peter, je lui en voulais terriblement. Il était toujours mon frère mais je l’évitai, lui parlant le moins possible ou alors avec froideur. Froideur qui était réciproque d’ailleurs.

Je restai donc, sagement, à la maison, essayant de me faire oublier. Je n’avais toujours rien dit à Harry de mes “nouvelles” fiançailles avec Peter et je ne comptais pas le faire avant d’en avoir parlé avec Robyn. Depuis qu’il était allé vivre avec Erika, depuis la naissance de son fils, les relations entre nous deux s’étaient améliorées. Sans que je ne parvienne à me l’expliquer, j’avais été profondément émue par Robyn, impressionnée par son amour paternel pour son fils. J’avais, secrètement, décidé de prendre enfin exemple sur lui et c’était en partie pourquoi j’avais accepté d’épouser Peter. Depuis quelques semaines j’avais commencé, timidement, à m’occuper de Père. Je ne le considérai pas comme mon père, ça jamais je n’en serais capable. Je me considérai comme sans mère, sans père, élevée par mes frères. Néanmoins, je m’occupai de lui, comme le ferrait n’importe quelle fille aimante. Je faisais ça par devoir et par respect pour mes frères. Ils avaient été touchés par la décadence de leur père et m’en avaient souvent tenue pour responsable. J’avais décidé de me racheter. Certes, ça ne pouvait pas effacer toutes ces années mais je faisais de mon mieux.

Cela faisait donc quelques semaines que je m’obstinai à m’occuper de lui, de cette épave qu’il était devenu. La plupart du temps, il était saoul. Dans ces cas-là, il faisait tout pour m’empêcher de m’occuper de lui. Mais je m'entêtai. Je lavai ses vêtements, ses draps, me battais pour faire le ménage dans sa chambre. Il résistait, fidèle à lui-même, m’insultant et me traitant de tous les noms. Cette fois, je n’avais plus Harry et Robyn pour intervenir, je devais faire face, seule. Je serrai les dents et je supportai, me forçant à ne pas répondre, m’obligeant à continuer. Mon mutisme l’énervait, mon entêtement le mettait hors de lui. Alors, il me frappait, comme à son habitude. Depuis quelques temps, mes bras se couvraient de bleus, mais je m’appliquai à les cacher. Je ne voulais pas qu’on découvre que je m’occupais de lui. Parfois, et c’était rare, il était sobre.

Aujourd’hui il était saoul. Il s’était saoulé plus que d’habitude, buvant plus que de raison. Aujourd’hui j’avais décidé de balayer le sol de sa chambre, de le débarrasser des cadavres de bouteilles vides. Rassemblant mon courage et mon sang-froid, je poussai la porte de sa chambre et entrai, armée d’un simple balai. En m’entendant entrer, il entra dans une colère noire et commença à m'injurier. Je serrai les dents, m’empêcher de réagir. Il s’énerva beaucoup plus rapidement que de coutume, me lançant sa bouteille vide, visant ma tête. Je l’esquivai habilement et entendis la bouteille s’éclater sur le mur derrière moi. « Petite traînée ! J’aurais dû te noyer dès ta naissance. » Il marcha droit sur moi et me saisit par les cheveux, hurlant un flot d’injures. Je me retins de riposter, souffrant en silence. Excédé, il me lâcha, me projetant violement contre le mur. Je me cognai contre le mur et tombai à terre, parmi les éclats de verre. Ils se plantèrent dans les paumes de mes mains, faisant couler le sang. N’y tenant plus, je répliquai sur le même ton, lui criant la haine que j’avais pour lui. Je me relevai et quittai la chambre, en larmes.

Je descendis les escaliers, mes pensées brouillées par la colère. Ça me rendait folle. Je m’occupai de lui, certes uniquement par devoir, mais je m’occupai de lui. Et voilà comment il me remerciait. En même temps, il ne m’avait jamais aimée, pourquoi m’aimerait-il aujourd’hui ? Je ne faisais pas attention à ce qu’il y avait autour de moi, aussi m’arrêtai-je net en voyant Robyn et son fils, Aaron, dans la grande salle. Je rougis de honte en pensant qu’il avait très bien entendu ce qu’il venait de se passer. Je rougis de mon état, les mains ensanglantées, tâchant ma robe, les joues barbouillées de larmes. « Ro… Robyn. Je suis désolée… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Lun 17 Déc - 19:07

Je me tus aussitôt que j'entendis du bruit à l'étage, me figeant en même temps. En haut, il devait y avoir mon père, sans doute ivre et également.. Destiny. Destiny qui répondait, alors que j'avais l'impression qu'il y avait des bruits de lutte. Avant que je n'ai pu monter pour aller voir, Aaron dans les bras, je la vis descendre, des larmes mouillant son visage alors que ses mains étaient blessées et rougies. Il l'avait frappée... Encore. Cela avait toujours été, plus ou moins fortement, mais j'avais l'impression d'avoir toujours connu mon père en train de la rabaisser, se souhaiter sa mort, ou de la tabasser quand il était vraiment ivre et qu'elle rebellait. Epouser Peter lui permettrait de fuir cette maison où ne régnait que le malheur. Ce n'était pas un mal.
Et si, pendant longtemps, j'avais partagé les idéaux de mon père, partagé sa rage envers Destiny, parce qu'il me les avait profondément inculqué, aujourd'hui que je vivais loin de cette maison, que j'étais heureux avec Erika et Aaron, les choses me paraissaient plus complexes. Destiny avait arraché la vie de notre mère en naissant, mais c'était mon père qui l'avait mise enceinte, malgré les risques. Il ne pouvait pas faire abstinence, bien sûr, et peut-être était-elle un accident, mais pour avoir mis Erika enceinte sans le vouloir, je commençais à comprendre. Et si elle était morte en mettant Aaron au monde, jamais je ne lui aurais fait vivre l'enfer qu'avait vécu ma sœur.
J'avais pris du recul sur tout cela. J'avais mûri au contact d'Erika. J'étais devenu un père, bientôt un époux, du haut de mes 20 ans... Je n'étais plus un enfant capricieux et colérique. Et mon cœur se serra en voyant Destiny dans cet état. Elle s'en excusa d'ailleurs. Je ne répondis rien pour le moment, me contentant de déposer Aaron au sol. A 8 mois, il tenait très bien assis et rampait même à 4 pattes. Il n'y avait ici rien de dangereux et je conservais un œil sur lui, alors que pour le moment, il restait simplement assis avec son bout de tissu dans les mains qu'il avait adopté et ne quittait plus.

Je m'approchais alors de ma jeune sœur, prenant doucement ses mains entre les miennes pour observer les plaies. Il y avait du verre dedans. Je pinçais les lèvres, avant agripper sa nuque et de baiser son front, tout en disant doucement :

« Reste près d'Aaron,, surveille le, je vais chercher de quoi retirer le verre. Et fais attention, il peut se montrer très rapide quand il veut. »

Je la relâchais, sans dire un mot de plus, avant d'aller glaner à droite et à gauche de l'eau propre, de l'alcool, une pince. Quand je revins, je mis le tout par terre et m'assis près de Destiny qui était près de mon fils. Je m'emparais d'une de ces mains et l'observais, avant de nettoyer le sang avec précautions pour y voir plus clair.

« Tu sais, tu pourrais venir vivre quelques temps à la maison, Erika n'y verrait sans doute aucun inconvénient, le temps que tu épouses Peter et puisses partir d'ici... »

J'évitais de la regarder, concentré sur ma tâche, ignorant son regard posé sur moi. Je n'avais jamais été tendre avec elle, nous n'avions jamais été vraiment complices, sauf quand nous l'avions retrouvé avec Harry après son enlèvement, que nous avions enterré le cadavre et plus récemment quand elle m'avait avoué son viol. Malgré tout, nos disputes restaient violentes. Autant que nos moments tranquilles étaient doux. Comme aujourd'hui.

« Je sais que je n'ai pas toujours été tendre avec toi, que j'ai toujours soutenu papa, mais mon point de vue a un peu changé avec l'arrivée d'Erika et d'Aaron dans ma vie et je me rends compte que tout n'est pas soit noir, soit blanc... »
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Sam 22 Déc - 17:57

« Ro… Robyn. Je suis désolée… » Je détournai la tête, honteuse qu'il puisse me voir dans cet état. Certes, depuis que j'étais toute petite il me rabaissait sans cesse, il passait son temps à souhaiter ma mort avec des regards meurtriers. S'il avait la possibilité de me tuer par le regard, il le ferrait sans hésiter. Seulement, son passe-temps préféré c'était de me frapper. D'abord, quand il n'était pas l'épave qu'il est aujourd'hui, il n'osait pas. J'étais toute petite et il avait encore sa tête. Et puis l'alcool aidant, il avait perdu la raison et avait commencé à me frapper. Au début je ne comprenais pas, je ne répondais pas, me laissais faire. Harry arrivait à me consoler quand je pleurais, Robyn s'en fichait. Et puis, progressivement, les coups qu'il me portait devenaient de plus en plus violents. Je commençai à me révolter, voulant me faire entendre, voulant lui faire comprendre que je n'y étais pour rien. En vain. Et pourtant, malgré tout ça, je m'entêtai à vouloir m'occuper de lui. Je devais être suicidaire. Voilà, c'était ça, j'étais suicidaire.

Robyn posa son fils par terre. Celui-ci se tenait déjà assis tout seul, comme un grand. Il était aussi très doué pour crapahuter partout à quatre pattes, au grand damne de ses parents. Le petit Aaron jouait, fasciné par un morceau de tissu. Mon frère s'approcha de moi. Je ne bougeai pas, les yeux fixés sur mon amour de neveu. Mon frère prit mes mains dans les siennes, les examinant avec soin. J'y jetai un rapide coup d'œil, n'aimant pas trop la vue du sang. Elles étaient dans un piteux état. Rougies de sang, des éclats de verre bien plantés. Pourtant je n'avais pas mal. Du coin de l'œil je vis mon frère pincer les lèvres. Je savais bien que c'était grave, enfin pas si dramatique que ça, mais c'était pas un constat reluisant. Je gardai les yeux baissés, Robyn me prit par la nuque d'une manière extrême douce, m'embrassant sur le front. J'étais surprise de ce geste d'affection qu'il n'avait qu'extrêmement rarement à cause de nos fréquentes et violentes disputes. « Reste près d'Aaron, surveille le, je vais chercher de quoi retirer le verre. Et fais attention, il peut se montrer très rapide quand il veut. »

Je relevai immédiatement la tête dans un mouvement brusque pour le regarder. J'étais touchée par cette attention. Mon frère me lâcha et parti chercher ce qu'il lui fallait pour retirer les éclats de verre. Je vins m'asseoir par terre, à côté d'Aaron qui s'était déporté, au fil de son jeu, près du fauteuil. Tout content de me voir, il me tendit son morceau de tissu en babillant, me souriant. Je lui sourire à mon tour. Il reprit son jeu, m'incluant dedans. Il posa le morceau de tissu sur mon bras et, soudainement intéressé par mes longues boucles, commençant à jouer avec, tirant dessus de ses petites mains. Je le laissai faire, amusée et attendrie. « Dis moi petit Blacksmith, tu dois me promettre de prendre exemple sur ton papa, hein ? — il me regarda avec ses grands yeux, très attentif dès que je lui parlai de son papa. Je souris. — Parce que, tu sais, ton papa c'est le meilleur papa. C'est quelqu'un de bien, et ta maman aussi. » Il battit des mains, ravi. Je le regardai, attendrie. J'adorai le fils de mon frère et j'adorai jouer avec lui. Même si j'étais attendrie par ce petit amour, je n'étais pas prête d'avoir des enfants à moi. Je n'en voulais pas, tout simplement.

Robyn revint avec son matériel. Il posa le tout par terre, à portée de main, avant de s'asseoir sur le bord du fauteuil. Il prit ma main gauche, l'observant soigneusement. Il commença par nettoyer ma paume avec un chiffon humide. Ça picotait, je grimaçai bien malgré moi. Ses gestes étaient précautionneux, doux et précis. Ses paumes étaient rendues calleuses par le travail à la forge. Je le regardai faire, impressionnée de voir celui que j'avais toujours vu s'emporter avec violence, frapper des épées avec force, faire preuve d'autant de délicatesse. Je comprenais parfaitement pourquoi Erika était tombée sous son charme. Elle avait su le calmer, le rendre plus doux. Elle avait le mari parfait. « Tu sais, tu pourrais venir vivre quelques temps à la maison, Erika n'y verrait sans doute aucun inconvénient, le temps que tu épouses Peter et puisses partir d'ici... » Je le regardai, fixement. Il évitait soigneusement mon regard, concentré sur ma main et les siennes.

Je ne pouvais pas accepter sa proposition. Je ne voulais pas m'immiscer dans sa vie de famille, au risque de commettre une erreur qu'il pouvait bien ne jamais me pardonner. Et puis, il y avait Harry et... l'Autre. Même si je n'avais qu'un rêve, celui de quitter définitivement cette vie et cette maison, je ne pouvais pas les laisser seuls tous les deux. C'était ma façon à moi de me repentir de tout ce dont on m'accusait. Je devais m'occuper de l'Autre, même si il ne le voulait pas. J'ouvris la bouche pour répondre, Robyn m'interrompit. « Je sais que je n'ai pas toujours été tendre avec toi, que j'ai toujours soutenu papa, mais mon point de vue a un peu changé avec l'arrivée d'Erika et d'Aaron dans ma vie et je me rends compte que tout n'est pas soit noir, soit blanc... »

Je refermai la bouche, me pinçant les lèvres. Je reposai les yeux sur les mains de mon frère, réfléchissant à ce que je pouvais lui dire. Je sentis monter en moi des larmes, j'étais touchée par ce que mon frère faisait pour moi, par ce soudain revirement de situation. Nous avions toujours été en conflit l'un avec l'autre, c'était comme ça. Harry calmait le jeu, Robyn condamnait et moi je cherchais me faire entendre. Sauf que tout avait basculé et depuis je cherchai désespérément à retrouver un semblant d'équilibre, un semblant de “normalité”. Sans que je puisse le contrôler, je crispai les doigts, cherchant à refermer la main, pour m'empêcher de pleurer. Réflexe que j'avais systématiquement à chaque fois que j'allais pleurer depuis mes treize ans... Ça et d'autres réflexes et peurs qui me rappelaient constamment ce qu'il s'était passé cette année-là.

« Je ne peux pas accepter... C'est vraiment très gentil de ta part mais je ne peux... Je ne veux pas te gâcher cette famille, elle est à toi. Et puis... — Robyn avait commencé à retirer, un à un, les éclats de verre, me faisant grimacer lorsqu'ils étaient petits, gémir quand ils étaient bien plus gros. — Et puis j'ai... décidé de m'occuper de l'Autre... même s'il me déteste... je ne peux pas le laisser dans cet état... C'est... J'en ai besoin... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Dim 30 Déc - 18:09

Je me sentais maladroit et pas forcément des plus à mon aise dans le rôle de grand frère protecteur. Ce n'était pas mon rôle, mais celui de Harry. Sauf que là, harry n'était pas là, et que Destiny demeurait ma sœur. Je ne pouvais décemment pas la laisser dans cet état là. Quelles que soient mes rancœurs à son sujet. Rancœurs qui tendaient d'ailleurs à aller en s'amenuisant. Nous n'étions plus des enfants, je n'étais plus un petit garçon qui avait grandi sans sa mère, avec un père alcoolique et qui rejetait la mort de sa femme sur la petite dernière. J'étais un homme, j'avais une femme moi aussi, et un fils. Erika avait eu un effet plus que positif sur moi, m'apportant un certain équilibre et surtout l'amour et l'estime de moi-même qui m'avaient toujours fait cruellement défaut jusqu'à maintenant. Parce qu'elle s'était intéressée à un forgeron qui n'avait ni la beauté, ni l'intelligence pour lui... Je me demandais d'ailleurs toujours ce qui l'avait attirée chez moi. Harry était plus charismatique, plus beau. Comme Destiny, qui avait en elle une flamme brûlante qui attirait, même si elle pouvait brûler. Mais moi ? J'étais jaloux, colérique, injuste.
Ou du moins l'étais-je avant. Avant Erika. A bien y réflechir, j'avais été terriblement injuste avec Destiny, concernant le fait qu'elle avait ravi la vie de notre mère. Pour le reste, je n'avais rien à me reprocher, Destiny ne savait pas ce qu'étaient les limites et les franchissait trop souvent à mon goût et c'était pour cela que je la désapprouvait si souvent, alors que Harry était plus coulant et temporisait. Sauf qu'à force de tout lui passer, elle en était devenue presque ingérable alors qu'elle se fourvoyait avec le fils Williams. Un loup garou d'après les rumeurs. Il ne manquait plus que ça pour entacher notre nom... Sauf que j'étais mal placé pour lui faire la leçon à ce sujet, je vivais dans le péché, même si j'allais très bientôt réparer mes torts.

Décidément, ni Destiny, ni moi, n'apportions de la gloire à notre nom illustre, seul Harry y parvenait... Harry, si parfait, si mâture. Je soupirais et chassais ces pensées, avant de commencer à nettoyer les mains de Destiny et surtout de lui proposer de quitter cet enfer le temps qu'elle se marie et puisse voler de ses propres ailes. J'avais rencontré Peter, c'était un gars gentil, il prendrait soin d'elle. Il semblait amoureux... Mais elle ? Que ressentait-elle pour lui alors qu'elle avait accepté le mariage ? Était-ce pour endormir notre méfiance et continuer à voir Williams en cachette ? Oserait-elle faire cet affront à Peter ? Oserait-elle se montrer si déshonorable ?

Ses mains se crispèrent alors et je l'empêchais de les refermer, avant de lever le visage vers elle et de voir ses larmes alors qu'elle refusait mon offre.

« Pourquoi la gâcherais-tu ? »

Je retirais les morceaux de verre, le plus doucement possible, mais je ne pouvais empêcher la douleur, me mordant la lèvre quand elle gémissait, incapable de contenir la douleur. Je ne pouvais que faire vite et me montrer doux. Mais je marquais un temps d'arrêt quand elle continua en disant qu'elle devait s'occuper de l'Autre. Il me fallut quelques secondes pour comprendre de qui elle parlait. Elle parlait de papa, sans doute incapable de l'appeler ainsi étant donné son comportement avec elle. Mais je ne comprenais pas en quoi elle avait besoin de s'occuper de lui.

« Je ne comprends pas... Tu le hais, il te hait, il n'a jamais rien fait de bon pour toi... Tu ne lui dois rien... Qu'est-ce que tu as besoin de te prouver ? De nous prouver ? »
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mar 1 Jan - 22:45

Je regardai les gestes de mon frère. Il n'était pas habitué à s'occuper de moi. Moi non plus, je n'étais pas habituée à tant d'attention de sa part. D'habitude c'était Harry qui me consolait, qui me soignait, qui me cajolait. Je devais bien reconnaître que ça n'avait pas été la meilleure attitude à avoir. Robyn avait eu raison, avoir été trop coulant avec moi avait eu des répercussions néfastes sur mon comportement. J'avais toujours entendu les gens médire à mon sujet, dire que je n'étais qu'une gamine égoïste et enfant gâtée, que je jetai la honte sur le nom de mon père. J'en avais rien à faire puisque je haïssais mon père. Harry avait eu tort de me passer tous mes caprices, je m'en rendais compte aujourd'hui.

« Pourquoi la gâcherais-tu ? » Je ne répondis pas, le regardant faire. Comment lui expliquer que je ne voulais plus lui faire de mal ? Et puis, maintenant il avait sa vie avec Erika et Aaron, je n'y avais pas ma place. Je lui expliquai qu'il fallait que je m'occupe de l'Autre, sans lui préciser pourquoi. Il marqua une pause, arrêtant de retirer les éclats de verres. J'en profitai pour souffler, essayer d'ignorer ma paume qui m'élançait. « Je ne comprends pas... Tu le hais, il te hait, il n'a jamais rien fait de bon pour toi... Tu ne lui dois rien... Qu'est-ce que tu as besoin de te prouver ? De nous prouver ? » J'essuyai mes larmes du revers de ma manche droite avant de refermer délibérément ma main gauche sur celles de mon frère. Il avait raison. Je ne lui devais rien, il n'était rien pour moi, je n'étais rien pour lui. Alors pourquoi est-ce que je m'entêtai de la sorte ?

« Je ne veux pas. Tu m'as toujours dit que j'avais gâché ta vie, ici, avec ma naissance. Je l'ai toujours cru. Maintenant que tu as une famille qui est rien qu'à toi, je ne veux pas m'immiscer. Je me connais, je vais forcément faire une bêtise et tu vas m'en vouloir à mort. Je préfère éviter. » Je me tus. C'était par respect pour mon frère que je refusai son offre. Si jamais je voulais un jour voler de mes propres ailes, je devais cesser de dépendre de mes frères. Je réfléchis alors à ce que j'allai pouvoir lui expliquer. C'était vrai que c'était plutôt surprenant de ma part que de vouloir m'occuper de lui. Même à moi je ne me l'expliquai pas totalement. J'inspirai profondément avant de me décider à répondre. « Je ne le fais pas pour moi... Je le fais pour vous. J'ai... On m'a longtemps reproché de l'avoir jeté dans une sorte d'autodestruction après avoir tué ma... mère et avoir détruit votre vie à tous les deux. Je ne l'ai jamais montré mais... ça m'a beaucoup touchée, fait mal... Quand tu es parti vivre avec ta famille, j'ai décidé de suivre ton exemple... Me demande pas pourquoi mais j'ai voulu suivre ton exemple. — Je marquai une pause, rouvrant la main. Je retirai délicatement ma main, même si Robyn n'avait pas fini, et remontai du mieux que je le pouvais ma manche droite pour montrer à mon frère les bleus que j'avais. J'eus un pauvre sourire. — C'est pas la meilleure idée que j'ai eu... »

J'évitai le regard de mon frère pour surveiller mon neveu. Celui-ci avait reprit son morceau de tissu et jouait avec, gazouillant et riant. Je repris, toujours en évitant le regard de mon frère, observant les jeux de mon neveu. « Tu sais, pour lui je n'existe pas, sauf quand il est saoul. Parfois ça lui arrive d'être sobre... Dans ces cas-là, il revient à avant... Dans ces cas-là tu as encore deux ans et Harry en a cinq. Je ne suis jamais née, sa femme n'est jamais morte. Il vit une vie heureuse... Et quand je lui rappelle que tu es papa, que tu ne vis plus à la maison, il est dans un état second, il s'en veut de ne pas avoir été là pour ses fils. Il m'a souvent donné des petites figurines qu'il a taillé, pour Aaron. Je les ai rangés dans le coffre du buffet, pour ton fils. — Je me mordis la lèvre. Je n'avais jamais existé pour lui, il n'avait jamais eu de fille. Même quand il était saoul et qu'il se souvenait de mon existence, je n'étais rien. — Je fais de mon mieux pour prendre soin de lui. Moi je m'en fiche, il pourrait disparaît que ça ne me ferrait rien. Mais je sais qu'il compte pour vous... pour toi... — Je tournai la tête vers mon frère pour le regarder droit dans les yeux. — Dans ces moments-là il m'appelle Amaryllis. C'était son nom... pas vrai ? Robyn... dis-moi la vérité... est-ce que je lui ressemble ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mer 9 Jan - 11:14

C'était étrange cette situation, à plus d'un titre d'ailleurs. Étrange, mais pas forcément désagréable. En réalité, j'étais aux petits soins pour Erika. Une douceur dont ma sœur n'avait jamais été le témoin finalement. De moi, elle n'avait eu le droit qu'à la brusquerie, la vulgarité, l'indifférence... C'était une autre facette, plus protectrice, que je lui dévoilais. Comme quoi, la paternité changeait bien des choses. Quelque part, c'était aussi mon rôle de grand frère de veiller sur elle. La seule fois où je m'étais acquitté de ce rôle avait été quand nous l'avions récupéré après son enlèvement, taisant ce qu'elle avait vécu, enterrant le cadavre sans plus jamais en parler, liés par l'horreur, mais solidaires. Je m'étais montré dur avec elle, mais même en u repensant maintenant, je n'arrivais pas à me dire que j'avais eu tort. Peut-être l'avais-je trop été, mais Harry avait été clairement trop coulant et Destiny n'avait pas connu les limites qu'il fallait que tout enfant connaisse pour s'épanouir selon des règles précises. Résultats, elle avait couché avec Jack Williams, un loup-garou d'après les rumeurs... Rien de reluisant et qui jetais l'opprobre sur notre maison, sur notre nom. Alors certes, moi, j'avais engrossé une fille sans l'épouser, même si cela allait bientôt être régularisé, mais au moins Erika était de sang irréprochable, même bien plus noble que le mien.

Spontanément, je demandais à Destiny de venir vivre avec Erika et moi. Sans en parler à l'intéressée qui ne verrait peut-être pas cela d'un très bon œil d'ailleurs. Mais Destiny, qu'elle que soit sa réputation, quels que soient ses défauts demeurait ma sœur et elle vivait l'enfer avec mon père. Enfin, notre père. Pourtant, elle refusa, en disant qu'elle gâcherait tout si elle venait vivre avec nous. Elle ajouta qu'elle devait s'occuper de notre père, l'Autre comme elle l'appelait et je pinçais les lèvres, nettoyant les plaies en l'écoutant, avant de cesser pour la regarder et lui demander pourquoi elle faisait cela. Je ne comprenais réellement pas. Je vis ses larmes, qu'elle essuya rapidement, avant d'emprisonner ma main et de consentir à m'expliquer.

Je me mordillais la lèvre quand elle expliqua que je lui avais toujours dit qu'elle avait gâché ma vie en naissant. Une chose à laquelle elle avait cru. C'était cruel finalement. Elle ajouta que j'avais ma famille et qu'elle finirait par faire quelque chose qui me ferait la haïr. Je ne répondis rien, reconnaissant à contrecœur qu'elle n'avait peut-être pas tout à fait tort... Elle se tut un instant, avant de reprendre concernant notre père, le pourquoi du fait qu'elle s'occupait de lui. Elle le faisait pour nous et je lui lançais un regard d’étonnement et d'incompréhension mêlés. On lui avait reproché son alcoolisme. En perdant maman, il avait tout perdu et était devenu une épave et il avait perdu maman à cause de la naissance de Destiny.

Mais ce qui me scia le plus, ce fut de l'entendre me citer en exemple... partir vivre avec ma propre famille. Je n'aurais jamais pensé que ma sœur me prenne un jour comme exemple, nous étions tellement dissemblables. Elle retira sa main, souriant, mais sans joie, tout en me montrant les hématomes qui couvraient ses bras. Je serrais les mâchoires, mon regard s'obscurcissant sous cette vision de maltraitance. Je me demandais si les choses n'étaient pas pires depuis que j'avais quitté la maison. Ou bien commençais-je seulement à ouvrir les yeux ?

« Qu'entends-tu par suivre mon exemple ? »

Épouser Peter ? Se trouver un gentil mari, qui prendrait soin d'elle et lui ferait connaître le bonheur, à défaut d'un amour dévorant qui ne lui apporterait que des ennuis, comme avec Jack ? Elle ajouta que la plupart du temps, elle n'existait pas, et que quand il était sobre, il parlait d'avant sa naissance, quand Harry et moi étions des enfants... Le temps avait bien passé. Je sentis une boule naitre dans ma gorge quand elle continua en disant qu'il regrettait de ne pas avoir été là quand nous avions grandi, qu'il avait même sculpté des petites figurines pour Aaron que Destiny gardait. J'avais soudain envie de pleurer face à cet immense gâchis... A ce père trop absent, mais que j'aimais toujours, que j'aurais aimé incorporer à ma vie, à celle de mon fils... Elle prenait soin de lui parce qu'il comptait pour nous... Dés lors, n'était-ce pas à nous de le faire ? Pourtant, j'en serais bien incapable maintenant... Elle capta alors mon regard et je sentis un long frisson me parcourir l'échine quand elle laissa échapper le nom de maman, avant de me demander si elle lui ressemblait.

« J'avais deux ans Dest'... Je ne me souviens plus très bien. Harry doit avoir de meilleurs souvenirs que moi. »

Cependant, elle attendait une réponse... Je soupirais.

« Oui, je crois que tu lui ressembles. Beaucoup le disent au village. Tu n'aimes pas papa, c'est normal, mais il l'a aimée, elle, terriblement... Tu sais, je suis fou amoureux d'Erika, si je venais à la perdre, je sais que cela me dévasterait. Pourtant, j'aime croire que je saurais au moins relever la tête pour mon fils... Pour ne pas lui infliger ce que nous, nous avons vécu. Papa a été faible. Il l'est toujours. Et je lui en veux maintenant de s'être retranché dans sa douleur, sans prendre en compte la notre... Nous n'étions que des enfants... »

Je regardais Aaron qui jouait calmement, bien indifférent à la gravité de la discussion. Et pourtant, il avait tout changé dans mon esprit.
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mar 15 Jan - 21:51

Du coin de l’œil je vis le regard de mon frère s’assombrir lorsqu’il vit les bleus que j’avais sur les bras. Je savais très bien ce que ça pouvait lui faire de me voir ainsi. Il avait toujours fermé les yeux lorsque son père me frappait. Il n’avait jamais voulu s’interroger sur la cause de cette violence gratuite. J’avais des bleus avant, moins et puis c’était assez rare. Je faisais passer ça pour de la maladresse, voilà tout. Sauf que je compris que Robyn commençait à réaliser, à regarder la vérité en face. Sa famille l’avait changé. En bien. Parce que jamais auparavant il n’avait prit autant de temps pour discuter calmement avec moi, pour partager quelque chose avec moi. Enfin, pas depuis la fois où je lui avais dévoilé mon viol…

Je me repris, refusant de penser à ce douloureux épisode de ma vie qui me laissait des séquelles profondes. Je poursuivis, lui faisant part de ce qu’il se passait lorsque je m’occupais de l’Autre, lui parlant des quelques rares fois où il était sobre. Je croisai son regard avant de lui parler de sa mère, lui demandant si je lui ressemblais. Je me doutais bien que ça devait lui faire mal de m’entendre lui demander ça, de prononcer le nom de sa mère. Mais je voulais savoir, j’étais curieuse. Je n’avais jamais posé beaucoup de questions à son sujet, refusant de savoir, me refusant à les faire souffrir, peu désireuse de savoir. Pourtant, aujourd’hui, j’étais curieuse. Robyn me répondit qu’il n’avait que très peu de souvenirs d’elle, à cause de son jeune âge. Il ajouta qu’Harry devait mieux se souvenir que lui. Je me renfrognai, refusant de parler à notre frère aîné. J’étais résolument fâchée contre lui. Aussi suppliai-je Robyn du regard, voulant savoir. Il soupira.

« Oui, je crois que tu lui ressembles. Beaucoup le disent au village. — Je baissai les yeux, sentant les larmes me monter aux yeux. Je lui ressemblai… Ça me donnait envie de pleurer. J’étais vraiment indigne de lui ressembler, ça je le savais. Les gens disaient que je déshonorai notre famille. Robyn continuait. — Tu n’aimes pas papa, c’est normal, mais il l’a aimée, elle, terriblement… Tu sais je suis fou amoureux d’Erika, si je venais à la perdre, je sais que cela me dévasterait. Pourtant, j’aime croire que je saurais au moins relever la tête pour mon fils… Pour ne pas lui infliger ce que nous, nous avons vécu. Papa a été faible. Il l’est toujours. Et je lui en veux maintenant de s’être retranché dans sa douleur, sans prendre en compte la nôtre… Nous n’étions que des enfants… » Mon frère tourna la tête vers son fils qui jouait tranquillement, nous ignorant totalement, absorbé dans son jeu. Je me sentis assommée. Je savais que mon frère était fou amoureux de la mère de son fils. Je savais qu’elle et Aaron étaient devenus le centre de sa vie. Il ne me l’avait pas dit mais je m’en étais aperçue. C’était évident, ça crevait les yeux. Ça me rendait heureuse pour lui.

Soudain je fus prise d’une sensation d’étouffement, éprouvant la nécessité de respirer. Je me levai, tout en redescendant ma manche non sans quelques élancements dans la paume gauche. Je fis quelques pas pour m’approcher de la cheminée. Je l’avais entièrement nettoyée, retirant les cendres, déposant une grosse bûche en prévision d’un feu futur. Je tournai le dos à mon frère et mon neveu qui jouait toujours. J’avais terriblement envie de pleurer, j’étouffai. « Ne l’appelles pas comme ça… Ce n’est pas mon père. Quel père haïrait un de ses enfants de la sorte ? — Je secouai la tête, comme si je répondais ma propre question. Je repris. — Je sais bien que tu aimes passionnément Erika. Moi c’est pareil pour Jack… Mais tu vois, ce qui fait toute la différence entre toi et ton père, entre toi et moi, c’est que toi tu ne te laisseras jamais abattre. Je l’ai bien vu. — Je me tournai vers Robyn. — Tu crois que je n’y ai jamais fait attention ? J’ai toujours été impressionnée par la façon dont tu avais supporté tout ce qui t’était tombé dessus. Tu ne t’es jamais laissé abattre, tu t’es affirmé, contrairement à Harry qui essayait de faire plaisir à tout le monde et à moi qui n’en fait qu’à ma tête. Je sais que tu arriveras à faire face à tout, quoiqu’il arrive. Non pas que je veuille le pire ! » Je souris à mon frère avant de revenir vers lui sans pour autant me rasseoir par terre, j’avais besoin de bouger. Je m’accroupis face à lui, faisant attention à mes mains. « En fait, je crois que c’est toi le plus sensé de nous trois. — J’eus un sourire. Harry et moi avions fait des conneries, bon moi plus que lui. — Tu sais, j’ai vraiment envie de connaître le même bonheur que toi avec Erika, j’ai vraiment envie de faire comme toi, de prendre ma vie en main… Mais j’y arrive pas. Sans Jack je n’y arriverai pas. Tu sais, c’est le seul avec qui j’arrive à être intime depuis… enfin… Non pas que je sois dévergondée mais Jack n’est pas le seul à avoir eu envie de moi. »

Je finis par me rasseoir, examinant ma paume gauche. Il restait quelques petits éclats de verre. Du bout des doigts de ma main droite je les retirai, grimaçant sous la douleur, me rougissant les doigts sous le sang qui recommençait à couler. Je soupirai. Ma main gauche était “soignée”, je n’y avais plus de corps étrangers. Je jetai un coup d’œil à l’alcool. Il allait falloir désinfecter mais je n’avais pas envie, ça allait me faire terriblement mal. Robyn intercepta mon regard. Lui aussi savait bien qu’il allait falloir en passer par là. Résignée, je lui tendis ma main gauche. « Je vais devoir repousser mon mariage avec Peter. Je sais qu’on n’a pas de date mais je vais devoir repousser. Et puis, en plus, je n’en ai pas parlé à Harry. » Mon mariage. Grande étape dans ma vie. J’aurais déjà dû être mariée depuis quelques années déjà mais, à cause de quelques circonstances, ce n’était pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mar 22 Jan - 20:15

Ma sœur vivait un enfer dans cette maison. Elle aurait pu partir, laisser Harry s'occuper de notre père, le laisser se débrouiller tout seul même, elle ne lui devait rien alors qu'il n'avait jamais rien fait pour elle sinon l'insulter et la frapper dans les pires des cas, l'ignorer dans le meilleur cas de figure. Mais là, il m'apparaissait clairement, qu'il était plus souvent violent quand je voyais l'état de ses bras. Et encore ce n'était que la partie visible... Dieu seul savait ce qu'il se cachait sous ses vêtements. J'aurais aimé la sortir de là maintenant, l'aider au moins à avoir une vie moins malheureuse, mais Destiny se sentait une certaine responsabilités vis à vis de notre père et je compris davantage pourquoi quand elle m'expliqua qu'il comptait pour Harry et moi. Ce qu'elle faisait, elle le faisait pour nous, pas pour lui... Un sacrifice ? Brusquement, Destiny remonta dans mon estime, malgré toutes les bêtises qu'elle avait pu faire. Ce n'était pas une mauvaise fille, loin de là. Il lui avait juste manqué des parents, des repères. Harry et moi étions ses frères, pas ses parents et nous ne pouvions remplacer une autorité parentale.

Elle me demanda alors si elle ressemblait à maman. Je lui répondis le plus sincèrement que je pus. Personnellement, je n'aurais pu en jurer, je n'avais pas conservé assez de souvenirs d'elle, mais je savais que beaucoup le disaient en tous les cas. Et j’enchaînais en lui livrant mon ressenti sur la façon de réagir de papa... Sur ce que devenir père de famille, sur ce que le fait de tomber amoureux m'avaient apprit. J'avais changé quelque part et je posais un regard bienveillant et protecteur sur mon fils qui jouait tranquillement sans se préoccuper des adultes, sans deviner ce que cette discussion avait de difficile et sérieuse. Un moment de sincérité entre ma sœur et moi.

Je sentis ma sœur m'échapper, se levant brutalement alors que je n'avais pas vraiment fini. Je lui jetais un regard interrogateur. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Avais-je dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? Elle approcha de la cheminée sans me regarder, avant de me reprocher de l'appeler notre père alors qu'elle ne pouvait pas le considérer ainsi... Je pinçais les lèvres, conscient de ma maladresse, déçu aussi que les choses se présentent ainsi, mais à quoi s'attendre d'autre ? Je ne pouvais pas lui en vouloir de penser ainsi... Elle secoua la tête, avant de reprendre en disant savoir que j'aimais Erika... Elle fit le parallèle avec Jack. Je le savais, mais Jack n'était pas bon pour elle, même si je la condamnais moins violemment désormais. Mais elle ajouta également que ce qui faisait la différence entre papa et moi, c'était que moi, je ne me laisserais pas abattre.

Nos regards se croisèrent quand elle se tourna vers moi. Elle me confia alors avoir toujours été impressionnée par ma façon de garer la mort de maman et cette enfance chaotique, me laissant totalement étonné. Et sans voix. Parce que cela, je ne m'en étais jamais douté. Et son raisonnement me semblait tellement étrange... Avaitelle raison ? Moi qui m'étais toujours senti le vilain canard de la fratrie, celui qu'on ne voyait pas, qu'on ne remarquait pas, voilà que Destiny me faisait voir les choses sous un autre angle et je ne savais si elle avait raison ou tort...

« Destiny... »

J'avalais péniblement ma salive.

« Je n'avais jamais envisagé les choses sous cet angle... Je ne pense pas avoir été fort... »

Ma sœur revint alors vers moi, s'accroupissant devant moi pour me dire que j'étais sans doute le plus sensé de nous trois.

« Je ne sais pas si on peut qualifier de sensé le fait de coucher avec une femme et la mettre enceinte hors mariage. On vit dans le péché Destiny et malheureusement, ce n'est pas moi que l'on critique le plus à ce sujet... »

Un éclair de colère passa dans mes yeux verts. Erika était traitée de pute et autres adjectifs peu flatteurs. Alors que j'étais aussi fautif qu'elle. Mais elle était une femme, une pécheresse par essence selon notre Eglise. Destiny avoua vouloir connaître le même bonheur que moi avec Erika, prendre sa vie en main, consciente qu'elle ne le pourrait pas sans Jack. Je sentis mes joues chauffer quand elle parla d'intimité avec lui. Non, je ne voulais pas imaginer ma sœur coucher avec lui, là, c'était au dessus de mes forces. Elle se rassit, examinant sa main gauche et retirant les bouts de verre restant. Elle regarda l'alcool et je fis de même. Je sentais bien qu'elle n'était pas pressée de sentir la boisson lui brûler les chairs à vif. Elle m'apprit alors qu'elle voulait repousser son mariage avec Peter. Je m'arrêtais alors que je prenais la bouteille d'alcool.

« Je sais que tu es folle amoureuse de Jack Destiny. Mais je sais aussi qu'il ne te rendra pas heureuse. Vous n'êtes pas compatibles... Vos caractères sont trop différents, il t'étouffera et tu dépériras. C'est une passion dévastatrice. Je sais aussi que Peter se montrera prévenant et attentionné avec toi, que tu l'aimes bien... Mais ne l'aimes pas tout court. Pourtant, avec lui, tu peux construire quelque chose. Pas avec Jack Williams. »

J'avais parlé doucement, je ne voulais pas qu'elle s'emporte, mais c'était là l'évidence. J'appliquais alors un linge imbibé d'alcool sur sa main, très vite, la surprenant sans doute, laissant la douleur la prendre, avant de le retirer et de souffler dessus pour atténuer la souffrance.

« Pourquoi repousser le mariage ? Je pensais que Harry avait donné son accord... »
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Sam 26 Jan - 20:55

Il m’écouta. Il m’écouta lui reprocher de l’appeler ainsi, lui, celui qui me haïssait. En général il ne m’écoutait pas, je ne l’écoutais pas non plus. Nous passions notre temps à nous déchirer l’un contre l’autre, campés sur nos positions, refusant d’écouter le point de vue de l’autre, refusant de faire face à la souffrance de l’autre. Je poursuivis, lui déclarant que j’avais bien vu qu’il aimait Erika. Au moins c’était un appui fixe dans la vie de mon frère : il pouvait compter sur sa femme et son fils. Ils seraient là pour lui. Erika avait choisi de vivre avec Robyn, de le soutenir, il pouvait lui faire confiance. Moi, il ne m’avait pas choisie, je lui étais tombée dessus. Il avait toujours fait preuve de courage. Ça, c’était indéniable. Je le rejoignis m’accroupissant près de lui pour continuer, lui dire que c’était lui le plus sensé. Il ne se laissait pas emporter par ses sentiments, pas comme moi. Il cherchait à bien faire, ne pas faire de vagues. Il profita du fait que je m’asseye pour me répondre. Il ne se pensait pas sensé. Ah bon ? Je ne trouvais pas. Il me parla d’Erika, faisant une allusion vague à ce que les gens racontaient. J’haussai les épaules, balayant ces racontars. Ils n’étaient cruels que lorsqu’on y prêtait foi et je doutais que mon frère y prêtât foi. Toutefois, c’était dur, je devais le reconnaître.

Je repris, voulant apporter du soutien à mon frère, lui montrer que, malgré tout ce qui pouvait se dire (les gens sont souvent stupides et méchants, il ne faut pas leur en vouloir, ce n’est pas de leur faute). Je lui fis part de ma volonté de vouloir connaître le même bonheur que lui, de pouvoir compter sur quelqu’un comme lui pouvait compter sur Erika. Je lui fis part, également, de ce que Jack représentait pour moi. Oh, si peu ! Mais cela suffit à faire briller de la colère dans les yeux de mon frère. Je posai les yeux sur la bouteille d’alcool. Robyn fit de même. Il allait bien falloir en passer par là. Résignée je tendis ma main gauche à mon frère, lui annonçant qu’il allait me falloir repousser mon mariage avec Peter. Robyn, qui s’était penché pour ramasser la bouteille, s’arrêta. J’évitai son regard, je savais très bien que tout ce que je lui avais dit ne lui avait pas forcément plût. « Je sais que tu es folle amoureuse de Jack Destiny. Mais je sais aussi qu'il ne te rendra pas heureuse. Vous n'êtes pas compatibles... Vos caractères sont trop différents, il t'étouffera et tu dépériras. C'est une passion dévastatrice. Je sais aussi que Peter se montrera prévenant et attentionné avec toi, que tu l'aimes bien... Mais ne l'aimes pas tout court. Pourtant, avec lui, tu peux construire quelque chose. Pas avec Jack Williams. »

Je fis la moue, m’apprêtant à rétorquer, comme d’habitude. Son ton était doux, presque comme s’il voulait me raisonner, comme s’il voulait raisonner un enfant capricieux. J’allais répondre mais il appliqua un linge imbibé d’alcool sur ma paume. Soudainement. Sans me prévenir. Je fus surprise du contact frais, tournant la tête pour voir. Et puis la douleur se fit sentir. D’abord doucement, sinueuse. Ma paume commença à me chauffer, à me picoter. L’alcool, au contact de mes plaies, les fit chauffer, me brûlant la paume. La douleur fut insoutenable, mais je serrai les mâchoires, contractant les muscles de ma main, les yeux fixés sur ma main gauche. Je refusai de me plaindre, ça c’était fini. Je n’étais plus une petite fille. Néanmoins quelques larmes de douleur roulèrent sur mes joues. Robyn retira le linge au bout d’un temps qui me sembla durer une éternité. Je papillonnai des cils tandis que mon frère soufflait doucement sur ma paume meurtrie pour atténuer la douleur. Celle-ci reflua très vite, me laissant comme étourdie. Robyn reprit notre discussion, rebondissant sur cette histoire de mariage. « Pourquoi repousser le mariage ? Je pensais que Harry avait donné son accord... »

Je mis un peu de temps avant de retrouver le fil. J’essuyai mes larmes du dos de la main avant de regarder mon frère. « C’est pas vrai… — Murmurai-je en baissant les yeux — Jack n’est pas comme ça… Et puis si, j’aime Peter. — Je relevai la tête pour affronter le regard de mon frère. — J’aime Jack. Mais j’aime aussi Peter. Pas de la même façon. Je les aime et puis c’est comme ça. » J’étais agacée. Pas contre Robyn, non, il n’y était pour rien. J’étais agacée contre les mentalités des gens du village. Pourquoi fallait-il être traitée de pute lorsqu’on vivait avec l’homme que l’on aime sans être forcément mariée avec lui ? Pourquoi fallait-il être traitée de petite garce à la cuisse légère lorsqu’on aimait passionnément un homme ? Pourquoi ne pouvait-on pas aimer deux hommes à la fois ? Pourquoi ne pouvait-on pas vivre comme on le voulait ? Pourquoi être traitée en criminelle lorsque le seul “crime” que l’on avait fait était de naître ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? J’aurais pu tenter d’expliquer à Robyn pourquoi j’aimais Jack de la sorte. J’aurais pu tenter de lui expliquer aussi pourquoi j’avais décidé d’épouser Peter malgré l’amour passionnel que j’avais pour Jack. J’aurais pu, oui. Mais il aurait fallu me prendre le temps de revenir sur toutes ces années passées. J’aurais pu. Il m’aurait fallu parler de Peter et de l’amour passionnel qu’il avait pour moi. Amour qui m’effrayait. J’aurais pu. Mais je ne le voulais pas. Pas aujourd’hui. Peut être parce que je ne le savais pas vraiment. Peut être parce que je ne le comprenais pas vraiment. Peut être que j’avais envie de le garder pour moi. Comme un secret. Un secret bien enfoui au fond de mon cœur. Je n’étais pas prête. Voilà tout.

« J’aime Peter. Je sais que je serais… heureuse, avec lui. Il s’occupera de moi, je le sais. Il prendra soin de moi. Mais il voudra fonder une famille. Et ça… tu sais, je ne serais pas capable d’être une mère. Je ne saurais pas comment faire. Et je n’en veux pas. » Je fis un sourire d’excuse à mon frère. S’il voulait me voir mère, il allait devoir attendre. Ce n’était pas de sitôt qu’on verrait un enfant s’accrocher à mes jupes. J’inspectai ma main gauche, peu pressée de parler à mon frère des raisons qui me poussaient à repousser la date de mon mariage. Je voyais nettement les petites coupures, plus ou moins grosses. J’allais avoir des cicatrices. J’allais avoir du mal à cacher ça. Au pire, si on me pose des questions, je dirais que je suis tombée. Voilà. Je suis tombée. Mon regard se porta tout naturellement sur ma paume droite. Rougie par le sang, elle aussi était sévèrement blessée. Peut être même plus que la gauche vu que j’étais droitière. Ça, ça allait poser problème. J’approchai mes doigts d’un éclat de verre, voulant le retirer. Mes doigts glissèrent sur le sang mais je parvins à l’attraper. Je tirai dessus, fermement, presque avec rage. J’ignorai la douleur, tirant dessus. Qu’est-ce que je cherchai à arracher avec cet éclat de verre ? Quelle épine voulais-je m’ôter du cœur ? Je finis par l’arracher. Long éclat de verre, sanguinolent. Mes doigts étaient rouges de sang. Ma paume saignait, m’élançant douloureusement. Je portai l’éclat de verre au niveau de mon regard pour l’observer. Que représentait-il ? Quel douloureux événement du passé dont je voulais me détacher représentait-il ?

« Harry n’est pas au courant. Je ne le lui ai pas encore dit. — Je reposai lentement l’éclat de verre près des autres, les alignant bien, soigneusement. — Je ne veux pas lui en parler. Pas maintenant. Ce n’est pas le bon moment. Je suis fâchée contre lui et puis… — Je levai les yeux vers mon frère, l’air désolée. — Il ne va pas bien. Il est gravement malade. Je ne peux pas le laisser abandonné à lui-même. — Je baissai les yeux, fascinée par les éclats de verre que j’alignai, par terre. Les éclats de verre qui me meurtrissaient la main quelques minutes plus tôt. — Je vais devoir demander à Seth de venir le voir, pour évaluer sa santé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mar 5 Fév - 15:17

Quelque part, je me demandais si je ne fis pas exprès d'appliquer le linge imbibé d'alcool avant que Destiny ne puisse rétorquer à mon intervention concernant Jack Williams. Lui faire mal l'empêcherait de parler. Ce n'était pas intentionnel, mais cela tombait à point nommé en réalité, lui laissant assimiler ma vision des choses avant qu'elle ne trouve de quoi démonter mes arguments et n'entame ainsi une dispute qui allait mal finir. Pour une fois que nous avions une petite accalmie, juste un moment entre frère et sœur, à parler sans se bouffer le nez, j'avais envie d'en profiter. Sans compter que je ne voyais absolument pas ce qu'elle pourrait dire pour sauver Jack à mes yeux. Je ne l'aimais pas, c'était un salopard et je n'aimais pas l'influence qu'il avait sur ma sœur. Pour moi, il ne la rendrait jamais heureuse et Harry était d'accord à ce sujet. Je finis par retirer le linge, avant de souffler sur ses plaies pour essayer d'amoindrir le feu né de l'alcool, je n'étais pas sadique au point de souhaiter lui faire du mal non plus.

Et là, je lui demandais pourquoi il fallait repousser son mariage avec Peter. Il me semblait que tout était réglé, l'accord conclu, qu'il ne manquait plus qu'une date à arrêter... Il était temps qu'elle se marie, qu'elle se sauve de cette maison, qu'elle mène sa vie, de façon la plus honorable possible. Destiny ne répondit pas tout de suite, essuyant ses larmes du revers de la main, ses larmes de douleur, mais aucun gémissement n'avait franchi la barrière de ses lèvres. Elle commença par me dire que ce n'était pas vrai et je fronçais les sourcils sans comprendre. Pas vrai pour quoi ? La réponse ne tarda pas à venir alors qu'elle me disait que Jack n'était pas comme ça. Je poussais un énorme soupir, mais tins ma langue, avant qu'elle ne m'avoue aimer Peter, mais pas de la même façon. Elle les aimait tous les deux, voilà tout.

Je la regardais avec un certain étonnement. Elle aimait deux hommes. Mais elle ne pouvait avoir les deux. Il fallait choisir. Et voilà qu'elle me disait qu'elle savait bien que Peter la rendrait heureuse, mais qu'il voudrait fonder une famille et ça, elle le lui refuserait. Je pinçais les lèvres. J'en avais parlé avec Peter. Effectivement, c'était dans ses projets. Et en tant que femme, c'était quand même le rôle premier de Destiny. Les femmes servaient à enfanter, à perpétrer un nom, que cela plaise à mon entêtée petite sœur ou non.

« C'est ridicule comme décision Destiny. Tu crois qu'Erika et moi, on savait comment faire ? Pas du tout. Mais on a apprit, comme tous les parents. Je n'étais pas prêt à devenir père, je n'y avais même pas songé, avant que cela me tombe dessus. Et finalement, je ne regrette rien. Tu es jeune encore, ton cœur est inconstant. Tu ne sais pas ce qui t'attend avec Peter, tu n'as même pas envie de te marier, c'est normal que tu ne te projettes pas comme mère... Mais Destiny, quand il sera ton mari, tu n'auras pas ton mot à dire... Tu auras des devoirs vis à vis de lui... Lui donner des enfants en est un. Pas forcément maintenant, mais cela arrivera. Tu ne peux pas lui refuser cela. Tu ne peux pas être égoïste et capricieuse, au point de lui refuser cela. »

Ma voix était toujours mesurée et douce, mais mon regard sévère. Je me doutais que je risquais d'engendrer une dispute, parce qu'elle ne se laisserait sans doute pas dicter sa conduite aussi facilement, mais tant pis, puisque nous en étions à parler et bien autant tout se dire.

« Destiny, si tu épouses Peter, tu ne fauteras pas avec Jack n'est-ce pas ? Tu ne lui feras pas ça ? »

J'avais peur soudainement, peur qu'elle n'épouse Peter que pour avoir la paix, que pour se soustraire à notre influence, pour avoir une couverture, mais qu'elle suive quand même les élans de son cœur au point de prendre un amant... Au risque de déshonorer son mari. Elle en profité pour s'arracher un autre morceau de verre et me dire que Harry n’était pas encore au courant, parce qu'elle ne voulait pas lui en parler. Elle était fâchée contre lui, mais la suite, me mit le cœur au bord des lèvres.

« Comment ça il est gravement malade ?  Qu'est-ce qu'il a Dest' ? »
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Sam 9 Fév - 18:22

Jamais je n’arriverai à comprendre pourquoi Robyn et Harry détestaient autant Jack. Jamais je n’arriverai à comprendre les gens du village. Pourquoi est-ce les gens le trouvaient si détestable ? Si… infréquentable ? Jack était ce qu’il était, et pour rien au monde je ne voudrais qu’il ne change. Il n’était pas ce que l’on pensait. J’étais attachée à Jack d’une façon indescriptible. Mais il me fallait bien me plier aux mœurs des gens du village. J’aimais Peter, bien entendu. Mais différemment. Comment l’expliquer à Robyn ? Comment lui parler honnêtement de ces sentiments contradictoires que j’éprouvais ? C’est quasiment impossible.

Robyn souffla doucement sur ma main gauche qui me brûlait. J’essuyai les larmes qui roulaient sur mes joues. Mon frère me demanda pourquoi je devais repousser mon mariage avec Peter. Je mis du temps à rassembler mes esprits, étourdie par la douleur qui m’élançait la main. Je lui murmurai ma réponse quant à ses remarques sur Jack. Ce n’était pas vrai. Non, Jack n’était pas comme ça. Mais personne ne voulait le croire. Personne ne voulait me croire. J’avais beau me battre et le répéter sans cesse, défendre celui que j’aimais, c’était en vain. J’essayai néanmoins de le réexpliquer à mon frère pour la énième fois. Je lui avouai aimer à la fois Peter et Jack. Différemment. Mais je les aimais tous deux. Je sentis le regard de mon frère posé sur moi, je l’évitai, réfléchissant. Et puis je repris. Je savais que Peter m’offrirait une vie idéale. Une vie heureuse. Peter m’aimait. Je le savais. Il me l’avait souvent fait comprendre de façon plus ou moins pressante. J’avais besoin de lui. C’était ça qui était surprenant. J’avais toujours cru n’avoir besoin que de Jack pour vivre, pour aimer et être aimée. Et pourtant, avec le mariage de mon frère, je me rendais compte qu’il me manquait quelque chose. Qu’il m’avait toujours manqué quelque chose. De l’affection, de la tendresse. Et ça, Peter était capable de me le donner. Je pensai savoir pourquoi je m’attachai autant à Jack mais j’avais peur de comprendre.

Je savais que j’allai avoir une vie enfin “normale” avec Peter. Mais que, tôt ou tard, j’allais devoir devenir mère. Je ne m’en sentais absolument pas capable. Déjà, si je tombai enceinte, j’avais peur de ne pas survivre à l’accouchement. Comme ma mère. Sorte de tradition funeste si on voulait. J’avais toujours réussi à échapper à une quelconque forme de culpabilité en me forçant à croire que je n’avais pas tué ma mère, qu’elle m’avait légué sa vie. D’où mon nom. Et d’où cette crainte, peut être infondée, de reproduire ce destin funeste. Peut être que je me trompais, mais, pour l’instant, j’avais cette peur qui me traquait. Ensuite, au vu de l’enfance que j’avais eu, je ne voulais pas faire subir à des êtres innocents le mal-être que je ressentais. J’expliquai, maladroitement, à mon frère ma position vis à vis des enfants. Il pinça les lèvres. Je m’étais mal exprimée. J’allais rectifier mais il me coupa dans mon élan. Il essaya de me raisonner, doucement, comme on raisonne un enfant colérique. Il m’expliqua que lui et Erika n’avaient jamais su comment être parents. Qu’ils avaient apprit sur le tas, comme tout le monde. Il avait raison, bien sûr. Il alla dans mon sens, exprimant mon refus du mariage et de la maternité. Mais il me réprimanda tout de suite après. Doucement. Il me fit comprendre que, lorsque je serais mariée, je n’aurais pas mon mot à dire, que j’allais avoir des devoirs vis à vis de Peter, et que, tôt ou tard, j’allais devoir donner des enfants à Peter. Il conclut, toujours aussi doucement, d’une façon qui me fit mal. Tu ne peux pas être égoïste et capricieuse, au point de lui refuser cela.

Je me mordis les lèvres. Tandis que je m’appliquai à arracher un morceau de verre de ma paume droite. Égoïste. Capricieuse. Voilà des qualificatifs que j’avais très souvent entendus dans la bouche de mon frère à mon propos. Des mots qui me faisaient mal. Non. Je m’étais bien trop mal exprimée. Il avait mal comprit ce que j’avais du mal à expliquer. Je devais le lui expliquer clairement, posément. Je devais dissiper ce mal entendu, sinon on allait s’énerver, se disputer. Il le fallait maintenant. Je parvins à arracher le morceau de verre de ma paume, je l’observai soigneusement. C’était ça. Le morceau de verre que je tenais entre mes doigts, c’était ce malaise vis à vis des enfants que je ressentais. C’était ça. Puisque j’avais arraché ce morceau de verre de ma main, il fallait que j’explique ce malaise à mon frère. « Destiny, si tu épouses Peter, tu ne fauteras pas avec Jack n'est-ce pas ? Tu ne lui feras pas ça ? » Je me stoppai net, les doigts en suspens au-dessus des morceaux de verres posés par terre que j’étais soigneusement en train d’aligner. Mon frère venait de me poser la question que je me posais depuis des jours, inlassablement. Jusqu’où serais-je prête à aller par amour pour Jack ? Allais-je trahir Peter et continuer de voir Jack ? Allais-je renoncer à la passion dévorante que j’éprouvais pour Jack ? J’étais incapable de savoir, trop perturbée. Et ce trouble, cette ignorance me rongeait. Me rendait folle. J’évitai sa question, ne voulant pas y faire face tout de suite. Je repris mon activité, continuant d’aligner les éclats de verres. J’expliquai à mon frère pourquoi j’étais obligée de repousser mon mariage. Harry n’était même pas au courant, je ne voulais pas qu’il soit en courant. Pas maintenant. Et puis j’enchaînai sur un ton désolé. J’étais désolée, sincèrement. Pour mon frère. Je lui annonçai d’une voix douce que son père était gravement malade.

« Comment ça il est gravement malade ? Qu'est-ce qu'il a Dest' ? » Je ne répondis pas tout de suite, terminant d’aligner les éclats de verre. J’allais devoir les enlever avant qu’Aaron ne décide de jouer avec. Je finis par lever les yeux sur mon frère. Il avait l’air alarmé. C’était normal. « Je ne sais pas trop pour tout te dire. Je crois que c’est parce qu’il boit trop ou parce qu’il a voulu passer l’hiver entier avec la fenêtre ouverte… Je fermais la fenêtre mais il la rouvrait tout le temps. Toujours est-il qu’il tousse, beaucoup. Parfois il tousse du sang ou je sais pas trop quoi. Il a de la fièvre, du mal à respirer… Il faut que Seth vienne vite, son état empire de jour en jour. » Je ne voulais pas faire plus de mal à Robyn, aussi me glissai-je vers le grand récipient rempli d’eau que mon frère avait rapporté. J’y plongeai doucement ma main droite pour la nettoyer, frottant sans ménagement pour enlever le sang. Lorsque ce fut propre, je commençai à retirer les éclats de verre, laissant ma main dans l’eau. Je les arrachai avec violence, mon sang coulait, colorant lentement l’eau en rouge. Au bout de quelques minutes je m’arrêtai. L’eau était ensanglantée. Je levai les yeux sur mon frère, je pleurais. « Je… Je suis tellement désolée Robyn… Si je pouvais faire quelque chose, je le ferrais. Tu sais, quand je le vois plongé dans ce passé où vous étiez si heureux, je me sens coupable. Je m’en veux dans ces moments-là. Vraiment. J’aimerais ne pas être née… — Aussi étrange que cela puisse paraître, j’étais sincère. J’avais beaucoup réfléchis ces derniers temps, depuis que Robyn était parti et que je m’étais fâchée avec Harry. Depuis que j’étais vraiment seule avec moi-même. Progressivement, sans que je ne le montre, son état m’avait touchée. Le voir vivre dans le passé m’avait fait mal, m’avait fait réagir. J’avais lentement commencé à changer d’attitude envers lui. Mais pas n’importe quand. Quand il était saoul et qu’il vivait donc dans le présent, je le détestais. C’était tellement contradictoire… — Je commence à réaliser à quel point je vous ai blessés, Harry et toi. L’ampleur des dégâts que j’ai causé me fait peur… Et pour répondre à ta question… Je ne sais pas. Je suis perdue, c’est une question que je me pose de plus en plus souvent… Je sais que je serais incapable de vivre tout le temps avec Peter, mais je ne veux pas le faire souffrir. Mais je ne peux pas être intime avec lui, ça me rappelle de trop mauvais souvenirs… C’est comme si… comme si… — Je baissai la voix, comme si j’avais peur qu’on nous entende. Comme si j’avais peur de m’entendre le dire à voix haute, par risque de replonger dans ce cauchemar — Comme si j’étais de nouveau violée… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Dim 24 Fév - 16:42

C'était étrange le tour qu'avait prit cette petite visite. Au départ, j'étais juste venu pour que Destiny puisse voir Aaron, sans savoir que j'allais tomber en plein dans une scène de la vie quotidienne, une scène où Destiny se faisait maltraiter par notre père. Longtemps, j'avais mis des œillères, longtemps, j'avais approuvé ce que faisait mon père, gardant la rancœur d'un petit garçon qui avait été privé de sa maman et à qui il était plus facile de s'en prendre à une petite fille, qu'au destin, ou à la fatalité. Mais voilà, les choses avaient changé... Destiny avait souffert, autant que nous, d'une façon seulement différente. Nous, nous avions grandi avec l'absence d'une mère, devant compenser les défauts d'un père. Destiny avait grandi avec la culpabilité en plus, celle que père et moi ne cessions de lui répéter, d'enfoncer... Cruellement.

Pourtant, je demeurais convaincu qu'elle avait été mal élevée. Elle manquait d'une certaine éducation, de la réserve que se devaient d'avoir les femmes, de certaines valeurs morales. Elle ne savait pas calmer son tempérament tempétueux... Destiny n'en faisait qu'à sa tête, se moquait des conventions sociales, des rumeurs... j'étais sans doute mal placé pour lui faire la leçon maintenant que j'avais fauté et que je me retrouvais avec un enfant sans être marié, mais j'étais un homme. Et elle était ma sœur, je voulais le meilleur pour elle et le meilleur n'était sans doute pas Jack Williams. Ni Peter Wolfkrieg d'ailleurs, qui, bien que gentil et amoureux, n'était pas un parti digne de ma sœur. Mais je révisais mon jugement concernant les mariages de raison. Si au moins, elle pouvait aimer son mari, les choses seraient moins difficiles.

Cependant, j'avais peur qu'elle ne se marie avec Peter pour les mauvaises rencontres, sans réussir à oublier Jack. Et si jamais elle osait prendre Jack en amant... Faire cette honte à Peter... Non, ça, je ne le lui pardonnerais pas. Elle se devait de réfléchir, et elle devait faire des concessions, que cela lui plaise ou non. On ne pouvait pas tout avoir, il fallait faire des choix et s'y tenir. Je devinais avoir touché un point sensible alors qu'elle s'arrêtait net dans son petit jeu d'alignement de bouts de verre. Preuve qu'elle m'écoutait, même si elle ne répondait pas forcément. Peut-être ne connaissait-elle pas la réponse, mais cela ne me rassurait pas. Même si au moins, elle ne me mentait pas.

Mais elle m'apprit alors que notre père était gravement malade, et tout ce qu'elle avait pu dire avant sur son mariage ne compta soudain plus, alors que mon inquiétude grandit. Elle le haïssait. Moi... Moi, je l'aimais encore, malgré ses manquements, malgré cette enfance sans père. Il demeurait celui qui nous avait permis de voir le jour et il avait toujours été indulgent avec moi. Parce que je le soutenais en tout, parce que je l'admirais, comme seul un fils peut le faire avec un père, quel qu'il soit.

Destiny mit du temps à répondre et je me retins de réitérer ma question. Parce que finalement, elle répondit, m'apprenant qu'il avait passé l'hiver la fenêtre ouverte, qu'il buvait trop et qu'il toussait énormément, parfois du sang. Je n'étais pas savant, mais cela était plus qu'inquiétant, et Destiny parlait de faire venir notre rebouteux pour l'examiner alors que son état empirait. Destiny retourna à son nettoyage de mains, dans le silence, seulement ponctué des babillements d'Aaron. Je soupirais levant le regard vers le plafond, là où mon père se trouvait... Endormi ? Sans doute... Je n'osais même pas lui montrer mon fils.

Les paroles de Destiny me ramenèrent à elle, alors qu'elle pleurait, s'excusant de ne rien pouvoir faire, s'en voulant d'être née... Ces choses que je lui avais toujours reproché. Et elle continua, répondant à ma question, ou du moins, me disant qu'elle ne savait pas exactement, se posant encore la question, sachant qu'elle ne saurait être intime avec Peter à cause de son viol... J'avais oublié que ce détail pouvait ruiner totalement une femme. Oui, j'avais oublié.

« Dest... »

Je me rapprochais d'elle, la prenant doucement dans mes bras, passant une main dans son dos. Ravagée par ce viol... Est-ce que cela pouvait expliquer le comportement de Destiny ? Pourtant, elle s'était ouverte à Jack, non ? Pourquoi lui et pas Peter, plus doux, plus aimant ? Je ne comprenais pas sa logique, mais il n'y en avait sans doute pas.

« Tu ne laisseras pas Peter te toucher ? Je sais que c'est un sujet délicat, mais il faudrait que tu l'abordes avec lui... Tu ne peux pas lui faire ça et je pense qu'il comprendrait... Tu n'es pas obligée de lui dire ce qu'il t'est arrivé, mais tu ne peux pas le tromper... Vous ne pouvez pas vous marier et que tu lui refuses ta couche. »

Je soupirais.

« Je suis désolé Destiny. Désolé de n'avoir été qu'un sale gosse égoïste et cruel, désolé de ne pas savoir te réconforter... Cela n'a jamais été mon fort... »
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Sam 9 Mar - 22:24

Je restai immobile, pleurant silencieusement. Je m'en voulais. Terriblement. Je m'en voulais de me comporter comme une gamine. Je m'en voulais de n'en avoir fait qu'à ma tête. Je m'en voulais de m'être cachée derrière une telle carapace. Je m'en voulais. Aujourd'hui tout se retournait contre moi. Je devais affronter les conséquences de mes actes. Et ça faisait mal. Terriblement mal. Je voulais à tout prix surmonter tout ça, essayer de réparer les torts que j'avais pu causer. C'était tard, je le savais, mais je devais bien faire des efforts. J'essayai de mon mieux. Ce n'était pas grand chose mais c'était tout ce que je pouvais faire.

Robyn s'approcha doucement de moi, me prenant dans ses bras, passant une main dans mon dos. C'était gauche, maladroit, inhabituel et pourtant d'une douceur surprenante. Je n'y étais pas habituée. Jamais Robyn ne me prenait dans ses bras pour me consoler. Jamais il ne me consolait. C'était toujours Harry qui essuyait les larmes sur mes joues, qui me réconfortait, me rassurait. Pourtant c'était pareil pour moi. Il était mon frère et je ne pouvais pas renier les liens du sang. Je me calmai rapidement, cessant de sangloter. « Tu ne laisseras pas Peter te toucher ? Je sais que c'est un sujet délicat, mais il faudrait que tu l'abordes avec lui... Tu ne peux pas lui faire ça et je pense qu'il comprendrait... Tu n'es pas obligée de lui dire ce qu'il t'est arrivé, mais tu ne peux pas le tromper... Vous ne pouvez pas vous marier et que tu lui refuses ta couche. » Je ne répondis pas, me raidissant. Oui. Ce sujet était bien trop délicat pour moi. Robyn soupira. Je savais que j'étais une tête de mule, voire même pire. Mais il avait raison. Je ne pouvais pas lui refuser ma couche. C'était le devoir de toute femme mariée, donner des fils vigoureux à son époux. Et puis... Peter m'avait toujours désirée.

« Je suis désolé Destiny. Désolé de n'avoir été qu'un sale gosse égoïste et cruel, désolé de ne pas savoir te réconforter... Cela n'a jamais été mon fort... » Je fis un léger mouvement de recul, me cognant contre mon frère. Je n'avais pas fait exprès, mais, surprise, je le regardai avec de grands yeux avant de pouffer malgré moi. Je redevins sérieuse. La situation était délicate, rire aurait été mal placé. Je continuai d'enlever les bouts de verre, terminant de débarrasser ma paume de ces maudits bouts de verre. Lorsque j'eus fini, je m'arrêtai, fuyant le regard de mon frère. « Tu n'as pas à être désolé. C'est normal. Nous n'avons jamais été proches, c'est nouveau. Pour toi comme pour moi. — Je me tus, rinçant ma main dans l'eau qui se colorait de rouge. Je m'arrêtai, gardant les yeux baissés. — Tu ne savais pas ce que tu faisais, tu soutenais ton père. C'est normal. J'aurais fait pareil à ta place. Et puis... » Je finis de rincer ma main, l'essuyant avec mon tablier, la gardant serrée dans celui-ci pour calmer l'hémorragie. Je levai enfin les yeux vers mon frère. Je ne lui en voulais pas. Comment le pourrais-je ? Il était mon frère et, malgré nos différends, je tenais à lui. « Tu es mon frère. Même si je le voulais, je ne pourrais pas t'en vouloir. »

Je lui souris avant d'inspecter ma main. Mon tablier était ensanglanté mais ma main ne saignait plus. Je la rinçai une nouvelle fois avant de l'inspecter. Il restait quelques éclats de verre, mais si petits que je ne les sentais pas. Je laissai ma main de côté pour regarder mon frère. « Je sais que je ne peux pas lui refuser, que c'est mon devoir. Mais... Je vais faire de mon mieux pour essayer de surmonter mon... traumatisme. Je te le promets, mais je ne garantis rien. » Je changeai. Progressivement, lentement. Je changeai. Depuis mes fiançailles avec Peter, ma récente dispute avec Jack, je me remettais en cause. Je remettais ma relation avec Jack en cause. Était-il le bon ? Devais-je lui faire une totale confiance ? Était-il celui qui m'était destiné ? Était-il mon âme sœur ? Je commençai à douter. Ses manières brusques, rudes, me faisaient peur. Je me sentais brusquée, tourmentée. Pourtant je me sentais en sécurité avec lui. J'avais l'impression que rien ne pourrait m'atteindre si j'étais avec. Me trompais-je ? « C'est à moi de m'excuser. Je n'aurais jamais dû me comporter comme je l'ai fais. Ce... C'était puéril de ma part. Excuse moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Lun 11 Mar - 10:30

Moment rare. Unique même. Première fois que je prenais Destiny dans mes bras, première fois que j'avais ce geste de tendresse avec elle. Amorcé quand j'avais apprit pour son viol et jamais réitéré depuis, car même si je compatissais, je ne pouvais m'empêcher d'éprouver de la colère contre elle quand elle se comportait comme une gosse trop gâtée. Elle ne tenait pas son rang de jeune fille à marier, elle était trop libre, trop sauvage, n'en faisait qu'à sa tête. Son traumatisme, bien que réel, ne devait pas tout excuser et on ne devait pas tout lui passer. Mais voilà, Destiny doutait et Harry n'étant pas là pour la consoler (surtout qu'ils étaient plutôt en froid), c'était sans doute mon rôle de grand frère de le faire. Avec sans doute moins de tact que Harry, moins de naturel aussi. Si cela l'était avec Erika, avec Destiny, c'était tellement inhabituel que cela en devenait bizarre.

Et pourtant, tout en la tenant dans mes bras, je continuais de plaider la cause de Peter, de son futur époux. Il ne devait pas être la victime des peurs de Destiny. Elle ne pouvait pas l'épouser et le tromper, que ce soit sur ses intentions, ou avec Jack. Cela ne serait pas juste de blesser Peter parce qu'elle avait été blessée, parce que la vie n'avait pas été tendre avec elle. Il n'y pouvait rien, il voulait juste offrir son amour à ma sœur et espérait sans doute gagner celui de Destiny en retour. C'était un sujet délicat, et je la sentis se raidir ? Je n'insistais d'ailleurs pas... Elle m'avait entendue, elle avait tout le loisir de réfléchir à mes paroles plus tard. Quand elle ne serait plus soumise à ce torrent d'émotions, ce chaos.

Je m'excusais alors. De mes erreurs passées. De lui avoir mis sur le dos tous mes malheurs, alors qu'elle n'en était pas entièrement responsable. Un mea culpa sans doute tardif... Tout comme je m'excusais de ne pas savoir la consoler, la rappelant à l'ordre malgré les gestes doux, lui rappelant son devoir. Cela la surpris alors qu'elle reculait, amorçant un rire qu'elle étouffa bien vite et retirant les derniers morceaux de verre sous mon regard intrigué. Voire presque vexé de sa réaction. Je venais de ravaler ma fierté et de lui avouer mes erreurs et voilà sa seule réaction ? Mon regard se fit orageux, un regard qu'elle connaissait d'ailleurs bien. J'étais changeant dans mes humeurs, elle le savait parfaitement.

Elle reprit enfin la parole sans me regarder, disant que je n'avais pas à être désolé, que c'était normal d'être maladroit, tant cela était nouveau pour nous. Non, ça pour ne pas être proches, nous ne l'étions pas, vraiment pas, même si mon caractère s'adoucissait sensiblement ces derniers temps. Elle me chercha des excuses, disant qu'à ma place elle aurait fait pareil. Oui, j'avais soutenu aveuglément mon père, avec toute la candeur d'un enfant. Mais désormais, je ne l'étais plus et je ne pouvais que constater amèrement combien mon père avait été pleutre et faible... Elle termina de se nettoyer les mains, avant de relever son regard vers moi et de m'avouer qu'elle ne pouvait de toutes façons pas m'en vouloir, puisque nous étions frère et sœur. Malgré nos différents, nos frictions, nos violentes disputes, nos désaccords, il demeurait ce lien du sang... Nous avions grandi dans l'adversité, nous serrant les coudes, jeunes enfants perdus, privés de père et de mère, mais Destiny avait au moins connu la chaleur d'un foyer chez la mère de Jack.

Elle revint sur le sujet de Peter. Je pensais qu'elle n'oserait pas. Trop douloureux, trop sensible, mais je m'étais trompé. Elle promit d'essayer de surmonter son viol pour honorer son devoir.

« C'est déjà beaucoup Destiny. »

Elle s'excusa à son tour de son comportement puéril.

« Mais tu es toujours une enfant par certains côtés. »

J'eus un sourire un peu taquin, ce n'était pas une insulte.

« Tu t'excuses, mais entre nous, Destiny, vas-tu changer dés maintenant ? »

_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mer 20 Mar - 22:08

Je m'excusai de mon comportement puéril. Oui, je m'étais comportée comme une enfant gâtée. Je m'étais sentie blessée, attaquée par ce père qui condamnait sous le coup de la douleur. Trahie par ce frère qui soutenait un père, seule figure d'autorité, d'amour parental, reste de cette vie heureuse à laquelle j'avais mis un terme brutal. Alors... alors ma seule réaction avait été de m'affirmer. Peut être d'une façon qui n'était pas la bonne. Harry m'avait protégée. Et puis, quand mon monde s'était écroulé, quand je m'étais retrouvée seule face à la dureté du monde, je m'étais défendue avec plus d'acharnement, refusant l'autorité de mes frères. Je leur en voulais de ne pas m'avoir protégée alors que c'était leur devoir. Sottises. Excuses. Je me voilais la face. Je me cherchais des excuses depuis tout ce temps. J'étais comme ça, une gamine. Puérile et égoïste. Jamais je n'avais pensé à ce que mes frères pouvaient ressortir. Jamais je n'avais imaginé pouvoir les faire souffrir par ma conduite. Idiote.

Je me saisis du linge imbibé d'alcool d'un geste décidé. Il était encore humide et sentait fort. Très bien. J'écoutai mon frère me rappeler, sur un ton taquin, que j'étais encore une enfant par certains côtés. Il eut un petit sourire. Je lui souris à mon tour. Oui. Une enfant je l'étais encore. Robyn poursuivit sur un ton plus sérieux. Allais-je changer dès à présent. Voilà la question qu'il me posait. Je ne lui répondis pas tout de suite, appliquant le linge sur ma main. La douleur fut la même que la précédente, je ne pipai pas mot. Je laissai le linge appliqué sur ma paume plus longtemps que nécessaire, vidant mes pensées avec cette douleurs. Changer. Oui. J'essayai avec sincérité, je voulais vraiment changer. Seulement... Le pouvais-je ? En avais-je véritablement envie ?

Je finis par enlever le linge imbibé d'alcool, le mettant de côté, hors de la portée d'Aaron qui jouait en crapahutant tout autour de nous. La douleur reflua doucement, m'élançant de façon régulière, rendue plus vive par le contact avec l'air libre. Je restai quelques secondes silencieuse, les yeux fixés sur Aaron, réfléchissant à ce que je voulais, à ce dont j'étais capable de faire, à ce que j'étais capable de faire, à ce que j'avais fait. Je finis par lever les yeux vers mon frère, lui souriant d'une façon douce, sincère. « J'ai déjà commencé à changer. » Je baissai les yeux, me sentant soudainement terriblement vulnérable, bouleversée. J'essuyai mes yeux humides avant de me lever pour me diriger vers le buffet de la pièce principale, à quelques pas de là. J'évitai le placard du bas, sachant pertinemment qu'il renfermait des souvenirs douloureux pour Robyn et moi. Les deux épées qui avaient servi à laver mon honneur à cette terrible époque. Je pris une clef cachée dans la petite boîte à couture et ouvris le coffre du buffet. J'en sortis les petits jouets qu'il avait taillés pour Aaron. Un couple de loups, un cerf, un ours. Je m'accroupis à coté de mon petit neveu, lui donnant les jouets de bois.

Le petit garçon abandonna son jeu pour tendre les mains vers les petites figurines, les réclamant en babillant. Je les lui mis doucement dans les mains. Aaron, ravi, s'empressa d'aller les montrer à son papa? Je restai sur place, regardant Robyn et Aaron. Un père et son fils. J'eus un sourire triste. Aurais-je, un jour, un moment pareil à vivre ? Je ne savais pas. Pour l'instant j'en avais peur. Je me levai, me dirigeant vers le buffet, tournant le dos à mon frère pour lui cacher mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mar 2 Avr - 14:29

    Je regardais Destiny alors qu'elle me disait avoir déjà commencé à changer. Des changements que je n'avais peut-être pas encore vu, tout simplement parce que je n'avais pas vraiment regardé, pas fait attention, ou pas voulu voir... Je n'étais plus présent à la maison, je ne voyais plus vraiment ma sœur, la laissant vivre sa vie, se débrouiller avec notre père et Harry. Mais Harry était lui aussi de moins en moins présent... Destiny était seule finalement, seule avec ses décisions, avec ses regrets. Elle avait choisi de se marier avec Peter. Elle aimait toujours Jack, mais elle avait choisi Peter, alors même qu'elle ne savait pas si elle pourrait se donner à lui, malgré ses efforts pour être une bonne épouse. Déjà, je n'imaginais pas vraiment Destiny mariée... Soumise à un homme. C'était tellement peu dans son caractère. Mais avec Jack, soumise, elle l'était pourtant.

    Destiny se leva alors, ayant prit soin de mettre le linge imbibé d'alcool loin des mains d'Aaron, afin qu'il ne s'en saisisse pas. Toute jeune, et naïve fut-elle, je voyais bien qu'elle prenait beaucoup de précautions avec son neveu. Elle n'était pas si écervelée que cela sur certains sujets. Je l'observais aller jusqu'au buffet, mon regard attiré immanquablement vers le placard du bas, là où dormaient les preuves du meurtre que Harry avait perpétré pour sauver notre sœur, avec ma complicité. Dans ce placard résidait ce qui nous liait, un lourd secret, que jamais aucun d'entre nous n'avait ébruité...

    Je me souvenais de cette nuit terrible, un peu trop bien d'ailleurs. Des heures angoissantes sans Destiny, de la décision de la récupérer, sans mettre notre père au courant. Il n'y pouvait rien, n'était déjà plus que l'ombre de lui-même et se fichait de notre sœur. C'était notre devoir de la récupérer, malgré ma rancœur et j'avais aidé Harry à le faire. C'était lui qui avait tué, mais j'y avais assisté et je l'avais aidé à enterrer le corps...

    Je secouais la tête, chassant ces pensées, avant de regarder Destiny prendre une petite clé et ouvrir le coffre du buffet. Elle en sortit des jouets taillés... Sans doute pour Aaron. Deux loups, un cerf, un ours. Elle s'accroupit à côté de mon fils et lui confia les jouets, qu'il trouva soudainement très intéressants. Il les prit alors et vint jusqu'à moi pour me les montrer. Je pris l'un des loups et l'observais avec attention.

    « C'est de papa ? »

    Ma gorge se noua. Combien en avait-il gravé pour Harry et moi ? C'étaient des souvenirs qui refaisaient surface. D'avant. Bien avant.

    « Des loups... je ne sais pas si c'est approprié. »

    Elle connaissait mon aversion pour les loups-garous. Même si elle, n'y voyait pas le mal. Mais le travail restait bon.

    « Destiny ? »

    Quelque chose n'allait pas, je le voyais bien, mais je n'osais bouger avec mon fils dans les bras qui babillait joyeusement avec ses nouveaux jouets.

_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Lun 8 Avr - 19:47

Je donnai les figurines sculptées à Aaron. celui-ci, ravi s'empressa de laisser ses jeux de côté pour s'y intéresser et les montrer à son papa. Robyn les reçu sans souffler un mot, les observant soigneusement. Un couple de loups. Un ours. Un cerf. Robyn fit tourner un des loups entre ses doigts tandis que son fils jouait, intégrant son papa dans son jeu comme montagne, posant les figurines sur ses genoux, ses bras. Robyn me demanda si c'était son père qui les avait sculptées. J'hochai la tête, détournant le regard. Il en avait sculpté des dizaines, les alignant sur le rebord de sa fenêtre. Dans ses délires il parlait de ses fils et de sa femme. Il promettait de donner ces petits animaux à Robyn et Harry, se réjouissant d'avance de les voir heureux. Et puis, lorsqu'il était “lucide”, il les détruisait, m'accusant de lui avoir volé son bonheur, d'avoir détruit sa vie, d'avoir tué sa femme. Je n'avais pu sauver que ces quatre-là.

Robyn ajouta, pensif, qu'un loup n'était peut être pas une très bonne idée, vu la situation. Je connaissais sa position vis à vis des Loups Garous qui chassaient dans le village mais ne soufflai mot. Il avait dit que ce loup et cette louve, ce couple, c'était lui et sa femme. Que c'était ainsi qu'ils s'étaient toujours vus. Pas des Loups Garous, non. Des loups ordinaires, communs. Des animaux libres, pouvant aller là où ils le voulaient. Il avait ajouté qu'il serait prêt à tout pour elle, qu'il déplacerait des montagnes s'il le fallait. Ils n'étaient qu'un seul être. Je détournai le regard, submergée par les larmes. Voir Robyn et son fils partager un tel moment de complicité me ravageait le cœur lorsque je pensai que je ne vivrai peut être jamais un tel moment. Et puis... Je me sentai étrangement identique à ce père qui me haïssait. Ce que j'éprouvai pour Jack, c'était la même passion, le même sentiment qui les avait unis.

J'entendis Robyn m'appeler, quelque peu étonné de me voir réagir ainsi, de me voir détourner le visage pour verser des larmes sans raison. Je lui fis signe de ne pas s'inquiéter, que tout allait bien avant de quitter précipitamment le salon pour aller me réfugier dans la cuisine, la vue brouillée par les larmes. La tête me tournait, aussi m'assis-je directement sur les premières marches des escaliers, sanglotant silencieusement. J'avais détruit une famille dans laquelle je n'avais pas ma place. Je n'arrivai plus à faire face à cette culpabilité qu'on m'inculpait, je n'y arrivai plus. Voir Aaron privé de son grand-père, le seul qu'il avait, me faisait mal. Je me sentais coupable, incapable d'y réchapper, de m'y soustraire. Parfois, et ce de plus en plus souvent, j'en arrivai à regretter d'avoir été secourue lors de mon enlèvement. Si j'avais disparu de leur vie, mes frères n'auraient plus eu à se soucier de moi, ils auraient retrouvé un père.

J'étais occupée à remuer ces sombres pensées, pleurant le plus silencieusement possible, lorsque je fus surprise par une petite main posée sur mon genoux. Je levai les yeux et croisai les grands yeux verts de mon petit neveu. Il me souriait, me babillant sans doute de ne pas pleurer. Je fus attendrie de le voir ainsi, lui souriant avant de prendre sa petite main dans la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Ven 12 Avr - 8:58

    C'était difficile de ne pas ressentir un élan de mélancolie en voyant ces quatre petites figurines... Harry et moi avions eu les mêmes... Elles avaient aujourd'hui disparu, perdues lors de nos jeux et perdues en grandissant et se désintéressant des jouets. Avions-nous seulement été des enfants un jour ? Oui, quand mère était vivante... Ensuite... Les choses s'étaient dégradées. Papa s'était occupé de nous encore quelques temps, laissant Destiny être élevée par la mère de Jack, pendant deux ans. Finalement, j'avais eu une enfance normale durant 4 ans. Et quand Destiny était revenue parmi nous, les choses s'étaient dégradées. Père n'avait pas supporté d'avoir la copie conforme de maman sous les yeux, jour après jour et c'est là qu'il avait vraiment sombré. Cela avait été lent et insidieux, prenant des années. Au départ, il laissait Harry et moi venir à la forge, apprendre, mais nous avions nos jeux d'enfant qui prenaient plus de temps, Destiny et moi nous entendant si bien étant enfants... Cela me semblait être une éternité. Elle m'avait volé ma mère, mais à l'époque, j'étais jeune et je ne voyais pas les choses ainsi, prenant juste soin de ma petite sœur, la taquinant, l'embêtant, la protégeant aussi. Et puis les années étaient passées, j'avais grandi, mon père devenait de plus en plus haineux avec notre sœur, lui faisant tout un tas de reproches sur la mort de maman et moi, jeune garçon influençable et sans repères, voyant mon père s'éloigner aussi, je m'étais rangé de son côté, accusant Destiny de notre malheur...

    C'était injuste et puéril. Il n'y avait aucun coupable, c'était juste la vie qui était ainsi et Dieu qui avait rappeler notre mère à lui, trop tôt et sans qu'on en comprenne la raison. Mais trois enfants quand on avait une santé si fragile, quand chaque accouchement affaiblissait encore la mère, c'était de la folie... Pourtant, me ranger du côté de papa, c'était aussi avoir un lien avec lui, avoir son regard approbateur, ses attentions, quand il n'était pas plongé dans l'alcool. A ce titre, Harry avait été plus indépendant et courageux que moi, n'ayant pas besoin de l'approbation de notre père pour faire sa vie... Pour grandir. Mais nous gardions les stigmates de cette enfance chaotique. Des stigmates que j'espérais étouffer pour ne pas imposer cela à Aaron.

    Aaron qui jouait avec trois des figurines, les faisant courir sur mes genoux. Parfois j'enviais l'innocence de mon fils, des enfants en général, capables de s'inventer des univers imaginaires et de vivre dans l'insouciance. Je m'étais promis de ne jamais imposer à Aaron les responsabilités que j'avais du endosser avec l'absence de mon père. Il grandirait à son rythme : mais surtout pas trop vite. Aaron avait l'autre loup dans sa main et vint jouer avec celui que je tenais. Il avait compris qu'ils étaient de la même espèce... qu'ils étaient un couple.

    Je relevais les yeux vers Destiny, qui s'était détournée. Et qui pleurait, cela ne m'échappa pas. Elle me fit un vague signe, avant de s'échapper vers la cuisine sous mon regard interdit. Mais qu'est-ce qui lui prenait ? Aaron gigota sur mes genoux et je l'aidais à descendre de là, avant qu'il se suive Destiny jusque dans la cuisine, je le suivais prudemment, avant de voir ma sœur assise sur les marches, à sangloter en silence, tandis qu'Aaron s'approchait d'elle, sensible à sa tristesse, n'aimant pas voir sa tante dans cet état là. Je me sentis fondre en la voyant lui prendre la main, en les voyant tous les deux.

    « Destiny, qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi ces larmes soudaines ? »

    J'approchais, avant de m'accroupir face à elle et de la regarder droit dans les yeux, essuyant ses larmes du bout des doigts.

    « A quoi tu penses ? »

_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mar 23 Avr - 17:17

Je ne savais plus où j’en étais. Tout bougeait, tout changeait. Je commençais à comprendre que j’avais fais de terribles erreurs, des choix que j’allais regretter toute ma vie. Je commençais à m’interroger sur la nature de ma relation avec Jack, sur les raisons qui m’avaient poussées à accepter le mariage avec Peter. Était-ce un bon choix ? Avais-je été poussée par les bonnes raisons ? Je ne savais plus, j’étais perdue.

J’étais là, assise sur les premières marches des escaliers menant à l’étage, pleurant. J’avais tout raté. Certes, j’étais venue au monde en tuant ma mère mais, si je m’étais bien comportée, si je n’en avais pas fait qu’à ma tête, j’aurais pu rattraper cette première erreur. J’aurais pu éventuellement la corriger. Mais j’avais enchaîné erreur sur erreur. J’avais bravé l’autorité d’un père qui ne m’aimait pas, le reniant. Je n’avais plus de père. J’avais défié l’autorité de mes frères qui n’avaient cherché à n’agir que pour mon bien, pour ma propre sécurité. Tout ce que j’aurais pu construire, je l’avais détruit. Je retournai toutes ces pensées dans ma tête, pleurant sur ma propre stupidité. Je m’étais autodétruite. Je m’étais privée d’avenir toute seule. J’en étais la seule fautive. Repenser à tout ça me faisait pleurer. Parfois j’en arrivai à regretter d’avoir été sauvée par mes frères, préférant presque avoir été tuée. Au moins, mon destin aurait été scellé. Je n’aurais plus porté préjudice à qui que ce soit.

Aaron me tira de mes sombres pensées en posant sa petite main sur mon genou. Je levai les yeux vers lui, croisant ses grands yeux verts. Il me souriait, me babillant quelque chose de sa petite voix d’enfant. Je lui souris, prenant doucement sa main dans la mienne. Il était si innocent, il n’avait rien fait de mal. Le voir en face de moi me parler me fit prendre conscience de mes responsabilités. S’il n’avait plus de grands-parents paternels, c’était de ma faute. Si son papa et sa tante se comportaient comme de parfaits inconnus, c’était de ma faute. Je me mordis la lèvre, refusant de pleurer, de fondre en larmes. Quelques larmes silencieuses coulaient toujours sur mes joues mais je me forçai à sourire, caressant ses boucles blondes. Robyn, qui s’était approché silencieusement et s’était arrêté au pas de la porte, nous regardait, appuyé au chambranle. Je ne lui jetai même pas un regard, trop occupée à discuter avec son fils. Notre “discussion” était plutôt un dialogue à sens unique : Aaron me parlait sur un ton doux mais très sérieux, jouant de temps en temps avec moi doigts, moi, je l’écoutai.

Robyn interrompit doucement notre conversation, me demandant pourquoi je pleurais si soudainement. Je baissai les yeux, lâchant la petite main de mon neveu. Mon frère s’approcha doucement pour venir s’accroupir face à moi. Son fils s’accrocha immédiatement à ses épaules, reprenant ses jouets que son papa avait gardés dans la main. Robyn, plongeant ses yeux dans les miens, essuya doucement mes larmes du bout des doigts avant de me demander à quoi je pensais. J’eus un léger sourire amer avant de lui répondre sur le même ton. « À mes erreurs. À ce qui aurait été ma vie si je n’avais pas été si têtue. À ce qui aurait été votre vie si je n’avais pas vécu, ou bien même survécu. Je sais, c’est funèbre mais je ne peux m’empêcher d’y penser quand je vois ton fils. Il est innocent et pourtant, par ma faute, il a été privé de grands-parents paternels. Les seuls qu’il aurait pu avoir. — Je me tus, détournant la tête pour éviter de pleurer devant mon frère. Je m'en voulais. — Voilà à quoi je pense depuis des mois. Je me remets en cause. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Dim 5 Mai - 8:46

    Je pinçais les lèvres quand ma sœur me révéla le cours de ses pensées. De bien sombres pensées. Une prise de conscience tardive qui ne changerait rien finalement. Penser à ce qui aurait pu être si l'on s'était comporté autrement ne faisait que blesser, sans rien changer au futur. Destiny avait été une enfant têtue, très vivante, qui se moquait des lois et des limites. Ou plutôt, une adolescente. Car, enfant, elle était adorable et nous avions été très proches, avant de nous éloigner progressivement, au fur et à mesure que nos caractères s'affirmaient, au fur et à mesure que mon père l'accusait de la mort de ma mère et que je le croyais aveuglément, trop jeune pour me faire ma propre opinion, trop jeune pour ne pas trouver un coupable à notre situation familiale délétère. C'était égoïste et enfantin d'accuser ainsi ma sœur et sa naissance, mais j'avais été un enfant. C'était sans doute moins pardonnable chez un adulte comme mon père qui n'aurait jamais du renier sa propre fille, même s'il était dévoré par le chagrin.

    A ce niveau là, Harry avait été plus fort que moi, plus indépendant de penser. En avait-il jamais voulu à Destiny de la mort de maman ? J'en doutais. Il avait toujours prit sa défense, il l'avait toujours protégée, alors que père et moi nous montrions froids ou cruels avec elle, inutilement. Mais plus nous agissions ainsi et plus notre sœur se rebellait, ne montrant pas combien ce comportement la blessait et nous entrions ainsi dans une spirale infernale.

    Qui allait peut-être trouver son dénouement ici. Et maintenant. Tant de choses à nous dire depuis tant d'années et jamais un moment pour crever l'abcès... Était-ce la présence d'Aaron qui sensibilisait Destiny ? Qui lui faisait baisser sa garde ? Je savais que de mon côté, j'étais devenu moins dur, me débarrassant de cette carapace que j'avais endossé au fil des années pour ne pas souffrir.

    « Cela ne sert à rien de ressasser le passé... Avec des si on mettrait la mer en bouteille. Papa a eu tort de t'accuser de la mort de maman. Ce n'était pas ta faute, ce sont des choses qui arrivent. Un adulte ne devrait pas faire subir cela à son enfant, je l'ai compris avec Aaron... Si... Si Erika venait à décéder en couche... »

    J'avalais péniblement ma salive tant cette idée m'était pénible et terrifiante, avant de reprendre ;

    « Je n'accuserais pas le nouveau-né. C'est la vie et la mort. Il n'y a pas de coupable dans ces cas là. Et si papa n'est plus que l'ombre de lui-même, c'est parce qu'il n'a jamais eu la force de surmonter son deuil... Bon sang Destiny, nous étions des enfants et pourtant, nous avons réussi à nous construire sans mère et quasiment sans père ! Il aurait du être là. »

    Et cette fois, mes reproches n'étaient pas dirigés vers ma sœur mais bien contre mon père à qui j'en voulais d'avoir démissionné, d'avoir été si égoïste qu'il en avait oublié de vivre au moins pour ses enfants. Passer de l'autre côté de la barrière avait changé mon point de vue.

    « Se remettre en cause c'est bien. Apprends de tes erreurs, mais ne te rends pas malade avec des conjectures. Cela ne changera rien au passé. »

_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mer 8 Mai - 20:43

Des mois que je me remettais en cause. Des mois entiers. Tous ces évènements m'avaient ouvert les yeux : l'histoire d'amour entre Erika et Robyn, la naissance d'Aaron, le départ de Robyn, la demande en mariage de Peter, la froideur de Jack à mon égard, la distance qu'Harry avait mit entre lui et moi... Et puis lui. Lui aussi avait contribué à ma remise en cause. J'essayai de prendre exemple sur Robyn. J'essayais de m'appliquer à me trouver une place dans cette famille détruite qui était la nôtre. Ce n'était pas facile, mais j'essayais. Du coup, j'avais forcément changé, j'avais grandi terriblement vite. J'avais mûri. Parce que je me retrouvais face aux conséquences de mes actes déraisonnés. Parce que j'allais devoir bientôt construire ma propre famille.

Robyn s'appliqua à me faire comprendre doucement que cela ne servait à rien de ressasser le passé. Il chercha à me rassurer en m'assurant que ce n'était pas ma faute, que les choses étaient comme ça parce que c'était comme ça. Il m'avoua alors que, si jamais Erika venait à mourir dans les mêmes conditions que notre mère, — et cela lui était douloureux de le penser, tellement il paraissait et était attaché à elle — il ne s'en prendrait pas au nouveau né. Je lui fis un petit sourire. Je le croyais. Je l'avais toujours connu en colère, froid et distant envers moi. Je m'y étais toujours habituée, incapable d'essayer de comprendre pourquoi. Et pourtant je le savais capable d'être doux et attentionné, gentil. Parce qu'il l'avait été, des années auparavant, avec moi. Alors le voir parler d'Erika ainsi, avec un étranglement dans la voix, le savoir heureux avec elle, ça me faisait quelque chose. Était-ce ainsi que les frères et les soeurs devaient agir les uns avec les autres ? Je n'arrivai pas à savoir.

Robyn formulait des reproches à l'égard de son père. Surprise, je le regardai avec de grands yeux. Jamais je ne l'avais entendu remettre en cause l'autorité de ce père qu'il avait toujours admiré. J'étais surprise et pourtant touchée. Je sentais que, progressivement, nous commencions à nouer des liens timides. Ces liens que nous aurions dû nouer depuis des années, nous commencions à peine à les esquisser. Nous n'étions que des étrangers l'un pour l'autre. Je lui fis un sourire timide, jouant distraitement avec Aaron qui m'avait mit un de ses nouveaux jouets dans les mains. Cependant, mon sourire s'effaça, je redevins pensive, tracassée par quelque chose. « Je me suis renseignée Robyn... Je ne suis pas restée les bras croisés, je n'ai pas cessé de réfléchir. Pourquoi m'en voudrait-il ? Qu'est-ce que j'ai fait de mal ? D'accord, j'ai tué sa femme en venant au monde, et alors ? J'ai mené mon enquête auprès des Red Riding Hood, nombreux sont nés comme moi, je ne suis pas la seule. Je n'ai donc commis aucun crime. Depuis que j'ai commencé à m'occuper de lui, j'ai appris à le découvrir, à connaître... mon père. Pour lui, je ressemble à sa femme, il n'arrive pas à le supporter. Il n'arrive pas à me regarder dans les yeux.

Je baissai les yeux sur mon neveu qui jouait toujours. J'avalai péniblement ma salive. — Il n'y a pas que ça, Robyn... Je me suis également renseignée du côté de la religion... Je sais que... notre père a été quelqu'un de peu attaché à la religion, je suis allée poser des questions. — Je relevai les yeux vers lui, l'air éplorée. J'étais tellement navrée d'avoir à lui dire ça... — Robyn... On considère, d'un point de vue de la religion je veux dire, que si une femme meurt en couches... C'est... c'est qu'elle n'a pas lavé ses péchés, qu'elle est toujours... impur, qu'elle a fauté... » Des larmes roulèrent sur mes joues. Ce n'était pas ma faute, ce n'était pas sa faute à elle, à ma mère. C'était comme ça. Je portai instinctivement ma main à mon ventre. C'était tellement... C'était comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Jeu 23 Mai - 10:13

    Le désarroi de ma sœur ne m'avait jamais touché jusqu'à maintenant. Mais je ne pouvais pas l'enfoncer davantage alors qu'elle devenait adulte en se remettant en cause et en se posant de nombreuses questions, qui ne permettraient pas de changer le passer et risquaient de la torturer, mais pouvaient aussi lui permettre d'avancer et ne pas réitérer les mêmes erreurs. La rencontre avec Erika, la naissance d'Aaron, tout cela m'avait projeté dans un monde que je ne connaissais pas et m'avaient forcé à grandir subitement, et à adopter un autre point de vue sur la famille... Ce qui avait toujours été acquis, mes certitudes, tout cela s'était envolé alors que je devais prendre ma place de père et d'homme de la maison... Un rôle que mon père avait abandonné. Il aurait du nous protéger du malheur et de la tristesse, l n'aurait pas du nous abandonner en s’enfonçant dans son propre chagrin. Il n'était qu'un homme, avec ses faiblesses, et quelles faiblesses ! Mais il aurait du trouver en l'amour de ses enfants la force de vivre pour eux. Il ne l'avait pas fait. L'homme que j'avais admiré, n'était finalement qu'un homme blessé et qui s'était acharné sur la cause de son malheur, à ses yeux, sans chercher davantage. Si j'avais l'excuse d'avoir été un enfant à l'esprit manipulable, lui, quelle excuse avait-il ?

    Pourtant, Destiny n'en avait pas terminé à ce sujet et m'annonça qu'elle s'était renseignée. A quel sujet ? Sur la cause de la rancœur de notre père évidemment. Pour moi, il lui en voulait parce qu'en naissant, elle lui avait arraché la vie de celle qu'il avait tant aimé, voilà tout. Un reproche stupide et puéril, mais tellement humain finalement, bien qu'injuste. J'en avais voulu à Destiny parce qu'elle m'avait prit ma mère et quelque part, une partie de moi ne cesserait jamais de lui en vouloir... Cette partie enfouie, ce petit garçon blessé et privé d'amour qui ne disparaîtrait jamais totalement.

    Elle avait mené son enquête auprès des prêtres rouges, qui apparemment, avaient parfois vécu la même chose. Cela arrivait à beaucoup de monde malheureusement, l'enfantement n'était pas sans risque, j'avais tremblé pour Erika alors qu'elle était jeune et en pleine santé... Notre mère avait eu une santé fragile et défaillante et de nombreuses fois, nos parents avaient été mis en garde concernant l'enfantement... Mais au delà de cela, Destiny ressemblait à notre mère et ça, père ne le supportait pas.

    « Peut-être... Je n'ai pas beaucoup de souvenirs, j'étais trop petit... »

    2 ans... On n'avait aucun souvenir à deux ans. Aucun souvenir de sa mère, n'était-ce pas triste à mourir ? Elle ajouta qu'elle s'était renseignée sur côté de la religion, notant que père n'avait jamais été un fervent croyant. Son expression ne me disait rien qui vaille et subitement, je n'avais pas très envie d'entendre la suite... Pourtant, elle vint impitoyable, alors qu'elle me disait que si une femme mourrait en couches, c'était à cause de ses péchés qu'elle n'avait pas lavé. Je me braquais instinctivement.

    « C'est ridicule ! »

    Je m'approchais d'elle, avant de relever son menton du bout des doigts :

    « Regarde moi bien, Destiny. Si ce que tu dis est vrai, alors que penser de ma situation avec Erika ? Nous avons fauté en dehors du mariage, nous avons eu Aaron alors que nous ne sommes pas mariés... N'est-ce pas là une offense aux lois de Dieu ? Alors pourquoi cela s'est-il bien passé ? Est-ce un bonheur pour mieux ensuite nous punir et me l'arracher ? Crois-tu qu'il soit si cruel au point de voler la vie de façon si arbitraire ? Si ce que tu dis est vrai, alors dois-je craindre qu'elle me soit enlevée, même quand nous serons mariés ? Quel péché mère aurait-elle pu commettre pour être punie, dis-moi ? »

_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 1965




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Lun 10 Juin - 9:32

Robyn et moi avions été proches. Des années auparavant. Je lui avais tout raconté, tout montré. Mes secrets, mes trouvailles, mes émotions. Nous avions été complices, unis dans le désarroi face à la perte de cette mère que je n'avais pas connue, face à la descente de ce père qui ne voulait pas me connaître. Si tout avait été différent, nous aurions été proches, nous aurions continué à partager nos secrets. Je regrettai cette période où tout me semblait facile, où je n'avais rien à craindre de personne. Je me sentais protégée, rien ni personne ne pouvait m'atteindre. Et nous nous étions disputés, nous avions commencé à nous déchirer. Si Harry était resté impassible, réussissant à faire la part des choses, à rester neutre, Robyn avait suivi son père, adoptant son point de vue tandis que moi je n'en faisais qu'à ma tête.

Refusant pendant longtemps de chercher à comprendre ce que l'on pouvait me reprocher, j'avais fini par devoir ouvrir les yeux. Je voulais changer, je voulais retrouver cette complicité que j'avais, autrefois, avec Robyn. Pour cela il fallait que je comprenne, que je cherche à comprendre. J'avais mené des recherches, prudemment. Auprès des Red Riding Hood et puis, auprès de cet homme qui, que je le veuille ou non, était mon père. Je n'avais pas pu lui poser directement la question qui me brûlait les lèvres depuis quelques mois déjà, devant y aller plus discrètement. C'était ainsi que je m'étais rendue compte qu'il voyait sa femme à travers moi, ce qu'il me reprochait. J'en parlais à Robyn. Il était important qu'il sache lui-aussi ce que ce père me reprochait. J'étais consciente qu'il ne m'en voulait pas uniquement pour ça, mais ça y contribuait.

Robyn me répondit qu'il n'avait pas trop de souvenirs, ayant été trop petit. Des gens dans le village le disaient et cette ressemblance me faisait peur. Je ne voulais pas lui ressembler, même si j'en étais flattée, je voulais être moi. Dans ma recherche d'explications, j'avais interrogé des Red Riding Hood. Pour certains, leurs mères étaient mortes en couche, ce qui les avait, en parti, poussés à entrer dans l'Église. Ils m'avait avoué que lorsqu'une femme mourrait en couche c'était parce qu'elle n'avait pas confessé ses péchés. Cette vision du monde me paraissait trop réductrice à moi qui me fichait éperdument de toutes ces choses religieuses. Mais je me sentais obligée d'en parler à Robyn. Ce fut d'un air profondément désolée que je lui en fit part car je savais que, même s'il n'était pas un fervent religieux, il se souciait de la religion.

Sa réaction fut immédiate. Pour lui, c'était ridicule. Ça l'était pour moi aussi. Il s'approcha de moi, relevant mon menton du bout des doigts. Il me mit face à l'aberration de ce raisonnement en me parlant de sa situation avec Erika. Ils avaient fauté en concevant Aaron en dehors du mariage, en vivant en “concubinage” selon le terme employé par l'Église. Était-ce un piège ? Promettre le bonheur pour ensuite tout arracher ? Je fis non de la tête, baissant les yeux. Ce raisonnement était stupide. Mais ce n'était pas le mien, ce ne serait jamais le mien. Il termina par me demander quels auraient pu être les péchés commis par Mère. Je ne répondis pas, gardant les yeux baissés et jouant nerveusement avec l'ourlet de ma robe. Ce raisonnement ne tenait pas la route. Pourquoi y croirais-je ? Je n'avais jamais aimé la vision restrictive de l'Église quant aux Loups Garous, pourquoi me mettrais-je subitement à partager cette vision ?

J'avais peur. J'étais effrayée par le fait de me marier, de quitter cette maison que j'avais toujours connue, même si j'y avais de bons et de mauvais souvenirs. Je ne voulais pas quitter cet univers familier qui me rassurait d'une certaine façon. J'avais surtout peur de tout ce que le mariage impliquait. J'allais devoir surmonter mon viol mais également, et cela j'y étais obligée, avoir des enfants. Je n'en voulais pas. J'avais trop peur. Je dégageai mon visage d'un mouvement de la tête.
« Je n'ai jamais dit que j'étais d'accord avec cette vision du monde. Tu sais que je me fiche complètement de l'Église et de ce qu'elle peut dire. Si toi tu vis dans le péchés, qu'en est-il de moi ? Tu sais que pour moi ces notions religieuses ne valent rien. Tu as le droit de vivre avec Erika et Aaron si tu en as envie. Si tu veux épouser Erika c'est parce que tu l'aimes et pour prouver à tout le monde qu'Aaron est ton fils. Voilà tout. L'Église peut garder ses idées de péché, c'est absurde. »

J'entendis des bruits de pas à l'étage suivis d'un bruit de chute. Je me levai immédiatement, m'excusais auprès de mon frère et m'empressais de monter les escaliers pour entrer dans la chambre du père de Robyn. Il avait bu, avait tenté de se lever de son fauteuil pour gagner son lit mais il était tombé en se levant. Je m'agenouillais à côté de lui et, précautionneusement, l'aidais à se relever et à gagner son lit. Il s'y allongea en soupirant. Il avait bu mais pas suffisamment pour sentir l'alcool. Alors que j'allais le quitter pour rejoindre Robyn, il prit ma main. Il me suppliait de ne pas le laisser, de rester avec lui. Ou plutôt, il suppliait l'image de sa femme. Touchée je revins sur mes pas, cherchant à le rassurer. Il voulait voir ses enfants, jouer avec eux. Très doucement je lui rappelait que Robyn était grand maintenant, qu'il allait se marier. Le désarroi sur son visage me fit mal au coeur aussi m'empressai-je de lui dire qu'il était en bas, dans la cuisine, avec son propre fils. « Fais-les monter... s'il te plaît... Amaryllis... » J'hochai la tête, la mâchoire serrée, et le quittai pour redescendre. Robyn était toujours-là, dans la cuisine. En me voyant redescendre, il me lança un regard interrogateur. « Il aimerait te voir. Avec Aaron. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny] Mer 17 Juil - 16:16

    Il était étrange de parler autant, Destiny et moi. Après tout ce temps à être comme des étrangers après avoir été proches enfants, il semblerait que quelques braises n'aient pas été totalement éteintes et aient pu être ravivées, au moins le temps de cette discussion. Elle me confia alors ce qu'elle avait apprit concernant la mort de notre mère, la vision de l'église, qui me révoltait et que je rejetais totalement. Il n'y avait pas de punition de Dieu pour des péchés imaginaires. Quels péchés ma mère aurait-elle bien pu commettre pour être punie ainsi ? Et si c'était le cas, que devais-je penser de ma situation avec Erika ? Je fis part de mes doutes à Destiny, qui me rétorqua que ce n'était pas sa vision des choses, juste ce qu'elle avait pu entendre. Alors pourquoi m'en parler ? Pourquoi est-ce que cela avait de l'importance pour elle ? Destiny ne partageait pas du tout ces idées et j'en étais soulagé, même si ce qu'elle m'avait révélé risquait de me travailler pendant quelques temps.

    « Oui, si je veux l'épouser c'est parce que je veux prouver au monde et aux hommes que je l'aime. Et parce que je ne veux pas qu'Aaron soit traité de bâtard. »

    Ce mot avait un goût de cendre sur ma langue, mais il fallait voir la vérité en face : les gens allaient le dire, le disaient déjà, mais il était trop petit pour en être affecté. Soudain, il y eut un bruit à l'étage, suivi d'un bruit plus lourd et Destiny détala aussitôt vers l'étage... Elle avait toujours été maltraitée par notre père, du moins, d'aussi loin que remontent mes souvenirs et pourtant, voilà qu'elle s'inquiétait de son sort en se précipitant à ses côtés dés qu'il y avait quelque chose de suspect.

    J'hésitais à monter aider ma sœur, mais je ne pouvais pas laisser Aaron seul. Je le pris dans mes bras, caressant ses cheveux duveteux, avant que Destiny ne redescende et ne me dise que mon père voulait me voir... Avec Aaron. C'était étrange. Je m'étais détourné de lui depuis que j'étais amoureux d'Erika, que j'essayais de construire quelque chose de solide et de profond avec elle, de stable. Ce que je n'avais pas eu avec lui. Et je ne voulais pas que mon fils ai affaire avec cet alcoolique.

    Pourtant, je ne pouvais pas refuser cette requête... Je me mordis la lèvre, indécis. J'avais été le plus fervent défenseur de mon père, à une époque. Et je l'aimais toujours, quoiqu'il ai fait.

    « Il est comment ? »

    Totalement saoul, un peu lucide ? Capable de me reconnaître comme un adulte ? De comprendre que l'enfant blond dans mes bras était mon fils ? Et c'était quoi cette émotion au creux de mon estomac ? De la peur ? De mon propre père ? C'était totalement ridicule. Et pourtant, oui, j'avais de l'appréhension...

    « D'accord. Viens avec moi. »

    Je n'avais pas envie d'être seul avec lui. Même si Destiny ne voulait pas se montrer pour ne pas le perturber, qu'elle soit à proximité. Finalement, elle savait mieux s'y prendre avec lui que moi désormais. Je montais lentement les escaliers, avant de marquer un arrêt devant la porte de la chambre de notre père. Je soupirais, avant de pousser la porte et d'entrer, avec Aaron dans les bras.

    « Papa ? C'est Robyn... »

    Je jetais un regard un peu désemparé à Destiny...

_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur







Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre frère et soeur [Destiny]

Revenir en haut Aller en bas





Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant