Ça va faire longtemps — Erika







DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Ça va faire longtemps — Erika Mar 27 Nov - 20:13

Le bruit des épées qui s'entrechoquaient m'agressait les oreilles. Je m'acharnai sur le pauvre apprenti qui parait mes coups avec grand mal. Au bout de quelques minutes je m'arrêtai, haletant. Je considérai le pauvre gamin qui avait mal aux bras à force de brandir la lourde épée à bout de bras. Je le renvoyai. Il m'adressa un regard plein de gratitude avant de détaler sans demander son reste. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Moi aussi j'avais été un apprenti à son âge. Moi aussi j'étais heureux de pouvoir avoir un peu de temps à moi. Je soupirai, m'ébouriffai les cheveux avant de retourner m'entraîner. Je me tournai vers le mannequin de paille, mon épée à la main. Ma chère épée.

Les coups pleuvait, détériorant encore plus le mannequin. Je finis par arrêter, en nage, les mains crispées sur la garde de mon épée. Je jetai un coup d'œil aux alentour. Il n'y avait que des Red Riding Hood qui s'entraînaient, leurs apprentis, quelques Inquisiteurs. Je ne les appréciai pas, mais je ne leur étais pas totalement hostile. Temps qu'ils ne se mêlaient pas de notre travail, ils ne me dérangeaient pas. J'allais retourner à mon mannequin lorsqu'un éclair blond m'interpella. Je m'arrêtai, les bras ballants. Je faillis en faire tomber mon épée. Serait-ce... ? C'était bien possible, après tout elle vivait dans le village. Mais je finis par me persuader que j'avais rêvé et tournai la tête vers mon mannequin. J'avais beau m'acharner dessus, j'étais préoccupé par cet éclair blond. Tracassé, incapable de me concentrer, je finis par décider de laisser tomber l'entraînement pour aujourd'hui.

Je me détournai du mannequin et pris la route de l'église. C'était une habitude. Je n'étais pas croyant, mais je passai toujours à l'église après chaque entraînement et avant chaque patrouille lors des nuits de pleine lune. L'éclair blond attira de nouveau mon regard. Cette fois-ci je m'arrêtai au beau milieu de la lice d'entraînement. Je n'avais pas rêvé, j'avais bien vu ! Un grand sourire s'étala sur mon visage lorsque je reconnus, au loin, la silhouette de ma chère Erika. Elle m'avait manquée ! J'avais entendu dire qu'elle était en couple avec le forgeron, le plus jeune, et qu'elle était tombée enceinte. Elle avait accouché et, depuis sept mois, devait vivre une merveilleuse vie de famille. J'étais heureux pour elle et j'avais envie de l'écouter, de passer du temps avec elle.

Perdu dans mes pensées, je ne fis pas attention à ce qu'il se passait autour de moi. Ce ne fut que lorsque je faillis me prendre un coup d'épée sur la tête que je réalisai que j'étais au milieu de Red Riding Hood aguerris qui se battaient avec des armes aiguisées. Je m'élançai, zigzaguant entre mes camarades, arrivant rapidement de l'autre côté de la lice. Erika s'éloignait doucement. « Erika ! » La jeune femme se retourna, cherchant du regard qui pouvait bien appeler. J'arrivai à sa hauteur, la soulevant dans mes bras pour la faire tournoyer, mon épée toujours à la main et riant. « Oh Erika ! Tu m'as tellement manquée ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Mar 27 Nov - 23:21

Je n'avais presque pas vu le soleil depuis la naissance d'Aaron, je devais aussi avouer que Robyn n'était pas à la maison, je ne pouvais pas laisser Aaron et puis… Je pouvais pas le laisser tout court. Malheureusement et si nous parvenions à nous en sortir pour le moment, je savais que j'allais bien devoir faire appelle à mon oncle et à l'argent qui m'étais destiné. Robyn travaillait beaucoup pour nous, mais il fatiguait et j'avais besoin de nouveau vêtement pour tous le monde. D'autant que l'hivers semblait taper fort et qu'il était hors de question qu'Aaron vivent plus longtemps avec des vêtement si peu chaud.

Quoi qu'il en soit, je m'étais rendu près du terrain d'entrainement des RRH afin de demander à l'un des compagnons de mon défunt père de bien vouloir faire parvenir une lettre prioritaire à Londres pour moi. Et lorsqu'il me demanda pourquoi, je lui avouais que l'hivers étant là et l'usure ayant frappé nos habits, je devais rapidement subvenir aux besoins de ma famille et confectionner de nouveaux vêtements. Échangeant un long moment, il finit par me confier une somme d'argent que je n'attendais pas si tôt.

« C'est jours de marché aujourd'hui et le temps que la missive parvienne à votre oncle et qu'il revienne, un mois sera passé. Je préfère vous avancer, votre père était un ami et vous êtes dans le besoin. »

Robyn allait sans aucun doute m'en vouloir d'avoir pris de telle directive alors qu'il travaillait si dur pour nous, mais les temps étaient dur et je préférais prévenir que guérir. ainsi je le remerciais du fond du coeur avant de faire demi-tours et de filer vers le marché. Nous étions en fin de saison et je ne doutais devoir payer bien plus chère la laine nécessaire à la confection de nos habits, mais qu'importe, c'était une nécessitée.

Alors que j'allais rejoindre le marché, je fus appelé par une voix bien familière. Me retournant alors, je cherchais des yeux mon meilleur ami et je fus presque surprise de le voir fondre sur moi. Me prenant alors dans ses bras avant d'exprimer sa joie.

« Moi aussi Lewis, mais pourrais-tu ranger ton épée ? »

Non pas que je ne lui faisais pas confiance, mais disons qu'avec Aaron, j'avais légèrement muris sur certain sujet.

« Tu es bien maigre ! Tu es sur d'être bien traité ? »

Je ne sais pas si c'était le fait que son visage soit marqué par la saleté, mais il me paraissait émacié, voir fatigué, ou étais-ce mes instincts de mère qui me forçait aujourd'hui à craindre pour mes proches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Mar 4 Déc - 18:25

Je reposai Erika tandis qu'elle me demandait de ranger mon épée. Je m'exécutai, riant. « C'est vrai, excuse moi de ne pas l'avoir fait. » Même si je savais m'en servir, jamais je ne me pardonnerai si je la blessai par hasard. Elle me prit le visage entre ses doigts frais, s'inquiétant pour ma santé. Je souris, prenant ses doigts entre les miens. « Ne t'en fais pas pour moi, c'est juste que je n'ai toujours pas trouvé une jeune femme capable de veiller sur moi comme tu l'as toujours fait. » Mon Erika était une perle, j'étais vraiment heureux pour elle de la voir épanouie dans sa famille, avec son fils et son fiancé. Elle l'avait toujours mérité et je le lui avais toujours dit. Il y avait beaucoup de rumeurs qui couraient d'ailleurs, comme quoi elle vivait dans le péché. Mais je n'y croyais pas, à vrai dire je ne croyais jamais les rumeurs. Je savais qu'elle vivait avec un homme bien, l'un des forgerons, qu'elle avait un fils magnifique.

Je la vis frissonner. Nous étions en automne, il commençait à faire froid. Je m'empressai de prendre ma cape de Red Riding Hood pour en envelopper mon Erika. Je l'entraînai vers le bâtiment qui était réservé aux Red Riding Hood, construit juste à côté de la lice d'entraînement. « Je te vole quelques minutes de ton précieux temps, ton fiancé ne t'en voudras pas. Je veux que tu me racontes tout ! » Nous entrâmes dans le bâtiment. Il n'était pas très grand, juste quatre pièces. Une grande salle principales dans laquelle nous avions pour habitude de nous regrouper avant chaque patrouille de pleine lune, une pièce à l'écart dans laquelle nous pouvions nous changer si besoin était, une salle d'armes dans laquelle nous entreposions nos armes d'entraînement et de combat, un cellier qui contenait trois gros tonneaux de bière brune, offerts par les taverniers.

J'installai mon Erika dans le fauteuil le mieux placé de la grande salle, près de la cheminée. Je m'excusai auprès d'elle et m'éclipsai, histoire de me changer. Je m'empressai de me rafraîchir avec de l'eau claire avant de passer une tunique propre et de pendre mon épée. Je rejoignis rapidement Erika et m'installai dans le fauteuil en face d'elle. Je fis signe à un petit apprenti d'approcher. « Va me chercher une chope de bière et un verre d'hydromel. Et n'oublie pas ma bourse. » Il s'éclipsa. Je me penchai vers Erika, souriant. « Alors ! Il faut que tu me racontes ton bonheur. D'après certains tu t'es installée avec Robyn Blacksmith, le forgeron ? Et que tu n'étais pas mariée avec le père de ton fils ? — Je la fis détourner les yeux. Je la rassurai en prenant sa main — Ne t'en fais pas, ce qui compte c'est que tu sois heureuse avec ta famille. Je suis vraiment désolé de ne pas être passé te voir plutôt mais je n'ai pas eu un instant à moi... Ah ! » Le petit apprenti revint, m'apportant ce que je lui avais demandé. Je sortis deux shillings de ma bourse et les lui donnai en remerciement. Je farfouillai de nouveau dans ma bourse et en tirai un collier. Il était simple, une chaîne d'or et un pendentif en forme de soleil, mais il n'avait pas de prix. Je le tendis à mon Erika. « C'est pour toi. C'est une amulette bénie par le prêtre du roi, je l'ai fait venir de Londres exprès pour toi. Il te protègera, toi et les tiens. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Mer 5 Déc - 23:56

Il rangea son épée bien rapidement avant de s'excuser. Je lui demandais alors si il était bien traité, car il me semblait parfaitement fatigué et sous nourris au passage. Il me rassura alors en m'affirmant que ce n'était et que cela n'était du qu'au fait qu'il n'avait pas trouvé de femme capable de veiller sur lui comme je l'avais toujours fait.

« Alors vient à la maison, je n'aime pas te voir comme ça ! »

Pas sur que Robyn apprécie, d'ailleurs je ne savais même plus si ce dernier était au courant de l'existence de Lewis. Mais peu importe, il était son meilleur ami et elle ne voulait pas qu'il soit malade. Nous avions souvent veillé l'un sur l'autre et aujourd'hui n'échappé pas à la règle car à peine eus-je émis un frisson que déjà je me voyais recevoir une épaisse cape. M'entrainant alors dans un des bâtiments, il m'informa vouloir me voler quelques minutes de mon temps. Voulant tous savoir.

« Aaron est avec Robyn, donc ne t'inquiète pas. »

Il s'éclipsa alors avant de revenir plus propre, souriant alors, je ne pus retenir une remarque.

« Je t'ai connu plus sale que ça Lewis Carter ! »

Il commença alors en faisant par des rumeurs. Des rumeurs pas toujours agréable à entendre et malgré moi je détournais les yeux. Il saisit alors ma mains avant de m'affirmer que ce qui comptais était que je sois heureuse. S'excusant alors de ne pas avoir pu être la avant.

« Je ne t'en veux pas, je suis resté presque un an et demi enfermé à cause d'Aaron, alors je suis aussi fautive que toi ! »

Souriant, je repris alors.

« Robyn est venu vivre à la maison lorsque… Lorsque je suis tombé enceinte. Nous vivons dans le péché et sur ce point, les rumeurs sont réelles. »

Il me tendis alors une chaine avec un jolie pendentif. M'annonçant alors que c'était pour moi, une amulette bénie par un prêtre et qu'il avait fait venir de Londres spécialement pour moi. Cette amulette devait me protéger moi et les miens. Souriant alors, je le remercie du plus profond de mon coeur.

« Tu n'aurais pas du Lewis, je ne suis pas en mesure de pouvoir en faire autant pour toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Lun 10 Déc - 11:16

Elle me proposa de venir chez elle en riant. Nous étions très proches, habitués à veiller l’un sur l’autre depuis notre tendre enfance. Même si j’aurais été ravi de pouvoir veiller sur elle, je ne pouvais pas accepter. Parce qu’elle avait une vie de famille maintenant et parce que mon travail m’en empêchait. Elle frissonna, aussi m’empressai-je de la recouvrir de ma cape et de l’entraîner vers le bâtiment des Red Riding Hood. Je l’installai dans un fauteuil confortable, près du feu avant de m’éclipser. Son fil était avec son père, aussi pouvait-elle se permettre de passer un peu de temps avec moi. Je reviens, changé et propre. Elle me gloussa une petite pique qui me fit sourire. « Que veux-tu ! Les temps changent ! » Je m’installai en face d’elle et commençai par lui faire part des rumeurs que j’avais entendues. Je la rassurai et m’excusai de ne pas être venu la voir plus tôt. Elle m’assura ne pas m’en vouloir, m’affirmant qu’elle était tout aussi coupable que moi car elle était restée enfermée chez elle afin de s’occuper de son fils.

Toutefois elle me confirma une rumeur, la plus terrible en fait, m’annonçant que le père de son enfant, Robyn Blacksmith, était venu s’installer avec elle, après qu’elle soit tombée enceinte. J’étais plutôt rassuré : il ne l’avait pas laissée tomber, comme le faisaient un bon nombre de jeunes gens incapables d’assumer leurs responsabilités. Je lui donnai alors le cadeau que j’avais pour elle. Elle me remercia en souriant. Je pu voir dans ses yeux qu’elle était profondément touchée. Elle se récria en me disant que je n’aurais pas dû, qu’elle était incapable d’en faire autant pour moi. Je souris. « Ce n’est rien. Tu sais que je serais prêt à tout faire pour toi. » En fait, ça avait des avantages d’avoir un père Red Riding Hood célèbre et riche. Je profitais ainsi de sa richesse même si je n’en avais pas réellement besoin, préférant gagner mon propre argent.

Je me laissai aller contre le dossier de mon fauteuil, portant ma chope de bière à mes lèvres avant d’en boire une gorgée. « J’espère que tu me laisseras voir ton fils ! » Je souris. Je me souvenais très bien d’Erika, enfant, avec qui je courais partout pour faire nos 400 coups. Si Aaron tenait de sa mère, il allait donner beaucoup de travail à ses parents. Cela me fit penser à mon récent voyage à Londres. Il s’était fait dans la précipitation, aussi n’avais-je pas pu prévenir Erika de ma soudaine absence. « Ça me fait penser… Je suis allé à Londres récemment. Je n’ai pas eu le temps de te prévenir, ça s’est fait brusquement. — Je marquai une pause, le temps de boire une autre gorgée de bière — C’était mon père. Il était tombé malade. Je ne sais pas pourquoi il m’a fait venir car il a refusé de me voir. Enfin, il va bien, il est plus robuste que ce que je ne pensais. — Je m’arrêtai une nouvelle fois, pensif, avant de reprendre en souriant — Londres a bien changé depuis notre enfance, tu sais ? La ferme de mon père a été vendue, maintenant c’est devenu une auberge. Par contre, la maison que tu habitais est toujours la même. »

Londres n’avait plus tellement d’attrait pour moi. La ville était devenue trop bruyante, trop superficielle pour moi. Je me levai pour m’approcher de la cheminée et jouer avec les braises à l’aide du tisonnier. « Ne fais pas attention aux rumeurs, Erika. Les gens du village ont besoin de ragots pour vivre. Dès que tu seras mariée, ils cesseront rapidement et ils s’en prendront à quelqu’un d’autre. Et puis — Je me levai en brandissant mon tisonnier comme une épée, un air qui se voulait redoutable sur le visage, menaçant un adversaire invisible — Je règlerai leurs comptes à ceux qui te veulent du mal ! — Je me tournai vers elle, laissant mon bras retomber, redevenant sérieux. — D’ailleurs, quand est-ce qu’il compte te demander en mariage ? » Il serait temps qu’il se décide. Les rumeurs allaient bon train, peut être trop bon train. Connaissant Erika, elle n’allait pas pouvoir tenir encore très longtemps sans broncher. Cela me fit sourire, me rappelant un souvenir d’enfance : Erika avait huit ans, j’en avait neuf et, au cours d’une dispute enfantine à propos d’une quelconque friandise avec d’autres enfants, elle avait réglé le problème à l’aide de coups de poings sur le nez. Mais aujourd’hui elle était devenue plus sage, ceci dit je savais bien que la petite Erika n’était pas totalement disparue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Mar 11 Déc - 22:25

Lewis était réellement un bon ami, non mon meilleur. Il me connaissait, et il me protéger comme je le faisait avec lui. Nous avions toujours veillé l'un sur l'autre, nous avions toujours était là pour l'autre, ne s'oubliant pas et ce malgré la distance qui avait pu se créer entre nous. Ainsi, quand il me fit un cadeau, je ne pus m'empêcher de m'émerveiller avant de m'inquiéter l'absence de retour de ma part. Il m'assura que cela ne faisait rien, qu'il l'avait fait pour moi.

Restant muette, je finis par lui confirmer certains fait. Robyn vivait bien à la maison et ce même si nous n'étions pas marié. Il émit alors l'espérance de pouvoir voir mon fils. Souriant alors, j'espérais même que Lewis puisse interagir dans sa vie. Être un élément important de sa vie. Il était mon meilleur ami, et si jamais il arrivait quelque chose à Robyn ou à moi, j'aimerais réellement que Lewis soit présent, soit un soutien et un guide pour lui. Oui, je voulais que mon meilleur ami soit présent comme il le fut avec moi.

« Pour te remercier, tu viendras tout de même manger à la maison. Tu pourras voir Aaron en plus ! »

Lui lançant alors un regard qu'il connaissait bien, j'ajoutais.

« Et c'est non négociable, tu t'en doutes ? Mais j'aimerais surtout parler de quelque chose d'important avec toi en la présence de Robyn. »

Il reprit alors qu'il avait été à Londres dernièrement. Le regardant brutalement intriguée, Il me confia alors que son père avait été malade, mais rien de grave, d'ailleurs il n'avait pas compris pourquoi ce dernier l'avait fait appeler pour au final pas grand chose. Il ajouta alors que Londres avait changé, sa ferme avait été vendu et était d'ailleurs devenu une auberge. En revanche, ma maison n'avait pas bouger.

« Ça ne m'étonne pas, mon oncle y loge il me semble. »

Il se leva alors, s'approchant alors du feu avant de me dire de ne pas faire attention aux rumeurs. Les gens du village ont besoin de ragots pour vivre, et une fois que nous serions comme les autres, ils changeraient d'avis. Il conclut alors par le fait qu'il réglerait les choses si jamais cela venait à tourner à mal. Rigolant alors, je ne doutais pas de la véracité de ses propos. Lewis saurait prendre soin de moi, de ma famille en cas de besoin.

Il me demanda alors quand Robyn comptait me demander en mariage. Me pinçant les lèvres, je levais les yeux vers lui avant d'afficher un large sourire.

« Il l'a fait en début de semaine ! »

Les rumeurs prendraient enfin fin et l'on cessera de nous juger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Sam 22 Déc - 16:17

Elle accepta mon cadeau, me remerciant d’un sourire. Elle déclara alors que, pour me remercier, elle m’invitait à manger chez elle, un de ces jours. Elle ajouta, en souriant, qu’ainsi j’allais pouvoir voir son fils. J’en étais ravi. Avant que je ne puisse répondre, elle anticipa en me jetant un regard que je ne connaissais que trop bien. C’est alors qu’elle m’annonça que cette invitation était non négociable, bien entendue. De plus elle voulait me parler d’un sujet important en présence du père de son fils.

Elle attisa ma curiosité, aussi allais-je me faire un devoir de répondre à son invitation. Je repris la conversation, lui parlant de mon voyage à Londres et de la mystérieuse demande de mon père à son chevet. Au regard qu’elle me jeta, j’en déduisis qu’elle n’avait pas plus d’idée que moi à ce sujet. Je continuai, lui parlant de nos maisons respectives. Elle me répondit que son oncle habitait dans sa maison natale. Je poursuivais en lui demandant de ne pas se soucier des rumeurs. Je lui promis de m’occuper de ceux qui auraient le toupet de s’en prendre à elle et sa famille. Et puis je lui posai la question qu’il fallait que je lui pose.

Je la regardai avec attention. À ma question, cruciale, quant à la demande en mariage de son cher et tendre, elle se pinça les lèvres. Rien que de la voir réagir de la sorte, je su que les nouvelles étaient bonnes. Elle faisait toujours cette mimique quand elle brûlait de m’annoncer une excellente nouvelle. Je su que j’avais vu juste lorsqu’elle leva les yeux vers moi, un immense sourire aux lèvres. Elle m’annonça alors que la demande avant été faite en début de semaine. J’eus la même réaction qu’elle et lâchai mon tisonnier qui tinta en tombant à terre. J’avais un sourire aux lèvres. Je me penchai sur elle pour la prendre dans mes bras.

« Oh ma chérie ! C’est magnifique ! — Je la lâchai pour m’asseoir de nouveau dans mon fauteuil, penché en avant, mes avants bras posés sur mes cuisses. — Je veux être invité, tu le sais ! Et puis, si tu as besoin d’une aide quelconque, que ce soit pour l’organisation ou pour un financement, tu sais que tu peux compter sur moi. — Je la vis détourner les yeux. Je savais que la question d’argent était délicate pour Erika mais, sachant que mon père possédait une immense fortune dont je pouvais disposer à mon aise. Je pris la main d’Erika.

Eh… Ne t’inquiètes pas pour ça. Tu n’as pas à te sentir obligée envers moi ou quoique ce soit. Tu sais que je ne veux faire ça que pour ton bonheur. Si cet argent qui ne sert à personne peut t’être utile… — J’avais dis ça sur un ton rassurant et sincère. J’étais prêt à tout pour rendre mon amie heureuse. Je repris sur un ton plus maussade et beaucoup plus bas, comme pour moi-même. — Eh bien soit, mon père aura au moins contribué à rendre une famille heureuse. »

Je souris à Erika. Je ne voulais absolument pas la mettre mal à l’aise avec cette histoire d’argent. Je lâchai sa main pour me remettre à l’aise dans mon fauteuil, m’appuyant confortablement contre le dossier, les coudes sur les accoudoirs, les jambes croisées. Je lui fis un grand sourire. « En tout cas, sache que je suis partant pour venir manger chez toi et ainsi rencontrer les nouveaux hommes de ta vie ! Tu ne m’oublieras pas hein, quand tu seras tellement prise par ta vie familiale ?

Je lui fis un clin d’œil. Tout ça n’était qu’un souvenir de notre enfance quand on était tous les deux, rien que tous les deux et que, pour rigoler mais avec sincérité, Erika me jurait que j’étais l’homme de sa vie tandis que moi je lui promettais de n’avoir qu’elle comme femme de ma vie. Ce n’était qu’un jeu, lointain, et le temps l’avait transformé en souvenir. J’avais connu de nombreuses femmes depuis et je me doutais bien qu’elle aussi avait connu d’autres hommes. — Tu as attisé ma curiosité, tu sais, quand tu as parlé de quelque chose d’important… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Sam 22 Déc - 18:44

Il m'avait demandé, je lui avais dit. Robyn m'avait demandé en mariage, c'était officiel. Lewis lacha alors son tisonnier pour se pencher sur moi. Oui c'était magnifique, plus que magnifique. Il voulait-être invité et je le savais très bien. Il aborda alors le sujet de l'argent et je détournais automatiquement les yeux, j'en avais, j'allais le débloquer… Mais je ne pouvais pas accepter celui de Lewis ou Robyn m'en voudrait pour un très long moment.

Je sentis alors ses mains sur les miennes, portant alors mes yeux sur son visage tendis qu'il me disait de ne pas m'inquiéter pour cela. Je n'avais pas à me sentir obligée de quoi que ce soit envers lui et il ajouta qu'il voulait mon bonheur. Il grommela alors que son père aurait au moins contribué à rendre une famille heureuse. Levant alors les yeux au ciel, je le regardais amusée

« Sans ton père tu ne serais pas là et donc, je serais nettement moins heureuse ! »

Souriant alors, je répondis donc à ses questions.

« Et réfléchit deux minutes grand dadet ! Tu crois sérieusement que j'allais me marier sans toi ?! »

Soupirant alors, j'en revins à l'argent.

« Et garde ton argent, Robyn n'apprécie déjà pas que je contribue au ménage, alors toi… »

Je ne voulais pas que les deux hommes s'oppose. Quoi qu'il en soit il accepta de venir manger à la maison. Ajoutant qu'il ne fallait pas que je l'oublie quand je serais prise dans ma vie de famille. J'avais un peu négliger tout le monde, mais c'était le temps de comprendre comment tout faire fonctionner et maintenant que c'était fait, je ne comptais pas l'oublier.

« Tu sais, que ce soit ma vie familiale ou la vrais vie, ni l'une ni l'autre ne me fera oublier les personnes importantes à mes yeux. Je continuerais à venir t'embêter monsieur Carter ! »

Il finit alors par souligner mes derniers mots. Oui, j'avais attisé sa curiosité et je n'en doutais pas. Lewis était droit et je pouvais deviner qu'il ne me laisserait pas tomber. Oui, c'était vraiment mon plus vieux ami.

« Je me doute, et Robyn n'est même pas au courant de ma demande… »

Le regardant droit dans les yeux.

« Je t'expliquerais plus en détail lorsque tu viendras, mais je veux que tu sois le parrain d'Aaron, Daggerhorn ne me rassure pas et tu es le seul qui pourra faire le nécessaire, je ne fais pas confiance à Harry, le frère de Robyn… »

Oui, je lui avouais à demi-mots que je voulais qu'il soit l'avenir de mon fils si j'avais je venais a voir un accident, moi ou Robyn d'ailleurs. J'avouais aussi ne pas avoir confiance en Harry, la réalité était toute autre, c'était l'ensemble des Blacksmith qui attisaient ma méfiance. Harry était trop parfait, et se reposait trop sur ses acquis alors que Destiny était trop jeune, trop frivole. J'avais besoin de quelqu'un de confiance et Lewis était mon homme. Il l'avait toujours été d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Dim 23 Déc - 15:25

Erika, comme je m'en doutais, refusa ma proposition de l'aider à organiser son mariage. Son fiancé n'aimait pas qu'elle participe financièrement au ménage, alors elle doutait qu'il apprécie mon aide. Je comprenais tout à fait et je ne voulais pas faire quoique ce soit qui puisse rendre Erika malheureuse. Je souris, acceptant son invitation à venir manger chez elle et sa famille, un de ces jours. J'ajoutai, avec un sourire complice, qu'il ne fallait surtout pas qu'elle m'oublie. Elle m'assura qu'elle n'était pas prête d'oublier les personnes chères à ses yeux en me promettant de toujours venir m'embêter. Je souris avant de lui dire qu'elle avait attisé ma curiosité.

Elle me répondit alors qu'elle s'en doutait bien, m'avouant que son fiancé n'était même pas au courant de ce qu'elle voulait me demander. Intrigué, je me redressai dans mon fauteuil, attentif. Elle me regarda droit dans les yeux, m'annonçant qu'elle m'expliquerait tout ça en détails lorsque je viendrai manger chez elle avant de me demander d'être le parrain de son fils. Surpris je l'écoutai avec attention. Elle me révéla que Daggerhorn ne la rassurait pas, ça je pouvais bien le croire. Ce village était réputé pour être le fief des Loups-Garou et nous, les Red Riding Hood, passions pour des incapables. Et puis, depuis quelques temps, d'étranges rumeurs couraient sur un éventuel “retour” des sorciers. La présence des Inquisiteurs au village en attestait. Ma meilleure amie me confessa qu'elle n'avait pas confiance en Harry, le frère de son fiancé.

Pensif je me laissai aller dans mon fauteuil, réfléchissant à cette proposition. Bien entendu j'allais accepter. Erika avait été ma seule véritable amie depuis mon enfance, elle avait toujours été là pour me soutenir. De mon côté, j'avais fait tout mon possible pour lui rendre la pareille, veiller sur elle. Bien sûr, si elle me demandait de veiller sur son fils, j'allais le faire, voyant là une nouvelle façon de pouvoir aider ma meilleure amie, de la protéger. Par contre, j'étais surpris de l'entendre me dire qu'elle ne faisait pas confiance au frère de son propre fiancé. Les Blacksmith, selon les registres tenus par le prêtre du village, était une très ancienne famille, installée à Daggerhorn depuis des générations. Ils étaient les forgerons du village et leur travail était apprécié. Les registres tenus par les Red Riding Hood ne contenaient aucune trace du moindre soupçon porté sur eux quand à une éventuelle malédiction chez eux.

Toutefois, depuis plusieurs années déjà, des rumeurs couraient sur eux. Surtout sur la petite dernière. La mère était morte en donnant la vie à celle-ci et le père n'avait pas réussi à surmonter la perte de sa femme. Le fils aîné, Harry avait repris l'entrepris familiale avec son frère, Robyn, le fiancé d'Erika. Si ce qu'on disait des deux frères était favorable, les rumeurs qui couraient leur sœur étaient bien moins reluisantes. Elle avait une réputation d'enfant capricieuse qui s'était lancée dans une amourette avec un bûcheron revêche soupçonné lourdement d'être un Loup-Garou. Je comprenais pourquoi Erika se méfiait de sa belle famille.

Je lui souris. « Bien entendu que j'accepte ta proposition, c'est avec plaisir. Je serais présent pour ton fils, comme tu l'as été pour moi. Et ma sœur. — Elle savait que ce souvenir était douloureux pour moi depuis la mort de ma jeune sœur. Je venais, implicitement, de lui jurer de veiller sur son fils comme j'avais veillé sur ma sœur. On ne pouvait pas faire de promesse plus solennelle aux yeux de mon amitié avec Erika. Je repris. — J'ai entendu parlé de ce que l'on raconte sur ta belle famille, en particulier sur la sœur de ton Robyn. Je comprends parfaitement que tu ne leur fasse pas tant confiance que ça, même si, et je suis ravi de le constater, ton fiancé est quelqu'un de bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Ven 28 Déc - 0:58

Il serait là, non pas que j'avais douté de lui ou de sa réponse, mais les choses auraient put-être différente et donc, il aurait pu ne pas pouvoir. Et si il avait refusé, je devais avouer que les choses auraient été compliqué, mais j'aurais trouvé une autre solution. Il argumenta alors qu'il serait là pour Aaron comme je le fus pour lui et sa soeur… En espérant toutefois qu'Aaron n'est pas la même fin que cette dernière…

Il reprit alors en parlant des légendes qui entouraient les Blacksmith. Et en particulier sur Destiny et il avoua qu'il comprenait parfaitement que je ne leur fasse pas confiance. Toutefois, il était ravi de constater que Robyn était quelqu'un de bien. Un large sourire s'étendit alors sur mes lèvres. Oui Robyn était quelqu'un de si formidable que j'en venais parfois à me demander comment j'avais fait pour l'attirer dans mes bras. Mais surtout, pourquoi j'avais eu le droit de l'avoir comme âme soeur.

Posant une mains sur les siennes, je lui souriais doucement avant de le remercier.

« Merci Lewis, tu ne peux pas savoir à quel point cela me rassure. »

Me pinçant les lèvres, je repensais à Destiny et aux rumeurs dont-elle était la victime. Je ne les pensais pas toute vrais, mais j'étais certaine qu'un grand nombre étaient vrais. Elle était gentil, mais trop attiré par les ténèbres, trop prise par le danger.

« Les rumeurs sont des rumeurs, mais Destiny est jeune et semble s'entêter à vouloir suivre un autre chemin… »

Et je ne voulais pas qu'elle attire Robyn ou même Aaron avec elle. En fait, je ne voulais pas qu'elle les détruise comme elle semblait détruire sa propre vie en s'offrant à n'importe qui. Je me méfiais d'elle. Alors bien sur je l'aiderais si jamais elle en avait besoin, mais je ne le ferais pas aveuglément, pas gratuitement.

« Toutefois, je ne prendrais pas le risque… Pas en connaissant certaines de ses rumeurs. »

Comme avoir des loups en amants… Il y avait mieux comme fréquentation… Non, je ne voulais réellement pas qu'elle s'approche de moi ou d'Aaron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Sam 29 Déc - 19:41

En m'entendant lui confier mon soulagement de constater que son fiancé était quelqu'un de bien, Erika eut un large sourire. Elle avait un visage qui était fait pour sourire, des yeux qui étaient faits pour pétiller. Robyn devait la rendre heureuse et éloigner la tristesse que je n'avais que trop vu sur ce visage ami. Je me promis de lui en toucher deux mots, de lui dire à quel point sa femme était merveilleuse et qu'il devrait tout faire pour la rendre heureuse. Je voulais assurer la vie de mon amie. Et puis, en même temps, grâce à mon travail de Red Riding Hood, il m'était beaucoup plus facile de pouvoir la protéger.

J'acceptai sa proposition, j'étais ravi de pouvoir veiller sur le fils de ma meilleure amie. Elle posa une main sur les miennes, souriant doucement. Elle me remercia. Cela la rassurait et j'en étais conscient. En même temps, elle savait, avant même de me le proposer, que j'allais accepter. Et même si quelque chose m'en aurait empêché, j'aurais accepté. N'importe quoi pouvait m'éloigner d'Erika et de sa famille mais, même à distance, je ferrai tout pour elle. Ma meilleure amie se pinça les lèvres avant de me parler des rumeurs. Selon elle, ce n'était que des rumeurs, même si elle s'entêtait clairement à suivre une voie différente de celle de son frère. Erika m'annonça alors, avec une détermination que je connaissais bien, qu'elle ne voulait courir aucun risque. Je la comprenais et je ne pouvais que l'encourager à se méfier et garder ses distances.

Tout en gardant la main de mon amie dans les miennes, je me décidai à lui confier quelques unes des informations classées “secret” des Red Riding Hood. Ces informations devaient lui être confiées. « Erika... — Je pris une profonde inspiration. — Il faut que tu saches que certaines de ces rumeurs sont fondées. Ce que je vais te dire est confidentiel mais ça doit te permettre de protéger ta famille. On prétend que... l'amant de la jeune Blacksmith est un Loup-Garou, c'est vrai. Je me suis fait un devoir personnel de le prouver et c'est vrai. Je n'ai, hélas, aucune preuve officielle à te donner puisque mon enquête a été “privée”. Mais je suis formel. Tiens toi à l'écart de ce Jack Williams, évite-le. La jeune Blacksmith, elle-même, souhaiterait en devenir un de Loup Garou. Ça je ne peux que te le signaler, je n'ai pas eu de confirmation mais je le soupçonne. — Je soupirai. J'aurais préféré démentir les rumeurs, rassurer Erika, lui dire que ce n'était que des rumeurs, qu'elle n'avait pas grand-chose à craindre de sa future belle-sœur. Mais je ne le pouvais pas.

Erika... si je te dis ça ce n'est pas pour que tu forces ton fiancé à couper les ponts avec sa famille, c'est pour que tu puisses te protéger. Tu disposes d'informations confidentielles, fais-en bon usage. J'ai été chargé de vérifier, officiellement cette fois-ci, ces rumeurs. Jack Williams a quitté le village pour le moment, je ne sait pas quand il reviendra, mais je garde un œil sur le nouveau fiancé de la jeune Blacksmith. — Je l'embrassai sur le front. — Je ne veux que te protéger, tu le sais. Je t'ai donné ma parole et je la tiendrai, quoique je doive faire pour cela. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Sam 29 Déc - 21:35

Sonnée, abasourdie. Ce n'était que des rumeurs et bien que Destiny fut toujours assez attiré par ce qui était mauvais, je ne pouvais pas croire ce qu'il me disait. Il n'avait rien prouvé officiellement, mais je savais que Lewis était fiable, il n'était pas du genre à mentir, ni même à suivre les rumeurs…

J'étais face à une vérité, une vérité absolue et je comprenais lentement pourquoi elle avait tant échangé de compagnon. Elle n'était pas légère, elle protégeait un amant qui n'avait pas à être protégé… Pourquoi en devenir un ? Quel était l'intérêt ? Quel était son but en faisant ça ? Elle ne croyait quand même pas qu'en s'empoisonnant le sang, l'homme qu'elle désirait serait brutalement plus enclin à la garder avec lui ?

Croyait-elle que si cet homme l'aimait vraiment, il ne pourrait pas accepter qu'elle demeure humaine ? Ne voyait-elle pas qu'elle pourrait mettre sa famille en danger pour une amourette ? Pour quelque chose dont-elle n'était pas sur aux vues de ses changements successif de compagnons.

Je ne forcerais pas Robyn à se détacher de sa famille, mais je n'étais plus sur de pouvoir être aussi amicale avec Destiny. Du moins pas tant qu'elle n'aura pas décider de revenir dans le droit chemin. Elle menaçait ma famille, et je ne voulais pas que cela soit le cas.

Il m'embrassa alors sur le front, mais je ne réagis pas réellement, j'étais choqué, choqué par la nouvelle. Peut-être aurais-je mieux réagis si seulement Aaron n'était pas là, mais ce n'était pas le cas. Aaron devait-être protéger… Je maudissais un instant Lewis de m'avoir révéler cela car avoir peur d'un danger approximatif était difficile, mais gérable. Savoir de qui avoir peur… C'était terrifiant.

« Lewis, dis-moi ce que je dois faire pour savoir si il y a un loup garou chez moi ! »

Repensant alors à Salomon, je repris un peu paniqué.

« Je dois mettre de l'eau bénite partout, de l'argent ? Dis moi ! »

C'était peut-être le seul moyen d'être plus détendu en présence de Destiny et donc, de ne pas forcer Robyn à se retrouver dans une position difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Sam 29 Déc - 23:33

Elle accusa le coup. Je ne pouvais pas l'en blâmer, je venais de confirmer ses plus grandes craintes. Je la regardai digérer toutes ces informations, gardant sa main dans la mienne. Je savais que, là, maintenant, tout de suite, elle m'en voulait de lui avoir dit ça, qu'elle me maudissait d'avoir fondé ses craintes. Je m'en voulais aussi parce que, ainsi, je la mettais en danger. Je savais ce que je risquai. Et j'assumai. J'allais, désormais, doubler de prudence et la protéger encore plus. J'allais devoir m'assurer que ces révélations ne la mettraient pas directement en danger vis à vis des concernés par ces rumeurs. Je ne pensai pas que la jeune Blacksmith représente une véritable menace pour Erika, elle n'était pas tellement dangereuse. Par contre, c'était différent en ce qui concernait Jack Williams. Lui, je l'avais à l'œil.

J'embrassai Erika sur le front, pour lui témoigner mon amitié, du soutien et je ne sais quoi encore. Elle ne réagit pas, trop choquée par ce que je venais de lui révéler. Je lui laissai le temps qu'il lui fallait pour s'en remettre. Si elle voulait couper les ponts pendant un moment, pour réfléchir à tout ça au calme, à tête reposée, je ne lui en voudrais pas. Elle avait le droit. Cependant elle me demanda comment faire pour savoir s'il y avait un Loup-Garou chez elle. Je la regardai. Elle s'inquiétait pour son fils, bien sûr. Elle reprit, paniquée, me demandant si elle devait mettre de l'eau bénite ou de l'argent. Malgré la délicatesse de la situation je souris. Ça, c'était une idée de Salomon. Je m'empressai de rassurer mon amie.

« Erika, calme toi. — Je posai ma main droite sur son épaule, gardant sa main dans ma main gauche. — Ce sont des techniques inventées par Salomon, elles ne sont pas radicales. Écoutes moi attentivement. Un Loup, s'il n'a pas envie de se faire prendre, est rusé. Certes, l'eau bénite et l'argent sont efficaces mais comment veux-tu forcer un Loup à interagir avec ? Surtout que, si tu veux te méfier de la jeune Blacksmith, pense qu'elle a grandi dans un monde de forgerons, elle est donc habituée au contact de l'argent. Et puis, sache que, sous forme humaine, le contact avec de l'eau bénite ou de l'argent ou un lieu sacré ne tuera pas le Loup, cela le blessera juste de façon plus ou moins grave. — Elle me regarda avec des yeux apeurés. Je souris, protecteur. — Pour l'instant, invente des prétextes pour ne pas rencontrer la jeune Blacksmith chez toi, ou alors armes-toi correctement. Attends... »

Je la lâchai, me levai et m'éclipsai dans la salle d'armes. Je cherchai parmi les nombreuses armes qui y étaient entreposées avant de trouver ce que j'étais venu chercher. Une dague, cadeau qui m'avait était fait lorsque j'étais entré dans l'ordre des Red Riding Hood. Cadeau qui me venait de mon père, qui la tenait lui-même de son père et ainsi de suite. Je tirai la dague de son fourreau pour vérifier le fil de la lame. Il était parfaitement aiguisé. La lame, incrustée de runes qui donnaient une protection au porteur de cette arme, bénie par un Prêtre, était longue de trente centimètres, légère et maniable. Elle avait été forgée dans un alliage pur d'argent, un argent sterling, soit 92,5% d'argent contre 7,5% d'acier. Je rengainai et retournai vers Erika.

« Je veux te savoir en sécurité alors prends ceci. — Je lui tendis la dague. — C'est une lame faite pour être maniée par tous, elle a aussi été faite pour tuer des Loups-Garous. Aucune de ces créatures ne peut toucher cette lame sans souffrir immédiatement d'une façon atroce. Accepte. Tu la transmettra à ton fils, comme ça elle restera dans la tradition. — Je ne lui laissai pas le temps de refuser, posant le fourreau de cuir sur ses genoux. Je repris. — Refuse de voir la jeune Blacksmith dans un lieu isolé ou clôt. Si tu dois absolument la recevoir, ou n'importe qui d'autre que tu soupçonnes, chez toi, arranges toi pour garder une fenêtre ou une porte ouverte. Et garde cette arme à portée de main. Tu peux lui présenter la lame, comme ça, par “hasard” et étudies bien la réaction. Si c'est un sursaut ou une grimace, eh bien... De toute façon, voici mon conseil le plus éloquent : puisque tu te marieras à l'église, arranges toi pour qu'elle soit présente. Si elle assiste à toute la cérémonie sans ciller, si elle est dans son attitude normale, tu peux être rassurée. Ce conseil est valable de tout temps. Arrange toi, à chaque fois, pour voir un “suspect” dans un lieu sacré. S'il refuse, signale-le moi. Tu me le promets ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Mar 15 Jan - 0:43

Il souriait ? Il trouvait la situation amusante peut-être ? J'étais entrain de monter un plan d'attaque contre un potentiel loup et lui, il souriait. Il voulait une baffe ? Il me demanda alors de me calmer, certes, mais essayes de te calmer toi avec l'annonce et surtout avec un fils à la maison.

Il dit donc que l'eau et l'argent étaient des techniques de Salomon, certes, cela fonctionnait, mais encore fallait-il que le loup touche l'argent. Et puis tout cela ne ferait que les blesser et non les tuer. Il me dit alors que pour le moment, je devais éviter de rencontrer Destiny à la maison, ou tout du moins me sécuriser. Il me demanda alors d'attendre et je le vis se lever et se diriger vers l'armurie.

Me laisser seule avec ce qu'il venait de me dire, hyper malin… Il revint alors avec une dague et il me la donna. Elle était fine et courte, et surtout elle était faite pour tuer les Loups Garous. Il me demanda d'accepter et de la transmettre à mon fils pour que cela reste dans la tradition. J'aurais du m'insurger là, mais je n'avais pas la tête à lui dire non. Il me donna alors une ribambelle de chose à faire pour finir par me faire promettre de lui signaler toute personne suspecte.

« Promis... »

Levant alors les yeux vers lui, je lui demandais, avec presque de l'espoir.

« Mais, ils ont une conscience, je veux dire, ils s'éloignent du village quand c'est la pleine lune ? »

J'avais peur d'eux, mais je voulais croire qu'ils soient en mesure de se tenir, de contrôler un peu pour éviter le drame. Oui, je me rattachais au spirituel pour éviter de céder à la panique.

« Pourquoi te me l'as dit Lewis ? Pourquoi ?! »

Me levant alors, je commençais à faire les cents pas alors que mon esprit se perdait dans les scénarios les moins probables du monde. Il n'avait brouillé l'esprit car à présent, je n'arriverais plus à me sentir en sécurité nul part… Il avait réussit à me plonger dans la terreur, pourtant je ne devais pas me laisser submerger et je devais reprendre le dessus. L'humour m'y aiderait peut-être, bien que dans le fond, cette boutade aurait été une bénédiction.

« Tu ne voudrais pas quitter le confort précaire du camp pour venir vivre à la maison ? »

Ce qui aurait pu m'arranger, mais qui ferait hurler Robyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Lun 21 Jan - 8:30

Je revins de l’armurerie avec une dague. M’asseyant dans mon fauteuil, je la tendis à Erika, la lui offrant. Pour la protéger. Je la fis promettre de me signaler toute personne suspecte. On ne pouvait faire correctement notre travail, nous autres Red Riding Hood, que si les villageois comme Erika collaboraient et nous aidaient. Elle me le promit. J’en fus soulagé. Au moins, je pourrais protéger mon amie et sa famille. Certes, mon travail était de protéger tout le village mais certains villageois refusaient de travailler avec nous, de nous laisser les aider et les protéger. Je soupirai à cette pensée. Les Écossais étaient des gens si têtus quand ils s’y mettaient…

Erika leva les yeux vers moi. J’y décelai une once d’espoir. Elle me demanda alors si les Loups-Garous avaient une conscience, s’ils s’éloignaient du village pendant les nuits de pleine lune. Je fis tourner le peu de bière qu’il me restait dans ma chope avant de répondre à mon amie, sans oser affronter son regard. « Ça dépend. Certains, oui, sont conscients que ce qu’ils font lorsqu’ils sont transformés est mal. Certains en ont honte et préfère s’éloigner, tuer des animaux comme le ferrait n’importe quel loup commun. Mais d’autres… D’autres sont fiers d’être différents, aussi préfèrent-ils “chasser” directement dans le village. C’est de ceux-là qu’il faut se méfier. » Mon amie me demanda alors pourquoi je le lui avais dit. Elle avait raison de me poser cette question. Je redoutais cette question.

Elle se leva, faisant les cent pas. Je terminai ma bière, reposant la chope vide sur la petite table près de nos fauteuils. Je me plongeai dans l’observation des flammes, réfléchissant à la réponse que je pouvais lui donner. C’est là qu’elle me demanda si je ne voulais pas quitter la vie que j’avais parmi les autres Red Riding Hood pour venir vivre quelques temps chez elle. Je levai les yeux vers elle. Sa requête était tout à fait justifiée : je l’avais plongée dans un désarroi immense, c’était à moi de l’en tirer. Mais je ne pouvais accepter. Eût égard pour elle, je ne pouvais. Déjà que les rumeurs n’étaient pas flatteuses quant à sa vie avec son fiancé, qui sait ce que les gens diraient s’ils apprenaient qu’elle vivait avec deux hommes ?

« Erika… Je sais que ça te rassurerait, mais je ne peux accepter. Par égards pour toi. Les gens jasent déjà de ta relation avec Robyn Blacksmith, imagines-tu ce qu’ils diront s’ils découvrent que tu vis avec deux hommes ? Non, je ne veux pas qu’on te fasse de mal. »Je me levai à mon tour pour lui faire face. Je la pris dans mes bras pour la calmer. Certes, ça n’effaçait rien. Elle pouvait me gifler si elle le voulait, je ne lui en voudrais pas. Elle pouvait refuser de me voir, je ne lui en voudrais pas. Je voulais juste la protéger. « Je te l’ai dis parce qu’il fallait que tu le sache. Je veux que tu sois armée pour te défendre. Et puis... pour te mettre face à la réalité également. Tu sais que ce village est le terrain de chasse de ces créatures, que nous autres Red Riding Hood sommes là pour les éliminer, mais il fallait que tu sentes que la menace peut être n'importe où. Je suis vraiment désolée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Lun 18 Fév - 21:58

Lewis était sans aucun doute la personne qui allait me faire faire des cauchemars pour les cinq prochaines années. Il affirmait donc que certain loups avaient consciences de leurs actes et ils s'éloignaient donc pour éviter de tuer. S'acharnant alors sur des animaux comme n'importe quel loups. Pour d'autres c'étaient différents, ils étaient fiers et ils préféraient chasser dans le village directement. Et c'était de cela qu'ils fallait se méfier, sans blague. Je ne l'aurais deviné sans lui pour le coup.

J'étais terrorisé, c'était un fait, jamais je ne regarderais les choses comme avant et je lui en voulais qu'il m'ait dit cela. Parfois, il valait mieux vivre dans l'ignorance. Me levant alors, je commençais à faire les cent pas. Rigolant, à moitié, sur le fait qu'il pourrait quitter les RRH pour vivre quelques temps à la maison.

Il me dit alors qu'il savait que cela me rassurerait, mais il ne pouvait pas accepter. Les gens jasaient déjà sur moi et ce à cause de Robyn et de la relation que j'avais avec lui, alors, il ne voulait pas rajouter à cela ça présence. Il ne voulait pas qu'on me fasse du mal.

Toujours silencieuse, je le vis se lever, puis me prendre dans ses bras. Il m'expliqua alors pourquoi il me l'avait dis pour que je puisse me défendre. Il voulait aussi me mettre face à la réalité, car ce village était un terrain de chasse et je devais prendre conscience qu'il y avait du danger partout, même là ou on ne l'attends pas. Certes, mais savoir le danger aussi prêts, c'était presque invivable.

Il s'excusa à nouveau et je blottis malgré moi contre lui, cherchant la sécurité. Car autant je pouvais lui en vouloir en cet instant, autant je me savais en sécurité dans ses bras. Et en l'absence de Lewis, c'était lui qui m'était le plus rassurant.

« Lewis… »

Fermant un instant les yeux, je repris.

« Comment veux-tu que je réussisse à vivre normalement en sachant ça ? »

Le repoussant alors, je soupirais, essayant de me calmer.

« Je suis censé élever mon fils, l'élever à l'abris du danger et faire en sorte qu'il ne soit pas touché par ma peur. Je suis censé faire comment ? Je suis censé le protéger de ma peur et celles des autres ? »

J'allais devoir le protéger, j'allais devoir l'éduquer en le protégeant de moi. Lewis, pourquoi m'a tu fait ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Dim 24 Fév - 20:10

Je la vis se lever et faire les cent pas. Ma pauvre Erika. J’étais conscient que je te plongeai dans un cauchemar que tu vivais éveillée. J’étais conscient que je faisais basculer ta vie. Mais il le fallait. Au nom de notre amitié. Je devais te mettre en garde, t’ouvrir les yeux sur la réalité du village dans lequel tu vis. Elle me demanda de venir vivre chez elle. Je comprenais que cette idée la rassurerait mais je ne pouvais pas accepter. Venir plus souvent chez elle, me charger personnellement de la protection de sa famille lors des nuits de pleines lunes, oui. Ça c’était dans mes moyens. Je ne pouvais pas accepter sa proposition, eût égards pour elle. Et puis, que dirait son fiancé ? Fiancé que je ne connaissais toujours pas et que j’espérai rencontrer avant le mariage.

Je refusai doucement, expliquant les raisons de mon refus. Je ne voulais pas qu’on ose dire encore plus de mal de mon amie. Je voulais la protéger. Je me levais et pris mon amie dans mes bras pour essayer de la calmer. J’essayai piètrement de lui expliquer pourquoi je lui avais fait part de cette terrible révélation. Elle se blottit contre moi, cherchant la sécurité sûrement. Je refermai mes bras sur elle pour lui donner cette sécurité, pour la rassurer, lui jurer qu’avec moi elle était en sécurité. Nous restâmes quelques secondes silencieux avant qu’elle ne me demande comment je voulais qu’elle parvienne à vivre normalement en sachant tout cela. Je n’avais pas de réponse à lui donner.

Elle me repoussa pour essayer de se calmer, de mettre ses idées au clair. Telle que je la connaissais, elle était partie pour m’en vouloir pour très, très, très longtemps. Elle enchaîna sur son rôle de mère, comme quoi elle était sensée élever son fils à l’abri du danger, ne pas lui montrer sa peur. Était-elle sensée élever son fils en le protégeant contre sa propre peur et celle des autres ? Je me tus. Elle avait raison. Mais la vie n’était pas si rose que ça. Je l’avais appris à mes dépends, je vous l’éviter à mon amie. Je voulais la protéger, la prémunir contre ce monde trop dangereux. Si je pouvais tuer, là, sur le champ, tous les Loups Garous du village et ainsi assurer la sécurité d’Erika et de sa famille, je le ferrai.

Mais je ne pouvais pas. J’en étais incapable. Tout ce que je pouvais faire c’était rassurer mon amie, lui jurer que je la protègerai de mon mieux. « Erika… Je sais que je viens de te mettre dans une situation délicate, que tu m’en veux à mort mais… Il fallait que je le fasse. Tu ne peux pas protéger ton fils de ta peur, tu ne dois pas. Mon père m’a toujours caché la peur qu’il avait des nous voir mourir, ma mère, ma sœur et moi. Ça a été sa plus grosse erreur. Tu ne dois pas faire pareil. Ton fils doit savoir que tu as peur de le perdre, que tu te soucies de lui. Il le faut Erika. » Je me tus, ne sachant pas quoi ajouter de plus. Je me tournai vers la cheminée, fixant les flammes, réfléchissant. Que pouvais-je bien dire pour la rassurer ? Pour lui montrer que je la protégerai toujours ? « Erika… Je ne peux peut-être pas m’installer chez toi, mais je peux au moins te protéger. Je peux me charger personnellement de la sécurité de ta famille lors des nuits de pleine lune. Je peux venir plus souvent. M’occuper de ton fils aussi si tu le veux bien… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Mar 26 Fév - 15:56

Je maudissais Lewis, je le maudissais vraiment et je ne pense pas qu'il prenne parfaitement la mesure de ce qu'il venait de faire. Il avoua alors qu'il ne voulait pas me mettre dans une telle situation et il savait que je lui en voulais en mort. Alors là non, il n'avait pas la moindre idée de ce que je ressentais exactement. Ce n'était même plus en vouloir à ce niveau. Mais il affirmait qu'il devait le faire.

Affirmant alors que je ne pouvais pas protéger mon fils de ma peur, je ne devais pas. Il me dit alors que son père l'avait toujours caché la peur qu'il avait de voir sa famille mourir et cela avait été une erreur. Je ne devais pas faire pareil, mon fils devait savoir que je me souciais de lui. Non mais je pense que Lewis n'avait pas la moindre idée de comment élever un enfant, et il n'avait pas non plus la moindre idée de ce qu'il avait réellement fait.

« Je ne cacherais pas à mon fils la crainte que j'ai de le perdre. »

Dis-je d'un ton ferme.

« Mais mon fils ne doit pas vivre avec une mère qui a peur du monde, je dois être forte pour lui, forte pour le protéger, car si demain, si il vient à ne pas revenir un soir à la maison, je serais tellement scié par la peur que je n'oserais pas faire ce qu'il faut. Je dois être une mère, une vrai, celle qui sortirait même un soir de pleine lune pour retrouver son enfant, pas celle qui abandonnerait. »

Soufflant alors, je l'écoutais me proposer de venir personnellement protéger ma famille. Venant plus souvent pour notre sécurité, proposant aussi de s'occuper de mon fils, si je le voulais bien, bien évidemment. Le regardant alors, j'avais le regard dure, mais il ne pouvait s'en prendre qu'à lui même.

« Oui, mais si il arrive la moindre chose à mon fils ou à Robyn, sache que tu seras responsable à mes yeux ! »

C'était définitif, je le maudissais et il me faudrait de long mois pour calmer ma rage en cet instant. Pourquoi Lewis ? Pourquoi avoir fait ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Lun 11 Mar - 21:59

Je tentais de rassurer mon amie, du mieux que je le pouvais. Je lui expliquai les raisons que j'avais de lui avoir révélé une chose pareille, je lui expliquai qu'elle ne devait pas cacher sa peur à son fils. Elle me répondit alors du tac au tac avec fierté qu'elle ne voulait pas cacher à son fils la peur qu'elle avait de le perdre. Naturellement. Aaron était devenu son trésor le plus précieux. Elle enchaîna alors, me tirant des pensées nostalgiques que j'avais en pensant à ma défunte sœur. Elle me confia qu'elle voulait être forte, qu'elle voulait être une des ces mères capables de sortir, même par une nuit de pleine lune, pour aller chercher son fils si celui-ci ne rentrait pas.

Je tournai le dos à mon amie, l'écoutant, les yeux rivés sur les flammes dans la cheminée. Je ne pus m'empêcher de sourire, attendri. Oui. Erika était quelqu'un de fort, elle serait capable de sortir chercher son fils. Même par une nuit de pleine lune. Et puis... Je n'en attendais pas moins d'elle. Elle s'arrêta, soufflant. J'en profitai pour lui proposer de la protéger personnellement, elle et sa petite famille. N'obtenant aucune réponse directe, je me tournai pour la scruter du regard. Elle semblait effrayée, déterminée mais aussi terriblement en colère. Elle plongea ses yeux dans les miens, comme si elle sondait mon âme. Elle accepta ma proposition, me mettant en garde d'un ton terrible. S'il arrivait quoi que ce soit à son fils ou à son fiancé, j'en serais le seul et unique responsable.

Déglutissant devant la charge et la responsabilité que je venais de poser sur mes propres épaules, je tirai mon épée et m'agenouillai devant Erika, lui présentant mon épée droite devant moi. Je baissai la tête. « Erika. Mon épée est à toi. Je ne m'en servirai qu'uniquement pour te défendre, toi, Aaron et Robyn. Je t'en fais la promesse solennelle. » Je restai ainsi quelques minutes avant de me relever et de rengainer mon épée. J'invitai Erika à se rasseoir, prenant place en face d'elle. Je tentais de rassurer mon amie, du mieux que je le pouvais. Je lui expliquai les raisons que j'avais de lui avoir révélé une chose pareille, je lui expliquai qu'elle ne devait pas cacher sa peur à son fils. Elle me répondit alors du tac au tac avec fierté qu'elle ne voulait pas cacher à son fils la peur qu'elle avait de le perdre. Naturellement. Aaron était devenu son trésor le plus précieux. Elle enchaîna alors, me tirant des pensées nostalgiques que j'avais en pensant à ma défunte sœur. Elle me confia qu'elle voulait être forte, qu'elle voulait être une des ces mères capables de sortir, même par une nuit de pleine lune, pour aller chercher son fils si celui-ci ne rentrait pas.

Je tournai le dos à mon amie, l'écoutant, les yeux rivés sur les flammes dans la cheminée. Je ne pus m'empêcher de sourire, attendri. Oui. Erika était quelqu'un de fort, elle serait capable de sortir chercher son fils. Même par une nuit de pleine lune. Et puis... Je n'en attendais pas moins d'elle. Elle s'arrêta, soufflant. J'en profitai pour lui proposer de la protéger personnellement, elle et sa petite famille. N'obtenant aucune réponse directe, je me tournai pour la scruter du regard. Elle semblait effrayée, déterminée mais aussi terriblement en colère. Elle plongea ses yeux dans les miens, comme si elle sondait mon âme. Elle accepta ma proposition, me mettant en garde d'un ton terrible. S'il arrivait quoi que ce soit à son fils ou à son fiancé, j'en serais le seul et unique responsable.

Déglutissant devant la charge et la responsabilité que je venais de poser sur mes propres épaules, je tirai mon épée et m'agenouillai devant Erika, lui présentant mon épée droite devant moi. Je baissai la tête. « Erika. Mon épée est à toi. Je ne m'en servirai qu'uniquement pour te défendre, toi, Aaron et Robyn. Je t'en fais la promesse solennelle. » Je restai ainsi quelques minutes avant de me relever et de rengainer mon épée. J'invitai Erika à se rasseoir, prenant place en face d'elle. Nous restâmes quelques temps silencieux, réfléchissant. Si je changeai de sujet, elle allait m'en vouloir de considérer ce que je venais de faire, qu'elle devait sans doute tenir pour une haute trahison de ma partNous restâmes quelques temps silencieux, réfléchissant. Si je changeai de sujet, elle allait m'en vouloir de considérer ce que je venais de faire – qu'elle devait sans doute tenir pour une haute trahison de ma part – comme étant superficiel et sans importance. « Je... Je sais que tout ce que je pourrais dire pour me faire pardonner ne servira à rien... N'imagine pas que j'essaye de me faire pardonner ou même que je cherche à changer de sujet... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Jeu 13 Juin - 12:46

« Arrêtes »

Dis-je presque agacé alors qu'il venait tout juste de mettre un genoux à terre pour me promettre de me protéger, non de protéger Aaron et Robyn. Il ne comprenait pas, il n'arrivait pas à comprendre. Il agissait comme un RRH qui se disait être mon ami, mais il n'y avait rien qui puisse me rassurer dans ses mots. Et alors que je retrouvais ma place sur un siège, je le vis hésiter. Je connaissais se regard, je savais qu'il n'était pas sur de la marche à suivre en cet instant. Pourquoi ? Pourquoi avait-il parlé de ça ?

Il reprit alors en disant qu'il savait très bien que rien de ce qu'il pourrait dire ne suffirait à se faire pardonner. Et il n'essayait pas de se faire pardonner, ni même de changer de sujet, il essayait quoi alors ? Le regard froid, je le fixais, et je ne cherchais pas à l'épargner, non, vraiment pas, j'étais trop en colère pour ça.

« Choisis ton camps. »

Déclarais-je avant d'argumenter un peu plus.

« Tu agis comme un RRH avec des réflexions d'ami. Tu dois choisir Lewis. Avec moi, tu ne peux pas être les deux, tu n'as pas le droit, comme tu n'as pas le droit de me dire ça sans savoir, sans être sur. »

Car j'allais surveiller Destiny, car Robyn allait m'en vouloir d'éloigner sa soeur qui était déjà bien en difficulté. Il allait m'en vouloir de ne pas agir en amie, ni même en soeur, ni soutien. J'allais agir différemment et ma vie, ma famille allait en souffrir. Il allait me détruire, et je ne pouvais pas lui pardonner d'avoir un tel bordel dans ma vie.

Je n'espérais plus qu'une chose, que cela soit faux, que Destiny ne soit pas un danger. Oublier ? Non, mais essayer d'avancer oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Lun 24 Juin - 19:33

Elle me lançait un ultimatum. Je redoutais avoir à faire ça. Elle voulait que je choisisse entre elle et mon métier. Le choix était dur. Bien sûr que je ne voulais pas laisser tomber ma meilleure amie, je voulais être là pour elle, voir son fils grandir, la voir, elle, s'épanouir et être heureuse. Mais en même temps je ne pouvais pas renoncer à mon métier, mettre mes “collègues” de côté. Si je renonçais aux Red Riding Hood, je renonçais à mes idées de revanche. Je ne le pouvais pas.

Je passais ma main sur mon visage, gardant mes doigts sur mon menton, les yeux fixés sur les flammes dans la cheminée. Je réfléchissais. Si je choisissais les Red Riding Hood, Erika m'en voudrait toute sa vie. Je ne voulais pas perdre ma plus vieille amie. Nerveusement je jouais avec ma chevalière, la faisant tourner à mon doigt. Les armoiries de ma famille. Celles de mon père. Je laissais retomber mon bras pour regarder Erika dans les yeux. J'avais fait mon choix. J'inspirai profondément avant de répondre.

« Tu me demandes de choisir entre toi et les Red Riding Hood. Tu sais que ce choix est terriblement dur et pourtant tu me demandes de le faire. Si je choisis les Red Riding Hood, tu m'en voudras et je perdrais ma meilleure amie. Si je te choisie, je devrais renoncer à mes idées de vengeance et je trahirai la promesse que j'ai faite. Mais si je choisis le camp des Red Riding Hood, c'est choisir le camp de mon père et ça... »

Je retirai ma chevalière et la posai sur un bras de mon fauteuil. « Je ne veux pas être comme mon père, être aveuglé par mon métier au risque de perdre ceux à qui je tiens. Tu me demandes de choisir entre toi et les Red Riding Hood, c'est toi que je choisis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Sam 20 Juil - 9:58

Lewis ne semblait pas comprendre, je ne voulais pas qu'il remette en question ses convictions pour moi, ni même qu'il abandonne sa foi, mais je voulais qu'il cesse d'être deux homme devant moi, qu'il cesse de ne savoir être que mon ami. Ainsi donc lorsqu'il retira sa chevalière pour me choisir moi, ma rage désempli pour disparaitre au profit d'un sourire de consternation. Lewis était trop radical par instant, il était trop extrémiste dans ses décisions et c'était dommage. Me levant alors, je m'accroupis devant lui avant de prendre ses mains dans les miennes et de lui faire comprendre.

« Je ne veux pas que tu abandonnes tes convictions Lewis. »

Dis-je simplement avant de serrer ses doigts.

« Je veux que tu agisses en ami et pas en Red Riding Hood en ma présence. Je crains déjà assez les loups, je ne peux pas en plus en parler à chaque instant, ni même en apprendre sur mon entourage. »

Me redressant j'embrassais son front comme j'aurais embrassé celui de Robyn lorsqu'il se serait endormi en pleine journée, prit par la fatigue d'un travail acharnée. Je voulais protéger Lewis et ce malgré l'envie que j'avais de lui faire passer ses envies de révélation. Il était sans doute le seul à pouvoir faire naviguer ainsi mes sentiments, le seul à me faire aussi facilement rire ou crier. Car même Robyn n'était pas aussi irréfléchie. Lewis parlait et ne pensait pas aux répercutions, c'était ça son problème. Il voulait faire bien, mais il empirait les choses.

« Arrêtes de me mettre en garde comme un Red Riding Hood, mais plutôt comme un ami, c'est Lewis Carter mon ami, pas l'homme en rouge. »

Qu'il ne claque pas tout pour moi, qu'il soit raisonnable et ce malgré ses envies de tout révéler. Il devait faire preuve de raison et ce le plus vite possible car je ne pourrais pas éternellement tenir ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 245




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Dim 25 Aoû - 11:25

Erika se leva et vint s'accroupir devant moi, prenant mes mains dans les siennes. Elle me dit alors qu'elle ne voulait pas que je renonce à mes convictions, je fronçai légèrement les sourcils. Comment pouvais-je cesser de me comporter en Red Riding Hood en sa présence alors que ma vie entière ne tournait plus qu'autour de ça désormais ? Elle serra mes doigts et reprit, elle ne voulait pas me voir me comporter ainsi en sa présence. Je compris alors quand elle m'expliqua qu'elle avait déjà suffisamment peur comme ça, inutile que j'en rajoute. J'hochai légèrement la tête. C'était mon devoir en temps que Red Riding Hood de la protéger, mais c'était également mon devoir en temps qu'ami de la protéger de celui que j'étais devenu. J'allais y faire attention, redevenir l'ami que j'avais été autrefois.

Elle se redressa, m'embrassant sur le front. Je soupirais. Je n'avais connu que cette existence de Red Riding Hood, oubliant un peu de vivre parfois, j'allais devoir me rattraper. Elle me lança une ultime mise en garde, me priant de redevenir son ami et d'oublier un peu le Red Riding Hood que j'étais devenu. Je me relevai à mon tour et reprit ma chevalière pour la passer à mon doigt. Je pris, à mon tour, les mains de mon amie pour les serrer. « Je t'ai entendue, ma belle. Tu as raison, je me suis trop oublié. Je vais laisser de côté le Red Riding Hood que je suis devenu pour redevenir l'ami que j'ai été. Merci de me donner cette chance. »

Je l'invitai à se rasseoir avant de me rasseoir à mon tour. « Parle moi de ta famille. Je te vois très heureuse, j'aimerais rencontrer celui qui t'a redonné le sourire, j'aimerais connaître un peu plus ta nouvelle vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 134




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika Mar 17 Sep - 23:44

Avait-il réellement entendue ? Je ne savais jamais avec Lewis, mais je l'espérais sincèrement. Ainsi donc il approuva le fait de s'être trop longtemps oublié et accepta de laisser de coté le RRH qu'il était pour redevenir l'ami que j'avais. Souriant alors, ce n'était pas moi qui lui donnait cette chance, c'était lui qui la prenait. Car offrir était une chose, mais il pouvait refuser, prendre c'était accepter à mes yeux. Il m'offrit alors la possibilité de m'asseoir à nouveau avant de me demander de me parler de ma famille.

Il me voyait heureuse et il aimerait rencontrer celui qui m'avait redonner le sourire. Connaitre ma nouvelle vie… En avait-il autant exclu ? Je n'avais pourtant pas l'impression d'avoir était si éloigné de lui, pourtant il fallait croire que je l'avais perdu de vu plus longtemps que je ne l'aurais cru. Aaron m'avait tellement omnibulé que j'avais perdu de vu pas mal de chose pour être honnête. Souriant donc, j'entrepris de lui répondre.

« Viens manger et tu rencontrera Robyn et Aaron. »

Me pinçant les lèvres, je repris.

« Mais tu as raison, Robyn me rend heureuse, c'est sans doute un peu prétentieux de dire cela, mais c'est l'homme de ma vie, sincèrement, je pense que je n'aurais jamais trouver quelqu'un d'aussi bien que lui. »

Me plongeant un peu plus dans le fauteuil, j'en vins à parler d'Aaron.

« Et Aaron… Tu peux pas t'imaginer comme il a changé ma vie, j'ai l'impression j'ai l'impression que je ne serais plus rien sans lui. C'est mon fils, je l'aime. »

Il n'y avait rien d'autre à dire. J'aimais ma vie malgré les commérages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur







Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ça va faire longtemps — Erika

Revenir en haut Aller en bas