Christian T. Hillam [finish]







DISCUSSIONS : 31




MessageSujet: Christian T. Hillam [finish] Dim 11 Nov - 12:01




CHRISTIAN T. HILLAM

ft. Sam Claflin

SCÉNARIO PERSONNAGE INVENTÉ POSTE VACANT

Nom complet Christian Tristan Hillam • Âge 24 ans • Date de naissance 23 mars 1499 • Métier Noble de Ipstick & Chevalier • Orientation sexuelle Hétérosexuel • Situation amoureuse Célibataire • Situatiation familiale A une mère et une soeur, pas d'épouse, ni de descendance • Camp rejoint Neutre • Déjà mordu ? Non

Emplacement de la maison NORD SUDEST OUEST
Je préfère l'AUBERGE vous voulez une chambre individuelle (selon la limite des places disponibles) ou une chambre double (veuillez préciser le nom de votre colocataire)

Tell us more about you



Tous les rêves d'enfants volent en éclat lorsque la mort survient, car celle de mon père — Bien d'étranger à mon éducation — marqua mon esprit au fer blanc. Quand j'étais petit, je désirais être chevalier, sauver des gens au nom de dieu. En grandissant, j'ai compris que les sauver était impossible, je ne pouvais que les aider, les défendre et faire régner la justice là où elle ne peut régner seule. Mais avant de pouvoir briguer ce poste, je dus apprendre et travailler. J'ai appris à occuper mon temps au travers d'activités nobles et intellectuelles. Bénéficiant au passage d'une éducation princière, j'ai davantage appris de mes observations silencieuses que de mes cours magistraux. Certes, ma mère a toujours œuvré à mon bon enseignement, malheureusement, bien que les cours d'histoire et d'anglais soient importants, ils étaient toujours délivrés par des hommes aux crânes dégarnis et aux âges avancés. Je préférais nettement me fatiguer à parer une épée et à apprendre à mener des hommes.


Je ne me pense pas supérieur au monde, je me crois juste capable d'en comprendre les rouages. Mais parler ainsi n'est qu'une comédie de ma part, bien que je sois cultivé, je ne suis pas le plus sage des érudits, bien au contraire. J'ai tendance à foncer tête baissée quand l'injustice dépasse la raison. Et c'est bien là le problème, je suis incapable de rester calme face aux crimes perpétrés au nom de dieu. Alors, quand je sais que je ne pourrais tenir ma langue et garder un comportement décent, je m'échappe dans les écuries afin de seller mon cheval et partir respirer dans la nature. Oui, je préfère les grandes étendues vertes à l'alcool pour oublier mes soucis. Je reste proche des enseignements du divin, être sain de corps et d'esprit, ne pas sombrer dans l'obscurité des bas quartiers. Sur ce point, et malgré ma réputation d'inconscient débauché, je demeure droit, goutant aux plaisirs interdits avec une certain parcimonie. Je ne peux me permettre de faire ce que je ne cautionne pas, du moins, j'essaye de limiter la damnation de mon âme. Car les combats impliquent des morts et bien que je sois absous par l'église, cela demeure des crimes et des mises à mort orchestrées sans audience. Après, je crains de ne pouvoir nier apprécier les corps féminins qui se bousculent dans l'attente d'un regard. Mais aussi sensible puis-je être à leurs charmes, je n'en oublie pas où est ma place. Mon sang et mon éducation faisant de moi quelqu'un voué à satisfaire d'autres femmes que celles que je courtise.

Travailler pour le bien de mon peuple, a fait de moi quelqu'un d'agile à l'épée, mais bien plus à l'arc, tirant avec une précision supérieure à bien des hommes. Je suis peut-être un noble, mais je suis un noble capable de repérer et d'abattre un archer à plusieurs dizaines de mètres et ainsi protéger ma mère, ma sœur et toute autre personne requérant ma protection. Je suis loin d'être à l'image des autres nobles qui parcourent notre pays. Je ne considère pas que rester assis dans un fauteuil, et attendre que mon peuple s'étouffe sous ma poigne, soit une façon de régner. Non, je considère que mon peuple doit t'être protégé et non brisé. Et ce même si ce dernier ce pers dans des croyances stupides.

It's just a game



Prenez-vous des décisions basées sur votre réflexion ou votre coeur ?
La logique est clé; mon cœur me blesse habituellement plus à la fin
Que serait la vie sans passion ?

Comment vous décririez-vous vous-même ?
Indépendant, j'aime m'aventurer seul(e) dehors
Un peu dépendant, je n'aime pas être seul(e)
Un papillon social, plus on est de fous plus on rit
Introverti(e), j'aime être seul

Accepteriez-vous un mariage arrangé ?
Bien sûr, je crois que l'on peut développer de l'amour pour quelqu'un
Absolument pas, l'amour est quelque chose que l'on ne peut forcer

Par quel type de personne êtes-vous physiquement attiré(e) ? ...
Le genre robuste avec une forte carrure
La douce nature, personne attentionnée
De préférence d'un âge supérieur
Je ne suis pas attiré(e) par un type spécifique

Fuirez-vous avec une personne par amour ?
Oui
Non

Qu'est-ce qui est important pour vous dans la vie ?
Moi, moi et moi
Mes amis et ma famille
La gloire et la fortune
Ce dont j'ai besoin là où je suis

Prenez-vous des risques ou préférez-vous rester en sécurité ?
Si on joue avec le feu, on se ferra brûler
Absolument, je vis chaque jour comme s'il était le dernier

Comment gérez-vous un problème ?
Je le prend comme il vient
Je l'évite en espérant qu'il s'efface
Les mensonges ne font jamais de mal
Je le supporte même si les choses se corsent

Préfériez-vous vivre une vie de luxe ou l'amour ?
Qui a besoin d'amour quand on a l'argent
L'argent ne peut pas acheter l'amour

Comment imagineriez-vous le rendez-vous parfait ?
Un dîner romantique dans un restaurant chic
Cuisiner le dîner ensemble et câlins sur le canapé
Aller danser et chanter dans un karaoké
Un pique-nique dans le parc, suivi par une belle et longue promenade


It's the end



Prénom Camille • Surnom Kiwi / Sushi / Mamie • Âge 21 ans • Comment je suis arrivé(e) ici cf Alexa• Disponibilité 5/7 • Un mot pour la fin BOUH

Le code [ok by Jaimie]


Dernière édition par Christian T. Hillam le Sam 8 Déc - 8:44, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 31




MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish] Dim 11 Nov - 12:02




Your history

{ Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage.

Un jour, on prend tous conscience que l'avenir que nous réserve dieu n'est pas celui qu'on espérait. L'on prend conscience que pour une raison inconnue, le tout puissant nous met à l'épreuve en nous opposant le monde et sa fureur. Ce jour-là, nous perdons notre innocence d'enfant pour murir et devenir un adulte incomplet. Pour moi, ce jour arriva durant ma neuvième année...

Mon histoire est semblable à tous les hommes, si l'on s'accorde à ne s'attarder que sur les grandes lignes, je suis né de l'union de deux êtres qui se sont aimés à un moment donné, j'ai grandi et je mourrais comme les autres. Pourtant, lorsque nous nous penchons d'un peu plus près, mon histoire se révèle différente et plongée dans les ténèbres d'un amour refusé. Il y a 24 ans de cela, un homme entreprit de meurtrir le corps d'une femme, noble créature au cœur si rudement éprouvé par la vie. Bien que j'ai une petite idée des raisons qui ont poussé un tel être à se présenter dans ses chairs, je préfère m'abstenir de toute hypothèse. S'offrant à elle quelques heures avant de la quitter pour retrouver les siens. Cette femme, c'était ma mère. Elizabeth Hillam, fille au sang noble, Dame De Ipstick. Cette femme d'apparence forte ne faisait que vendre son corps au profit de l'avenir de sa famille.

Dès lors, je fus considéré comme un membre à part entière de la famille. Ma naissance ayant ramenait la chaleur dans le cœur de ma mère, lui donnant un espoir d'avenir, un avenir qui reposerait sur mes épaules. Mais tout homme se trouvant honoré d'un garçon lui confie déjà son royaume. Ainsi, mon père exigea son fils, jurant de le protéger des maux de ce monde, jurant d'en faire un homme à son image. Le temps passa et mon éducation se fit au travers de percepteurs et autres hommes de savoirs. Élève attentif, je me révélais bien meilleur que l'on espérait, pourtant, je continuais à n'être qu'un fils et non un seigneur. En grandissant je compris alors que je n'avais rien à prouver à mon père, non, c'était ma mère que je devais tous prouver. Car elle était unique et ce malgré ce que l'on pouvait dire. Elle m'avait donné une sœur à protéger du monde, une personne qui stimula mon besoin de protéger les autres. Je venais d'avoir 9 ans lorsque mon père mourut, me laissant seul héritier masculin. Prenant des cours d'armes, apprenant à devenir épéiste, mais aussi un archer. Apprendre à faire de son corps et de sa force une arme aussi efficace qu'un esprit vif et instruit.

Mais comment succéder à quelqu'un comme mon père ? Comment effacer sa présence, sa force pour imposer la votre ? J'avais vécu dans son ombre et aujourd'hui je pouvais enfin faire face au jour. Je n'étais pas prêt, j'étais trop jeune pour comprendre, pour assimiler parfaitement ce qui m'arrivait. Alors, je me tournais à nouveau vers ma mère, cherchant auprès d'elle un avenir, un futur. Elle reprit le rôle de mon père, gérant nos affaires avec une main de fer. Me laissant ainsi grandir et devenir un homme capable de reprendre là ou j'aurais dû reprendre il y a des années.

Je pense être devenu une personne juste et honnête, mais je ne reste qu'un seigneur, je ne pourrais rien faire. Je ne pourrais pas empêcher, mon peuple de sombrer dans la folie, je ne pourrais pas aider le monde. Non, je ne pourrais pas tout faire. Mais trêve de flemmardise, je n'ai que trop parlé de ma vie.

Sortant de mes appartements, j'entrepris de me rendre jusqu'à la salle où ma mère m'avait fait appeler. Habillé comme un noble et non un prince, je poussais les lourdes portes qui me séparaient d'elle. M'avançant alors jusqu'à cette dernière, je finis par poser un genoux au sol avant de relever les yeux vers celle à qui je dois la vie.

« Que puis-je faire pour vous mère ? »

« Mon fils, ta sœur et moi, devons nous rendre dans un village afin d'y appuyer la décision d'un des prieurs de l'abbaye. J'aimerais que toi et tes hommes, nous y conduisiez et fassiez en sorte qu'aucune vendetta ne naisse. »

« Il en sera fait selon votre désir mère. »

Reculant la tête baissée, je finis par disparaitre. C'était toujours ainsi. Moi et mes hommes pour protéger ma mère et ma sœur. Mes hommes, ils étaient justes ceux qui m'avaient formés aux armes, ceux qui avaient fait de moi un soldat de dieu, proche des chevaliers pour enfin en avoir l'honneur. Ils étaient braves et fidèles, et avec le temps, ce n'était plus pour mon père qu'ils se battaient, mais bien pour moi. Les retrouvant chez eux, je m'excusais comme à chaque fois de les arracher à leurs épouses, mais ces dernières ne me blâmaient pas, au contraire, elles agissaient bien souvent comme des mères. C'est d'ailleurs pour cela que j'étais si généreux avec mes hommes, leur offrant des vivres et vêtements lorsque je pouvais, quitte à me priver d'ailleurs. Mais le sujet n'étant pas là, je venais de leur faire passer la missive de ma mère et déjà ils me suivaient jusqu'aux écuries. Préparant nos montures, je souriais en silence face à leurs divagations amicales.

« Dis-nous jeune Christian, quand comptes-tu nous présenter une femme ? »

« Quand dieu l'aura décidé Galahad. »

« Dieu, dieu, encore dieu, pourquoi n'es-tu donc pas un homme d'église ? »

« Car un homme d'église ne peut protéger son peuple ? »

Il n'y avait rien de méchant, juste qu'ils ne comprenaient pas toujours que je puisse être seul à mon âge. Je n'avais juste pas le choix. Une femme à aimer ? Elle aurait été l'objet des railleries les plus basses, traitée de catin, non, aucune créature de dieu méritait pareil châtiment. Et puis, m'amuser avec des femmes était certes plaisant à mes yeux et je mentirais en affirmant que j'étais chaste aux yeux de notre seigneur, j'étais un homme après tout et dans un moment de faiblesse et d'égarement, j'avais cherché refuge aux creux des cuisses d'une femme. Mais je n'en tirais aucun honneur et mes compagnons d'armes le savaient parfaitement. J'acceptais mes choix, mais aucune ne serait jamais plus qu'une passade, qu'un attachement physique. Je restais de sang noble et je ne devais me cantonner à mon rang. Seule une femme de sang égale pourrait porter mon cœur. Ainsi, ils respectaient mes choix d'être proche de dieu et de ne pas vivre comme mon père.

Nous aurions pu continuer à rire si toutefois ma mère et ma sœur n'étaient pas apparues dans les écuries. Leur avançant alors leurs montures, je leur prêtais mains forte afin de les faire monter sur leurs selles. Montant à cheval, nous sortîmes de la ville nous avançant alors dans la forêt, nous fîmes bonne route. Il devenait rare de pouvoir voyager ainsi sans souci, mais je n'allais pas m'en plaindre, un tel voyage m'éviterait de devoir prier dieu de m'excuser pour les vies que j'aurais pu prendre. Mon âme ne s'en portera que mieux. Mais un tel silence ne put qu'éveiller mon esprit. Réfléchissant ainsi à ce qui motivait régulièrement nos agresseurs. Des histoires de Loups, de magie enfouie. Des histoires de paysans craintifs et impies. Mais des histoires qui nous forçaient aujourd'hui à nous rendre dans un village ou le taux de mortalité était bien trop élevé à mes yeux. Nous allions devoir nous montrer prudent si nous ne voulions pas risquer le pire.

Et encore, je pense qu'être prudent ne m'aurait préparé en rien à ce qui allait m'arriver. Les villageois étaient... Déments et le pire étant sans aucun doute que l'église approuvait et les incitait. Envoyant des prêtres en cape rouge plus ridicules les uns que les autres et ne respectant que très peu les enseignements du seigneur. Et que dire de cette folie les poussant à croire qu'ils étaient sujet à des attaques de loups-garous ? Je pense qu'il fallait, malheureusement, faire preuve de faiblesse d'esprit pour être aussi sensible aux légendes. Mais ils demeurent sur mes terres et tant que cela serait le cas, je continuerais à les protéger, même si cela revient à les protéger d'eux-mêmes.

C'est pour cela qu'à ce jour, mes voyages à Daggerhorn se multiplient. Et que de tels déplacements devenaient contraignants pour les Kane qui avaient, jusque là, accepté de nous recevoir. Une gêne qui motiva ma mère à nous faire acheter un pied-à-terre afin d'éviter de déranger davantage. Ce qui en soit, est préférable pour tout le monde et plus particulièrement les jeunes et jolies jeunes femmes qui succombent à mes sourires.


Dernière édition par Christian T. Hillam le Jeu 22 Nov - 22:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 177




MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish] Dim 11 Nov - 14:15

Ouh Bienvenue jeune noble ! leche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 690

MY WORLD : My World is the darkness for ever...



MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish] Dim 11 Nov - 17:49

Bienvenue ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish] Dim 11 Nov - 20:10

Faible ! What a Face
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 31




MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish] Dim 11 Nov - 20:19

Faux !

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 692




MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish] Sam 8 Déc - 11:03

Et après avoir apporté les modifications demandées, j'ai le plaisir de te valider !

    Pour commencer, pense à remplir les champs de ton profil, puis va faire un tour sur le bottin des avatars pour recenser ton avatar !
    Ensuite, n'oublie pas de créer ta fiche de liens et de rps .
    Et si le coeur t'en dit (et si l'inconnu ne te fait pas peur), il y a possibilité de demander l'intervention d'un PNJ dans un de tes topics ou bien t'inscrire avec d'autres personnes sur ce sujet pour que le staff te concocte une petite aventure dans les ténèbres de Daggerhorn !


Bon jeu Seigneur ! Et garde ton âme du Malin What a Face
_________________

Can't you see that when I find you, I'll find me
CITATION/PAROLE/TEXT ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Summer's Wolf

DISCUSSIONS : 210




MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish] Sam 8 Déc - 11:35

Bon jeu !
_________________
She could be a Statue of Liberty
She could be a Joan of Arc
But he’s scared of the light inside of her
So he keeps her in the dark


Pearl-Perry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






DISCUSSIONS : 31




MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish] Sam 8 Déc - 12:14

Jaimie, t'as pas trouvé plus pourrie comme phrase d'accroche ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur







Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Christian T. Hillam [finish]

Revenir en haut Aller en bas