Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed







DISCUSSIONS : 48




MessageSujet: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Sam 5 Nov - 18:16

Il était vieux. C'était un fait. Il n'avait plus la vigueur et la robustesse des jeunes recrues, la plupart du temps toutes étourdies. Ses vieux os étaient fragiles, ses articulations le faisaient souffrir par temps humides. Mais il tenait bon. Il n'était pas aussi rapide qu'autrefois, certes, mais il prenait soin de sa santé, veillant à être toujours prêt. Sauf que, c'est bien connu, l'automne est une saison extrêmement humide. C'était bien simple, depuis qu'il était arrivé dans ce fichu village, ses articulations le faisait extrêmement souffrir.

Dès les premiers jours, ne pouvant plus supporter cette douleur, il s'était renseigné auprès des aubergistes et s'était rendu le plus vite possible à l'apothicairerie. Lorsqu'il était entré, une vieille dame était déjà là. Prenant son mal en patience, le Père Salomon avait soigneusement inspecté du regard l'apothicairerie, cherchant des indices, détaillant la jeune femme qui tenait l'enseigne. Rien n'indiquait clairement qu'elle pouvait en être un, mais ceux qui qui soignaient avaient souvent des liens avec la magie noire, les sorciers, et les créatures de l'Enfer. Il avait vérifié que son apothicaire personnel, à Londres, n'était pas suspect. Ici, personne ne devait avoir vérifié, c'était son travail.

Lorsque la femme avant lui fut partie, il s'approcha de la tenancière. Les villageois se méfiaient de lui, et alors ? Ils le remercieront bien assez tôt lorsqu'il les aura sauvés du mal. Pour l'instant, chose la plus pressante, soigner ses articulations. D'une voix grave et peu encline à la sympathie, il prit la parole. « Bonjour. Je souhaiterai un onguent pour soigner mes articulations afin d'être en mesure de pouvoir vous délivrer de cette malédiction que sont les Loups-Garous. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Lun 7 Nov - 12:54

La vie aurait dû être plus facile. En un sens, elle l'était bel et bien ; beaucoup moins de cachotteries et, si l'envie m'en prenait, j'avais des bras dans lesquels courir me réfugier. Ce n'était pas mentir que dire que j'étais bien plus heureuse depuis quelques temps. Toutefois, si être la fiancée du chef des RRH aurait dû me mettre au delà de tous soupçons, l'arrivée impromptue d'un vieil homme nous mettait dans une position difficile. Tout le monde était suspect à ses yeux et quelque chose me disait qu'il n'était pas aussi stupide que la moyenne des prêtres et que je ne bénéficierais pas de l'amour qui m'avait épargnée avec Erwan. En somme, j'étais en position difficile. Malgré tout, je continuais comme si de rien était, acceptait les félicitations pour mes fiançailles avec un sourire aux lèvres, travaillait avec la même froide efficacité qu'à la normale.

Je ne l'avais pas vu entrer, trop occupée à servir la femme du boulanger qui souffrait d'un malheureux rhume. Les gens ne se rendaient pas compte que les herbes n'étaient pas toujours efficaces. Parfois, la nature valait mieux que tout autre remède. Je le savais, mais je n'étais pas assez idiote pour le dire. L'argent était important et je faisais bien vivre ma famille. J'étais, de toute façon, la seule apothicaire de la ville, avec mon père. Il y avait certes Heaven, mais encore fallait-il savoir préparer les herbes. Et du reste, Heaven n'existait plus à mes yeux.

Quand la femme fut partie, il s'avança et me demanda d'un ton condescendant à avoir son remède pour, oh, miracle! nous délivrer de la peste qu'étaient les loups-garous. Intérieurement, je riais. Pauvre homme, pas à sa place, bien trop âgé pour ça. Je quittai l'arrière du comptoir pour me diriger vers une étagère sur la gauche.

- Si une vingtaine de jeunes hommes bien formés n'ont rien pu faire, croyez-vous réellement qu'un seul vieillard y pourra quelque chose ?

Stupide. Si des fêlés comme Frederic, des gens habiles comme Arès ou Selena n'avaient pu m'attraper, je doutais qu'un tas de graisse ambulant le puisse. Le seul qui m'avait approchée avait été Erwan et encore - si je ne l'avais aimé, j'aurais labouré sa gorge bien avant qu'il ne s’aperçoive de ma présence, j'en étais convaincue. La fuite n'était pas une peur, elle était une faiblesse dûe à l'amour. Ce n'était pas la même chose. Je saisis un petit flacon et revint vers le père Salomon. Je lui tendis et, avant qu'il ne le saisisse, laissai délibérément tomber le bocal, qui s'écrasa par terre en explosant. Mon regard ne cilla pas un instant.

- Oh. Pardon, c'était la dernière bouteille. Vous n'avez donc plus rien à faire ici.

Et par ici, j'entendais le village, pas la boutique.
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 48




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Mer 9 Nov - 17:20

La jeune femme apporta un petit flacon. L'ironie dans sa voix, la haine qu'il lui inspirait. Elle se moquait ouvertement de lui, comme tout un chacun ici. Elle lui tendit le flacon mais le lâcha avant qu'il ne puisse refermer ses doigts dessus. Le verre éclata en touchant le sol, le liquide brunâtre s'étala sur le sol. Plus rien à faire ici. Dans sa boutique. Sur la place principale. Dans le village. Il devait partir puisqu'il ne pouvait plus soigner ses articulations. Qu'à ne cela tienne, il ferrait venir son propre apothicaire directement de Londres. Son travail n'était pas fini cependant. Qu'elle le veuille ou non, il l'interrogerait.

Il la regarda dans les yeux, ignorant sa dernière phrase. Son visage était aussi froid et indéchiffrable que le marbre. « Assurément, c'était le dernier en votre possession et vous serez incapable d'en concocter d'autres avant plusieurs mois. Laissez moi cependant émettre un doute quant à votre bonne foi à vouloir m'aider. Les villageois ici vous font aveuglément confiance, moi pas. Vous appréciez certains des habitants, d'autres non, mais cela ne vous empêche pas de les servir. Vous ne m'appréciez pas, vous ne me servirez pas. Je ne vous accorderai pas ma confiance ou ma sympathie, vous de même. Je ne ferrai que mon métier, tandis que vous ne le ferrez pas pour moi. De qui tenez-vous votre art ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Lun 14 Nov - 1:03

Je ne quittai pas son regard. Je n'étais pas comme les autres femmes idiotes, qui se laissaient dominer par des mâles. J'étais leur égale et, par bien des points, je les surpassais. Un regard froid ne m’impressionnait pas, surtout lorsqu'il venait d'un vieillard qui n'avait aucun moyen de me faire du mal. Tuer Erwan ? À quoi bon, sinon s'attirer encore plus les foudres des citoyens. Me tuer ? Il en serait bien incapable. Prouver que j'étais une louve ? Qu'il essaie seulement ! Je ne voulais pas de lui dans ma boutique, pas de lui dans ma ville. Je lui faisais savoir de manière assez clair.

- Si les citoyens me font confiance, il y a bien une raison, vous ne croyez pas ? Mes baumes et potions sont efficaces, ils guérissent tous et me sont redevables. Un art qui se partage ; je suis apothicaire, comme mon père avant moi, comme mon grand-père avant lui et comme le seront tous mes frères et enfants.

Cela pouvait-il lui suffire comme preuve ? Qu'il interroge qui il voulait, personne ne pouvait se plaindre de mauvais service ou de mauvaise qualité de remèdes. Il était le seul, le verre éclaté sous nos pieds en était la preuve. Mais je le détestais également comme je ne détestais personne, à l'exception peut-être d'Heaven, mais c'était là une autre histoire. Mes yeux s'adoucirent, gage de ma sincérité, ou plutôt de mon talent à me mettre au-delà de tous soupçons.

- Allons, monsieur, croyez-vous donc le chef des prêtres assez stupide pour se fiancer avec une dame qui aurait des antécédents douteux ? C'est là une insulte à son autorité.


Je pouvais jouer avec lui, moi aussi. Il était plus difficile de garder nos moyens lorsque son interlocuteur mettait le doigt sur des problèmes, et j'étais convaincue que cet homme avait également un jardin secret dans lequel il aurait préféré que personne n'aille piocher.
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 48




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Dim 20 Nov - 17:58

Ainsi elle tenait son art de son père, qui lui-même le tenait de son père, et ce depuis des générations passées. Héritage qui durerait encore, l'assura-t-elle, pendant des générations encore. Bien. Si cette famille avait des antécédents plutôt suspects, cela se saurait. Il n'avait, malgré ses longues recherches, trouvé de signe prouvant que cette famille était suspecte plus qu'une autre. La foi de cette jeune fille dans son art pouvait en témoigner. Sa foi et son amour pour le village et ses villageois également. Mais ce n'était pas pour autant qu'il allait la blanchir aussi facilement. C'est alors qu'elle amena un point précis à la lumière de son esprit : ses fiançailles avec le "chef" des Red Riding Hood.

« Personne n'est à l'abri de l'erreur, et monsieur Dickinson ne fait pas exception à la règle. Voyez-vous, j'ai eu, à quelques reprises, affaire à un ou plusieurs couples composés d'un Red Riding Hood et d'une de ces Créatures de l'Enfer. Cela ne m'a pas arrêté. Cependant, bien que je crois le chef des prêtres suffisamment incompétent, je ne le crois pas stupide. Faites attention cependant, votre art pourrait porter à confusion et vous confondre avec de la sorcellerie. Et la sorcellerie est hérésie, et l'hérésie est condamnée par le bûcher. — Il marqua une pause, scrutant les prunelles chocolat de la jeune fiancée. Mentait-elle ? Il ne voyait aucune trace de mensonge dans ses yeux, aucune trace la trahissant d'être une de ces créatures. Cependant, si elle n'était pas une Loup Garou, était-elle une sorcière ? — Faites toute fois attention aux mauvaises langues. Non pas que je vous accuse de sorcellerie, loin de moi cette idée, mais sait-on jamais... »

Soyez proche de vos amis mais encore plus de vos ennemis. Telle était la devise du Père Salomon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Mer 23 Nov - 23:53

Il n'était peut-être pas si stupide que ça. Je ne l'embobinais pas autant que les autres, mais j'étais quasiment certaine qu'il ne soupçonnait pas encore que j'étais une louve. La sorcellerie ? Ah, si seulement il n'avait pas demander un de mes onguents...À quoi cela servait-il de me traiter de sorcière si c'était pour utiliser mes produits ? Par ailleurs, j'accuserais Heaven, déjà taxée de surnaturel. Je dirais comment elle m'avait obligée. Avec ses sorts, elle me faisait peur et m'avait forcée à disposer des ses produits, sous peine de mort. Je m'en sortirais. Je m'en sortais toujours.

Je feignis l'horreur.

- Des prêtes avec des monstres ? Mais comment peuvent-ils ? Dieu tout puissant, Seigneur, je n'ose même pas imaginer une telle chose.

Mais dans mes yeux, sous l'horreur, il y avait de l'amusement. J'espérais presque qu'il comprenne...presque. Je n'étais pas spécialement suicidaire, mais ça m'amusait de voir les gens comprendre. Lire la vérité dans leurs yeux. C'était d'un naturel tellement jouissif. Je n'allai toutefois pas jusqu'à me signer, car j'ignorais dans quel sens je devais faire la croix et c'était le genre de détails qui nous trahissait.

- Mon art est pur monsieur, je puis vous l'assurer. Je ne désire qu'épouser monsieur Dickinson et mener une vie paisible.
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 48




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Jeu 24 Nov - 17:24

L'horreur qu'elle joua était parfaite. Il ne lui manquait plus que le signe de croix et sa comédie était au point, et il serait impossible de la confondre. Mais il s'en moquait, ce n'était pas ça qui l'intéressait aujourd'hui. Aujourd'hui il était à la recherche de Loups Garous. Si Dickinson l'épousait, c'était pour une bonne raison. Il avait déjà mené son enquête. Certes, elle n'était pas une de ces créatures de l'Enfer, mais peut être était-elle une sorcière ? Ou faisait-elle parti d'un de ces dangereux groupes d'individus qui se révoltaient contre l'Église ? Il devait en avoir le cœur net.

« Vous dites que votre art est pur... Depuis combien de temps pratiquez-vous ? Cherchez-vous à semer le trouble dans le village en influençant les esprits ou en prenant possession des corps par le biais de vos médecines ? Nourrissez-vous des haines secrètes à l'encontre de certains habitants ? Possédez-vous des dagydes ? » Toutes ces questions, pouvant paraître surprenantes et inattendues, étaient réelles. Curieusement, le ton du Père Salomon s'était fait plus soucieux, bien moins autoritaire et grandiloquent qu'à son habitude. La sorcellerie était un terrain qu'il connaissait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Lun 28 Nov - 2:10

Je ne faisais que m'empêcher de rire. Je jouais la petite fille fragile et naïve - certes, j'avais fauté au début en le regardant directement dans les yeux, en le menaçant presque. Cependant, maintenant, je me rattrapais et je faisais comme si j'étais aussi effrayée que les autres. La jeune fiancée du chef des prêtres ne pouvait pas être une louve, c'était impossible. Elle était si ingénue, si douce. Mes airs froids ne m'aidaient pas, c'était vrai. En général, j'étais très arrogante, très fière, tous pouvaient le remarquer. Cela n'empêchait pas que cet inconnu puisse croire à ma comédie.

- J'ai commencé par observer mes parents, lorsque j'étais petite. J'aidais ma mère lorsqu'elle avait besoin d'un ingrédient, j'allais cueillir les herbes avec elle. Malheureusement, elle est morte jeune - paix à son âme - et j'ai dû prendre sa place il y a quelques années. Je n'ai plus le temps d'aller en forêt, je dois m'occuper de mes frères et mon père est trop vieux pour le faire. Je peux vous assurer que tout est bien.

Mes sourcils se froncèrent. Franchement, pour le coup, ce n'était pas simulé. Je n'étais pas une sorcière, pas plus qu'Heaven. Les sorcières n'existaient pas, c'était un mythe. Les gens se disaient que, puisque les loups étaient réels, les autres créatures devaient l'être également. Mais non. À ma connaissance, il n'y avait que nous. Ah, les pauvres femmes, le nombre qui étaient mortes parce qu'elles n'étaient pas au goût des hommes. Triste, mais ce n'était pas de mes oignons, je préférais me protéger que d'aider des femmes trop idiotes pour se défendre elles-mêmes.

- Des...gracides ? Qu'est-ce que c'est ? Écoutez, je suis désolée, je ne peux pas répondre à votre question. Je ne déteste personne, enfin si, les loups, mais comme tout le monde. Je ne suis pas une sorcière, je veux simplement faire vivre ma famille.
Revenir en haut Aller en bas







DISCUSSIONS : 48




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed Lun 19 Déc - 11:34

Il l'écouta poliment, mettant toutes les données en relations, réfléchissant. Il s'était renseigné sur elle avant de venir, c'était son travail. Une mère morte jeune, un père apothicaire depuis plusieurs générations, des frères cadets, un père devenu top âgé pour assumer l'affaire familiale qu'elle avait reprise. Un travail compétent, une vie discrète et normale, des fiançailles au "chef" des Red Riding Hood du village. Rien qui ne puisse la soupçonner. Personne ne se plaignait d'elle ou de son travail, personne ne la détestait. Il devait juste faire son travail.

« Des dagydes, pas gracides. Ce sont ce que les gens appellent "poupées vaudou" Qu'importe. — Il se mura dans un silence pensif, regardant attentivement chacune des fioles posées sur les étagères, chacun des bocaux remplis. Non, rien qui ne puisse l'accuser. Sans un mot il s'apprêta à sortir, mais s'arrêta sur le pas de la porte, sans la regarder. Son ton s'était refait hautain et froid, méprisant. — Si vous n'êtes pas coupable aujourd'hui, vous le serez demain. N'oubliez pas que personne n'est à l'abri de l'erreur, que je guette chacun de vos pas. »

Sur ce, sans rien ajouter de plus, il quitta la boutique dans une grande envolée de cape rouge. Mentalement il raya le nom de l'apothicaire de sa liste de suspects. Rien ne pouvait être retenu contre elle, il aurait été difficile de justifier cette accusation devant cet Erwan Dickinson. Mieux valait se tenir loin d'elle, il aurait ainsi la paix pour mener son enquête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur







Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intrigue N°2 — Sujet personnel — The songbirds are still singing — ft. Zoey H. Reed

Revenir en haut Aller en bas





Page 1 sur 1